La joie du milieu de terrain Teji Savanier, auteur du 4e but de la victoie (4-3) face à l’Afrique du sud, lors de leur match du 1er tour, le 25 juillet 2021 à Saitama
/ © 2021 AFP

Corrigée en ouverture par le Mexique, l’équipe de France olympique de football a arraché sur le fil la victoire 4-3 face à l’Afrique du Sud grâce à Gignac et Savanier dimanche à Saitama aux Jeux de Tokyo.

Après la claque inaugurale reçue face aux Mexicains (4-1), les Français peuvent remercier André-Pierre Gignac, auteur d’un triplé (57e, 79e, 86e) et Téji Savanier, buteur dans le temps additionnel (90+2).

Les Bleus prennent provisoirement la première place du groupe A avant le match entre le Japon et le Mexique en soirée.

Bousculés en première période par des Sud-Africains bien plus entreprenants, les Français ont concédé beaucoup d’occasions et ont été sauvés par des arrêts de Bernardoni et par la barre transversale sur un penalty manqué par Luther Singh (41e).

André-Pierre Gignac s’était vu refuser auparavant un but pour une position de hors-jeu (29e).

Les Sud-Africains ont fini par marquer par Kodamelo Kodisang (53e) en profitant d’une erreur défensive de Clément Michelin et d’une mauvaise sortie de Bernardoni. Mais André-Pierre Gignac a égalisé d’une frappe entre les jambes du gardien après un service Randal Kolo Muani (57e).

Les Sud-Africains ont repris l’avantage par Evidence Makgopa (73e) avant une nouvelle égalisation de Gignac (79e).

Dans ce match fou, Teboho Mokoena a placé son équipe devant (81e) avant que Gignac, encore lui, ne mette les deux équipes à égalité sur un penalty frappé en force (86e). C’est finalement Téji Savanier qui a offert la victoire aux Bleus dans le temps additionnel (90+2, 4-3)

Les joueurs de Clermont Foot 63 à l’échauffement avant un entraînement, à Clermont-Ferrand, le 23 juin 2021
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Promu pour la première fois de son histoire en Ligue 1, le Clermont Foot 63 va devoir vite s’adapter, sans renier ses valeurs, s’il veut accrocher le maintien, sa seule ambition de la saison.

“Nous voulons rester nous-mêmes sur le jeu, les valeurs, les dirigeants, les relations avec notre environnement et les fidèles qui nous ont soutenus”, explique à l’AFP Jérôme Champagne, conseiller du président suisse Ahmet Schaefer.

Le club auvergnat n’aura guère de temps pour prendre ses marques. Après un premier déplacement à Bordeaux, une échéance déjà cruciale se présentera dès le 15 août avec la réception de l’autre promu, Troyes.

Une victoire face aux Troyens paraît importante pour la confiance avant de jouer chez le cador Lyon, lors de la 3e journée.

Clermont recevra bien dans son stade Gabriel-Montpied où les aménagements pour être en conformité avec les exigences de l’élite ont été menés tambour battant pour être prêt le jour J. La capacité a été portée à 13.000 places.

“C’était une priorité”, souligne M. Champagne.

Angers, le modèle à suivre

Fort d’un nombre record d’abonnés (8.735), auxquels s’ajouteront les ventes “jour de match” avec des prix dans la fourchette basse de la Ligue 1, l’équipe auvergnate est quasiment assurée de jouer devant des tribunes affichant complet dans cette ville de rugby.

Pour réussir ses débuts en élite, le club clermontois, propriété d’Ahmet Schaefer (39 ans) depuis 2019, a renforcé son personnel administratif via des contrats à durée déterminée (CDD) mais aussi ses équipes de sécurité.

Sportivement, le CF63 veut conserver la philosophie de jeu qui l’a portée vers l’élite et s’inspirer du modèle d’Angers, monté en 2015 et qui s’est maintenu jusqu’à présent.

L’entraîneur Pascal Gastien (57 ans), nommé deux fois meilleur entraîneur de Ligue 2 (2019, 2021), qui va découvrir la Ligue 1, a confié avoir contacté plusieurs entraîneurs de l’élite dont Stéphane Moulin, artisan de l’accession du SCO en L1 en 2015

“J’aborde la saison avec beaucoup d’humilité. J’étais très concentré sur la L2. Je regarde beaucoup de matches de Ligue 1 de la saison dernière. J’ai contacté d’autres entraîneurs qui ont eu un peu le même parcours que moi pour savoir comment ils avaient fonctionné, ce qui changeait entre les deux niveaux”, a confié Gatien au cours d’une émission diffusée sur RMC Sport, le 20 juillet.

Six à sept recrues

Dès la mi-mars, Ahmet Schaefer avait confié au quotidien La Montagne son souhait de s’appuyer sur l’effectif qui a permis au club de monter. Tous ces joueurs sont encore sous contrat et notamment le buteur formé au club Mohamed Bayo.

“Nous avons envie de continuer avec ce groupe qui marche tellement bien. Une troisième saison en commun ferait gagner du temps dans la préparation et il y a cette énergie positive qui pourrait se manifester dans les premiers matches”, avait-il dit.

Mais l’effectif sera complété par six ou sept recrues. Deux joueurs sont déjà arrivés libres: l’arrière latéral sénégalais Arial Mendy (Servette FC Genève) et l’attaquant kosovar Elbasan Rashani (BB Erzurumspor/Turquie).

Et compte-tenu de la situation financière tendue de nombreux clubs du fait des crises sanitaires et des droits TV, Clermont espère saisir des opportunités, sous forme de prêts, avec option d’achat en cas de maintien, ou des transferts peu onéreux.

Il faudra faire preuve de justesse dans les recrutements car le budget du club ne sera que de 20 millions d’euros contre 11 millions la saison dernière (11e de Ligue 2).

Il tient compte de l’augmentation à venir des recettes de billetterie, des partenariats et de la vente de produits dérivés mais aussi des droits TV pour les revenus liés au classement: les dirigeants ont misé sur une 17e place finale.

L’attaquant Rogelio Funes Mori (c) ouvre le score de la tête pour les Mexicains lors du quart de finale de la Gold Cup contre le Honduras, à Glendale en Arizona, le 24 juillet 2021
/ © 2021 AFP

Le Mexique, tenant du titre, et le Qatar, invité pour cette édition, se sont qualifiés samedi pour les demi-finales de la Gold Cup, après avoir respectivement battu le Honduras (3-0) et le Salvador (3-2).

Le Mexique a éliminé une équipe du Honduras qui avait perdu plusieurs joueurs en raison de blessures et de protocoles de sécurité liés au Covid-19.

L’attaquant Rogelio Funes Mori a marqué de la tête à la 26e minute pour ouvrir le score pour les Mexicains, qui affronteront dans le dernier carré le Canada ou le Costa Rica.

Jonathan Dos Santos et Orbelin Pineda ont ensuite marqué avant la pause à sept minutes d’intervalle au State Farm Stadium de Glendale, dans la banlieue de Phoenix (Arizona) pour valider la qualification des joueurs de Gerardo “Tata” Martino.

De son côté, Almoez Ali a inscrit deux buts pour permettre au Qatar de devenir la première équipe à rejoindre les demi-finales, en s’imposant face au Salvador.

Abdulaziz Hatem a également marqué pour les champions d’Asie en titre lors du quart de finale également disputé à Glendale.

Joaquin Rivas a signé les deux buts du Salvador, qui a effectué une belle remontée en seconde période après avoir été mené 3-0 en début de match.

Les Salvadoriens ont tenté d’égaliser dans les dernières minutes, mais ils n’y sont pas parvenus.

Le Qatar, organisateur du Mondial-2022, rencontrera en demi-finale les Etats-Unis ou la Jamaïque.

Le gardien français Paul Bernardoni après avoir encaissé un but lors du match contre le Mexique, aux JO de Tokyo
Par Julie DEMARCY / © 2021 AFP

Il est allé chercher le ballon quatre fois au fond de ses filets lors de la défaite inaugurale des Bleus contre le Mexique (4-1), mais malgré ces débuts compliqués, le gardien Paul Bernardoni, féru de sport, est arrivé à Tokyo avec des souvenirs et des rêves de JO plein la tête.

“On savait que le Mexique était une grosse équipe, Dédé (Gignac) nous en avait beaucoup parlé. On a eu du mal et on s’est fait punir d’entrée”, a constaté le gardien de l’équipe de France olympique et d’Angers après la déroute contre les Mexicains jeudi.

La victoire est désormais impérative dimanche face aux Sud-Africains, deuxièmes adversaires des Français dans le groupe A, où figurent également les Japonais, qu’ils affronteront le 28 juillet.

“Il reste deux matches, si on veut passer il faut gagner les deux, c’est pas fini. Quand on est champion d’Europe U19 (en 2016), on perd le premier match. Faut vite passer à autre chose”, a expliqué Bernardoni, 24 ans, l’un des rares cadres d’un effectif sans vécu commun.

“Il ne faut surtout pas que ça entache la bonne humeur car c’est ça qui nous fera aller loin”, a-t-il estimé.

Il en faudrait plus pour entamer l’enthousiasme du gardien, sûrement celui qui a attendu le plus impatiemment ces Jeux parmi les Bleus.

“Les JO, c’est l’essence même du sport. Rien que de penser au village olympique, gamin, j’imaginais que c’était tellement génial. Y être, c’est vraiment top !”, confiait-il avant les Jeux.

“Froome, il court !”

Après la qualification pour les Jeux en 2019, il se projetait déjà à Tokyo en convoquant ses souvenirs d’enfant. “Moi, ça me parle. Rentrer dans le stade, la cérémonie d’ouverture… Quand j’étais petit, je regardais à la télé, c’est ce qui m’a donné envie de faire du sport”.

Deux ans plus tard, son rêve est devenu concret: “gamin, je suivais à fond le classement des médailles pour voir où on en était par rapport aux autres pays. Pouvoir contribuer à ça, c’est un sentiment unique, dingue”.

Alors que de nombreux joueurs n’ont pas été libérés par leurs clubs pour les Jeux, Bernardoni, lui, avait annoncé la couleur en signant à Angers en 2020. “C’était une des conditions. J’avais dit que je voulais aller aux JO”.

S’il dit avoir vibré devant les performances d’Usain Bolt, Yohann Diniz ou Teddy Riner, le cyclisme reste son sport de prédilection.

En 2016, dans un documentaire de L’Equipe Explore intitulé “Petits frères des Bleus”, consacré à l’épopée victorieuse des U19 à l’Euro, on le voit se passionner pour une étape mémorable du Tour de France au Mont Ventoux.

“Froome, il court ! Froome, il court !” s’écrie-t-il en regardant la course sur un téléphone portable lorsque le maillot jaune Chris Froome parcourt plusieurs centaines de mètres à pied, en attendant un nouveau vélo qui n’arrive pas.

Vintage

“Thomas Voekler, c’est lui qui m’a fait aimer le vélo”, explique Bernardoni, intarissable sur le sujet et qui envisage de suivre le Tour de France en camping-car après sa carrière.

Sa maturité, sa calvitie précoce et ses goûts musicaux vintage (il adore les tubes des années 80) font souvent oublier son jeune âge.

Il est le premier à s’en amuser, à l’image de ce tweet où il commente une photo du joueur allemand Henning Matriciani, 21 ans et un front déjà bien dégarni. “Je crois que j’ai de la concurrence, non ?”, écrit-il, hilare.

Actif sur les réseaux sociaux, il partage régulièrement des photos et vidéos avec ses coéquipiers d’Angers et de l’équipe olympique.

“Je reçois des messages du SCO (d’Angers) tous les jours. Ils veulent des photos, certains auraient rêvé d’être à ma place (aux Jeux). Je suis missionné pour un message, une photo !”, raconte-t-il, conscient de sa chance d’être aux Jeux.

Grâce à sa large victoire sur Grenoble (4-0), le Paris FC a pris la tête du championnat de Ligue 2 lors de la première journée, a égalité avec Caen, vainqueur sur le même score de Rodez.
/ © 2021 AFP

Grâce à sa large victoire sur Grenoble (4-0), le Paris FC a pris la tête du championnat de Ligue 2 lors de la première journée, a égalité avec Caen, vainqueur sur le même score de Rodez.

Le PFC s’est appuyé sur la performance de Gaëtan Laura, auteur de l’ouverture du score (37e) et à l’origine de deux autres buts. Les Parisiens, 5e de la saison dernière, affichent leurs ambitions dès l’ouverture du championnat.

Porté par l’homme de cette soirée, Alexandre Mendy, auteur d’un triplé, le Stade Malherbe de Caen entame aussi cette saison tambour battant, après s’être maintenu de justesse en Ligue 2 la saison précédente.

Mendy, auteur du premier but de la soirée (1e) d’une frappe croisée, a récidivé (19e, 38e) et attiré toute la lumière au stade Michel-d’Ornano, éclipsant Stéphane Moulin, qui effectuait ses débuts sur le banc après dix saisons à Angers.

Mais peu après la demi-heure de jeu, c’est sur le meneur de jeu d’Ajaccio Qazim Laci que les projecteurs se sont tournés, lorsqu’il a inscrit le plus beau but du premier multiplex de la saison face à Toulouse.

Deux minutes après l’ouverture du score toulousaine, il a hérité du ballon à l’entrée de la surface, avant de crocheter puis de décocher une reprise de volée de l’extérieur du pied qui s’est logée en plein lucarne.

Le milieu offensif albanais, qui entame sa quatrième saison au sein du club corse, a permis à son équipe de décrocher le point du match nul (2-2) en égalisant encore (59e).

Dans les autres matches de la soirée, Pau s’est imposé à domicile face à Nancy (2-1) et Auxerre est allé battre Amiens (2-1) au Stade de la Licorne, alors que Valenciennes-Niort et Le Havre-Guingamp se sont soldés par des matches nuls (0-0), tout comme Dunkerque-Quevilly (1-1).

Lundi (20h45), cette journée inaugurale s’achèvera par la rencontre entre Dijon et Sochaux.

Cette première journée de Ligue 2, qui s’est ouverte par le match nul entre le promu Bastia et le relégué de Ligue 1 Nîmes (1-1), marquait aussi le retour du public dans les stades, après une saison presque entièrement jouée sans supporteurs. Pass sanitaire en main, les spectateurs ont pu retrouver leur équipe favorite.

Le retour de la Ligue 2 était en grande partie visible de tous, puisque le multiplex sera diffusé en clair cette saison, sur la chaîne L’Equipe.

Le défenseur Acharf Hakimi, samedi 24 juillet 2011 à Orléans
/ © 2021 AFP

Le Paris SG est venu à bout d’Orléans (N1) 1 à 0 samedi à l’issue d’une prestation à deux vitesses, poussive en première période puis convaincante après la mi-temps.

Paris avait appris vendredi le forfait du Genoa, qui n’a pas voulu se déplacer en raison du contexte sanitaire.

Trois jours après avoir battu de justesse (2-1) Augsbourg (D1 allemande), déjà au Stade de la Source, l’antre du club orléanais, le PSG a remporté une troisième victoire en amical grâce à un but de sa recrue marocaine Achraf Hakimi (62e), de retour après avoir été testé positif au Covid-19.

Le PSG a ainsi poursuivi sereinement sa préparation pour le Trophée des Champions, où il défiera le champion de France, Lille, à Tel-Aviv (Israël) le dimanche 1er août.

Privé de ses stars, en vacances après la Copa America (Neymar, Marquinhos, Di Maria, Paredes) et l’Euro (Donnarumma, Verratti, Mbappé, Kimpembe), Mauricio Pochettino était aussi contraint de faire sans sa recrue vedette, le défenseur espagnol Sergio Ramos, laissé au repos. Ce dernier pourrait faire ses débuts lors du dernier match amical du Paris SG, mardi contre le FC Séville, son club formateur.

L’entraîneur argentin, qui a prolongé son contrat d’un an vendredi, jusqu’en 2023, avait aligné un onze de départ avec peu de cadres (Kehrer, Draxler, Icardi) et cela s’est ressenti sur la pelouse. Malgré l’envie de ses jeunes “titis”, le PSG a ronronné lors du premier acte et la meilleure occasion a même été orléanaise, quand Soumaré (22e) a perdu son duel contre le gardien parisien Letellier.

Les entrées après la pause de plusieurs joueurs majeurs comme Navas, Hakimi, Kurzawa, Gueye et Herrera ont changé la physionomie de la rencontre et Paris a logiquement pris les devants grâce à une frappe croisée d’Hakimi sur une superbe passe d’Herrera (62e).

Le PSG a contrôlé la fin de match, manquant le break par Draxler (69e) et Gharbi (89e). Mais il a tout de même fallu un superbe arrêt de Navas sur un retourné acrobatique de Lepaul (85e) pour éviter un nouveau match nul après celui concédé le week-end dernier contre Chambly (2-2).

La joie de l’Américaine Christen Press, félicitée par ses coéquipières, après avoir marqué contre la Nouvelle-Zélande, battue 6-1, lors de leur match du 1er tour, le 24 juillet 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020
/ © 2021 AFP

L’équipe féminine des Etats-Unis de football s’est remise dans le sens de la marche en étrillant la Nouvelle-Zélande 6-1 samedi à Saitama, trois jours après sa déroute inaugurale face à la Suède (3-0), lors des Jeux olympiques de Tokyo.

Les championnes du monde 2019 et grandes favorites du tournoi avaient complètement manqué leurs débuts face aux Suédoises, finalistes des JO de Rio. Une défaite qui avait mis fin à l’invincibilité de 44 matches des Américaines.

Pour cette deuxième rencontre du groupe G face aux Néo-Zélandaises, Megan Rapinoe a été alignée d’entrée et Alex Morgan a débuté sur le banc, soit l’inverse du premier match.

Les buts américains ont été inscrits par Rose Lavelle (9e), Lindsay Horan (45e), Christen Press (80e) et Alex Morgan (87e), auxquels sont venus s’ajouter deux buts contre leur camp des Néo-Zélandaises Abby Erceg (63e) et CJ Bott (90+3). La Nouvelle-Zélande avait réduit la marque par Betsy Hassett (72e)

Le score aurait même pu être plus lourd, les Américaines ayant eu trois buts refusés pour hors jeu lors de ce match arbitré par Stéphanie Frappart.

Dans l’autre rencontre du groupe, la Suède a enchaîné un nouveau succès en battant l’Australie 4-2 et conserve la tête du classement avec six points devant les Américaines et les Australiennes (3 pts).


Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

Une marque de confiance: Mauricio Pochettino a prolongé vendredi son contrat avec le Paris Saint-Germain d’un an, jusqu’en 2023, même s’il n’a pas totalement réussi ses six premiers mois sur le banc.

Arrivé en janvier 2021 après le limogeage de Thomas Tuchel, l’Argentin n’est pas parvenu à remporter la Ligue 1, devancé par Lille, mais il a souvent plaidé la difficulté de prendre une équipe en cours de saison.

En Ligue des champions, il a réussi deux beaux exploits, éliminant deux géants, le FC Barcelone (4-1) et le Bayern Munich (3-2, 0-1) avant de s’incliner en demi-finales contre Manchester City (2-1, 2-0).

Il n’a remporté “que” le Trophée des champions, contre l’OM (2-1) et la Coupe de France, contre Monaco (2-0), ses premiers titres comme entraîneur.

Mais cette fois “Poche” a toute la préparation estivale pour dessiner son équipe à son idée, imposer son jeu, son style, et repartir à la conquête de l’Hexagonal et, surtout, de la Coupe aux grandes oreilles dont rêve le PSG.

“Je suis vraiment très heureux et je le suis aussi pour mon staff”, dit le coach dans un communiqué du club. Il était volontairement resté silencieux quand, une fois la saison terminée, quelques rumeurs avaient évoqué ses envies de départ.

“C’est très important pour nous de sentir le soutien et la confiance du club et nous allons tout faire pour que les supporters soient fiers de nous”, a-t-il ajouté.

“Nous sommes heureux que Mauricio prolonge son aventure au sein de la famille Paris Saint-Germain”, a dit pour sa part le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi. “Avec le leadership de Mauricio, nous sommes enthousiastes et confiants”

Il aimerait conserver Mbappé

Pour lui permettre de bien travailler, le président et le directeur sportif, Leonardo, se sont déjà montrés très actifs sur le mercato.

Le club s’est renforcé avec un nouveau milieu de terrain technique, Georginio Wijnaldum (ex-Liverpool), un des meilleurs défenseurs du monde depuis dix ans, Sergio Ramos (ex-Real Madrid) et Gianluigi Donnarumma (ex-AC Milan), gardien de l’Italie championne d’Europe et élu meilleur joueur de l’Euro.

Ces trois-là sont arrivés libres, et le PSG a dépensé une soixantaine de millions d’euros pour l’arrière ultra-offensif du Maroc Achraf Hakimi (ex-Inter Milan), un joueur tout à fait dans le style qu’affectionne Pochettino.

L’Argentin aimerait bien conserver Kylian Mbappé, mais le champion du monde, en fin de contrat dans un an, n’a lui toujours pas prolongé et le risque qu’il parte au mercato existe.

Poche devra aussi gérer la concurrence entre son très expérimenté gardien, Keylor Navas (34 ans), excellent depuis deux saisons, et l’étoile Donnarumma. Ce devrait être une de ses premières grandes décisions: qui sera titulaire dans le but?

Mais les grands choix se verront plus tard sur le terrain. Pour l’heure, les premiers matches amicaux ont surtout permis aux jeunes du club de se mettre en valeur, les internationaux rentrant de vacances petit à petit.

Ancien capitaine du PSG il y a 20 ans, Pochettino a répété pendant ses six premiers mois qu’il mesurait l’exigence de résultat dans une telle institution. Il a obtenu de la tranquillité sur son contrat et va pouvoir se mettre en quête. “Il partage les valeurs, l’ambition et la vision du club pour l’avenir”, assure Nasser Al-Khelaïfi.

L’attaquant anglais de Dortmund, Jadon Sancho, lors de la demi-finale de la Coupe d’Allemagne conte Holstein Kiel, le 30 juin 2021 à Dortmund
/ © 2021 AFP

Manchester United est parvenu à un accord pour recruter le jeune attaquant anglais Jadon Sancho, appartenant au Borussia Dortmund, pour 85 millions d’euros, ont annoncé vendredi les deux clubs.

“Manchester United est ravi d’annoncer le recrutement de Jadon Sancho, jusqu’en juin 2026 avec une année supplémentaire en option, sous réserve de validation internationale”, précise le club mancunien.

Sancho, 21 ans, a participé à l’Euro avec l’équipe d’Angleterre aux côtés de ses jeunes acolytes Marcus Rashford (avec qui il évoluera chez les Red Devils), 23 ans, et Bukayo Saka, 19 ans, amenant les Three Lions jusqu’en finale de la compétition où l’Italie l’a emporté aux tirs au but.

Les trois pépites ont raté leur tir au but, donnant la victoire aux Italiens, ce qui leur a valu un déferlement d’insultes racistes sur les réseaux sociaux.

Manchester United tient là son premier gros transfert du mercato, alors que l’avenir de son milieu français Paul Pogba, à qui il reste un an de contrat, alimente les rumeurs.

Arrivé à 17 ans à Dortmund, un début de carrière à l’étranger peu courant pour un joueur anglais, Sancho a marqué 49 buts et délivré 63 passes décisives en 136 matches avec le club de la Ruhr.

“Jadon avait émis le souhait clair de retourner dans son pays natal et de jouer en Premier League. Il s’est toujours comporté de façon exemplaire”, déclare Hans-Joachim Watzke, patron du Borussia, dans un communiqué.

“Je serai toujours reconnaissant envers Dortmund pour m’avoir donné la possibilité de jouer au football en équipe première, même si j’ai toujours su que je retournerais en Angleterre un jour”, déclare Sancho dans le communiqué de Manchester United.

“C’est une équipe jeune et prometteuse et je sais qu’ensemble, nous pouvons créer quelque chose de spécial pour toucher au succès que les supporters méritent”, poursuit le natif de Camberwell, au sud de Londres.

Formé à Watford, Sancho a terminé sa formation à Manchester City avant de débuter en pro sous les couleurs de Dortmund.

L’attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, lors du match de Liga contre Eibar, le 3 avril 2021 au stade Alfredo di Stefano à Madrid
/ © 2021 AFP

Le Français Karim Benzema, buteur-star du Real Madrid âgé de 33 ans, a été testé positif au Covid-19, a annoncé vendredi le club espagnol sans fournir davantage de précisions.

Plusieurs joueurs du Real Madrid ont été contaminés la saison dernière, parmi lesquels l’ex-capitaine Sergio Ramos ou encore le défenseur international français Raphaël Varane.