La joie de Jorginho après avoir inscrit le 2e but de Chelsea face à Leicester City à Stamford Bridge, le 18 mai 2021
/ © 2021 AFP

Chelsea a fait un grand pas vers la qualification en Ligue des Champions, mardi, en battant Leicester (2-1), alors que Manchester United a raté ses retrouvailles avec son public en étant tenu en échec (1-1) par Fulham, promis à la relégation.

Dans le sommet de la 37e journée, marquée par le retour du public dans les stades, les Blues n’avaient pas le droit à l’erreur dans ce qui était aussi une revanche de la finale de la Coupe d’Angleterre perdue (1-0), samedi.

Avec ces 3 points, ils grimpent sur le podium à la place de leur victime du soir, avec 67 unités contre 66 et ont leur destin en main: en cas de victoire contre Aston Villa dimanche, ils seront en C1 l’an prochain.

La situation est plus précaire pour les Foxes, sous la menace de Liverpool (5e) qui les dépasserait à la différence de but en cas de victoire à Burnley, mercredi.

Les trois équipes se tiendraient alors en un point avant la dernière journée, mais avec les Foxes à la plus mauvaise place (5e).

Après deux défaites de rang pour la première fois depuis l’arrivée de Thomas Tuchel, Chelsea a bien réagi avec une prestation très convaincante pendant 75 minutes.

Lors de la première période, ils ont complètement étouffé Leicester et il a fallu que la VAR, par deux fois, annule des buts de Timo Werner, pour que la pause soit atteinte sur le score de 0-0.

Inquiétude pour Kanté

L’avant-centre allemand étant toujours aussi malchanceux, c’est son coéquipier de la défense, Antonio Rüdiger qui s’est chargé d’ouvrir le score de façon peu orthodoxe sur un corner (1-0, 47e).

C’est ensuite Jorginho qui a doublé la mise sur penalty (2-0, 66e), sa septième réalisation de la saison en championnat, ce qui fait de lui le meilleur buteur des Blues en Premier League cette saison.

Mais la soirée n’a pas été parfaite pour Tuchel qui n’a pas du tout apprécié le relâchement défensif qui a permis à Kelechi Iheanacho de réduire l’écart (2-1, 76e), et qui a perdu N’Golo Kanté dès la demi-heure de jeu.

Le champion du monde français est sorti sans boiter ni souffrir beaucoup, apparemment, mais à onze jours de la finale de la Ligue des Champions contre Manchester City, c’est une source d’inquiétude supplémentaire.

Autre conséquence de ce match, Manchester United est assuré de finir dauphin de City, avec quatre points d’avance sur les Blues.

Les Red Devils avaient l’occasion de le faire par leurs propres mérites en recevant Fulham déjà promis à la relégation.

Tout avait bien démarré avec un superbe but d’Edinson Cavani, lancé par son gardien David de Gea, qui a lobé de près de 40 mètres son ancien partenaire au Paris SG, Alphonse Areola, trop avancé (1-0, 15e).

City renversé

Mais au fil de la seconde période, les Mancuniens, qui ont certainement dans un coin de leur tête la finale de Ligue Europa contre Villarreal le 26 mai, ont semblé sortir du match et Fulham, en a profité pour égaliser par Joe Bryan (1-1, 76e).

Les retrouvailles avec les supporters, qui avaient violemment manifesté ces dernières semaines contre les propriétaires, la famille Glazer, pour avoir entraîné le club dans le projet de Super Ligue européenne dissidente, ont donc été un peu gâchées.

Des écharpes et des pancartes vert et jaunecouleurs originelles du clubréclamant le départ des Glazer, étaient nombreuses dans les travées, mais au moins le match est resté le centre d’attention de la soirée.

Dans les autres matches de mardi, le champion Manchester City, à 10 dès la 10e minute mais qui menait 2-0 au tout début de la seconde période, s’est fait renverser par Brighton (3-2).

Ilkay Gündogan avait ouvert la marque dès la 2e minute et Phil Foden avait doublé la mise à la 2e minute de la seconde période.

Mais Leandro Trossard, après un petit numéro dans la surface adverse (2-1, 50e) et les deux défenseurs centraux, Adam Webster de la tête (2-2, 72e) et Dan Burn, en s’y reprenant à deux fois, (3-2 76e) ont offert aux Seagulls une victoire de prestige après une saison morose (15e).

Toujours mardi soir, Leeds est allé gagner à Southampton 2-0.

Le président de l’Organisation sportive panaméricaine Neven Ilic (drapeau) lors de la cérémonie de clôture des Jeux panaméricains de Lima, le 11 août 2019
/ © 2021 AFP

L’Organisation sportive panaméricaine, qui réunit les quarante-et-un comités nationaux olympiques du continent américain, a offert 4.000 vaccins contre le Covid-19 aux athlètes et officiels des Amériques participant aux Jeux olympiques de Tokyo-2021, a annoncé jeudi la Panam Sports.

“Nous avons fait un effort important et sommes parvenus à un grand accord qui aidera tous les athlètes qui n’ont pas eu l’occasion d’être vaccinés, à pouvoir recevoir le vaccin (unidose) Johnson & Johnson aux Etats-Unis, et ainsi voyager plus protégés pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo”, a déclaré le président de Panam Sports, Neven Ilic, dans un communiqué publié mardi à Santiago du Chili.

Panam Sports financera les déplacements des athlètes et officiels afin qu’ils soient vaccinés à Miami, en Floride, au moins 30 jours avant leur entrée au Japon.

Des athlètes de plus de 40 pays d’Amérique latine et des Caraïbes participeront aux Jeux olympiques de Tokyo.

Dans cette région, l’une des plus durement touchées par la pandémie, la vaccination est lente et inégale et se heurte à des problèmes d’approvisionnement.

“Nous savons que dans beaucoup de nos pays du continent, il est très difficile de se faire vacciner contre le Covid-19”, a déclaré M. Ilic, ancien président du Comité olympique chilien.

Au Brésil, qui a l’une des plus importantes représentations du continent aux jeux et qui comptait 462 athlètes à Rio-2016, quelque 35 millions de personnes (16 % de la population) ont été vaccinées avec la première dose et près de 17 millions avec la seconde.

Le Chili, dont le processus de vaccination est l’un des plus avancés de la région, a administré deux doses à 7,5 de ses 19 millions d’habitants, et sa représentation à Tokyo espère dépasser les 42 athlètes qu’il a emmenés à Rio 2016.

En mars dernier, Cuba a commencé à vacciner plus d’une centaine d’athlètes en quête d’une place aux Jeux olympiques de Tokyo avec l’un des vaccins en test conçu et développé sur l’île, parmi lesquels la lutteuse Mijain López, couronnée à Pékin-2008, Londres-2012 et Rio-2016.

Malgré un but d’Edinson Cavani (g), ici à la lutte avec Mario Lemina, Manchester United n’a fait que match nul contre Fulham à Old Trafford, le 18 mai 2021
/ © 2021 AFP

Manchester United a été tenu en échec (1-1) par Fulham, promis à la relégation, mardi, pour la 37e journée de championnat, marquée par le retour de 10.000 spectateurs à Old Trafford et des protestations modérées contre les propriétaires.

Avec une victoire, les Red Devils auraient assuré mathématiquement la deuxième place au classement, mais ils restent sous la menace de Leicester, à cinq longueurs, qui se déplace un peu plus tard à Chelsea pour le gros choc de la journée.

Après les manifestations parfois violentes qui ont retardé le match contre Liverpool, pourtant organisé à huis clos, on attendait de voir l’attitude des supporters enfin ré-autorisés dans les stades en Angleterre.

Si des écharpes et des pancartes vert et jaunecouleurs originelles du clubréclamant encore et toujours le départ des propriétaires américains, les Glazer, étaient assez nombreuses dans les travées, le match est resté le centre d’attention de la soirée.

Tout avait bien démarré avec un superbe but d’Edinson Cavani, lancé par son gardien David de Gea, qui a lobé de près de 40 mètres son ancien partenaire au Paris SG, Alphonse Areola, trop avancé (1-0, 15e).

Mais au fil de la seconde période, les Mancuniens, qui ont certainement dans un coin de leur tête la finale de Ligue Europa contre Villarreal le 26 mai, ont semblé sortir du match.

Défense passive

Fulham, qui prépare déjà sa saison prochaine à l’échelon inférieur, en a profité pour égaliser face à une défense rouge très passive, par une tête de Joe Bryan (1-1, 76e).

Un peu plus tard dans la soirée, Manchester City, déjà champion, qui s’est retrouvé à 10 à la 10e minute, s’est fait renverser par Brighton (3-2) après avoir mené 2-0.

Ilkay Gündogan avait ouvert la marque dès la 2e minute d’une tête croisée au deuxième poteau, et Phil Foden avait doublé la mise à la 2e minute de la seconde période.

Entre temps, Joao Cancelo avait reçu un rouge direct pour avoir annihilé une occasion nette de but (10e).

Et alors que les Seagulls ont assuré leur maintien, ils ont tenu à faire honneur au retour de leurs spectateurs en se payant le champion.

C’est d’abord le Belge Leandro Trossard qui s’est offert un numéro dans la surface adverse avant de réduire le score (2-1, 50e).

Ce sont ensuite deux défenseurs centraux, en l’espace de 5 minutes, qui ont retourné le match, Adam Webster de la tête (2-2, 72e) et Dan Burn en s’y reprenant à deux fois (3-2 76e) pour offrir au club du sud de l’Angleterre une victoire de prestige après une saison morose (15e).

Toujours mardi soir, Leeds est allé gagner à Southampton 2-0. Avec 10 victoires et 9 défaites loin de ses bases, l’équipe de Marcelo Bielsa n’est que la deuxième équipe de l’histoire de la Premier League à terminer une saison sans match nul à l’extérieur.

L’effigie de Karim Benzema apparaît à l’écran lors de la sélection des Bleus annoncée par Didier Deschamps sur la chaîne TF1 à Boulogne Billancourt, le 18 mai 2021
/ © 2021 AFP

A l’image de Karim Benzema, rappelé mardi en équipe de France à 33 ans et cinq ans après sa dernière convocation, plusieurs figures du football comme Zinédine Zidane, Lilian Thuram ou Lionel Messi ont fait leur retour en équipe nationale après une éclipse.

Pelé, retour gagnant

Vainqueur de la Coupe du monde 1958 (en Suède) et 1962 (au Chili), Pelé vit un cauchemar lors du Mondial-1966 en Angleterre, victime des coups de ses adversaires et du laxisme arbitral.

Il décide alors de se concentrer sur son club de Santos et ne portera plus le maillot de la sélection pendant deux ans.

Mais le Mondial-1970 approche et l’artiste retrouve la Seleçao sous les ordres de son ancien partenaire Mario Zagallo. Pelé sera étincelant au Mexique pour apporter au Brésil son troisième sacre mondial.

Gascoigne, larmes et frasques

Appelé pour la première fois en sélection en 1988 par Bobby Robson, Gascoigne va marquer le football anglais par ses frasques, mais aussi par ses larmes lors de la demi-finale du Mondial-1990 perdue aux tirs au but contre l’Allemagne.

Robson quitte la sélection et Gascoigne est écarté par son successeur Graham Taylor. Il revient pour un match amical mais se blesse et manque l’Euro-1992.

Il se blesse de nouveau en 1994 et est absent un an et demi. Mais en 1996, lors de l’Euro à domicile en Angleterre, son génie si particulier frappe, avec un but en jongles incroyable contre l’Ecosse.

Zidane, un destin en Bleu

Parvenu sommet du football après un doublé historique (Mondial-1998, Euro-2000) à la baguette de l’équipe de France, Zinédine Zidane annonce sa retraite internationale dans la foulée d’une élimination sans gloire en quarts de finale de l’Euro-2004.

Mais un an plus tard, le génial meneur de jeu décide de revenir.

Sous les ordres de Raymond Domenech, “Zizou” conduit la France jusqu’en finale du Mondial-2006 en Allemagne, avec notamment un récital contre le Brésil en quarts (1-0).

Il achève néanmoins son extraordinaire carrière par son fameux coup de tête sur l’Italien Marco Materazzi qui lui vaut une exclusion en finale.

Thuram et Makélélé, écuyers de “Zizou”

Comme Zidane, Lilian Thuram et Claude Makélélé annoncent leur retraite internationale après l’échec de l’Euro-2004.

Mais ils annoncent comme “ZZ” leur retour en Bleu et participent à l’épopée en Allemagne.

En juin 2008, après la sortie de route au premier tour de l’Euro, le défenseur et le milieu défensif annoncent leur retraite internationale définitive.

Avec 142 sélections, Thuram reste le joueur français le plus capé.

Rossi, de l’infâmie au Ballon d’Or

Suspendu deux ans pour sa participation au scandale du “Totonero”, le loto sportif italien, la carrière de Paolo Rossi semble brisée.

Sa suspension prend fin en avril 1982, à deux mois du Mundial espagnol. Le sélectionneur Enzo Bearzot le rappelle, mais le premier tour se passe mal. La “Nazionale” fait trois nuls, ne passe que de justesse le Cameroun, et Rossi n’a marqué aucun but.

Mais son réveil est foudroyant dans la seconde phase. Un triplé de légende contre le Brésil (3-2) en quarts de finale, un doublé lors de la demie contre la Pologne (2-0) et le premier but de la finale contre la RFA (3-1). Le rédemption est parfaite, Rossi, meilleur buteur de la Coupe du monde, guide l’Italie au sommet, et finit l’année Ballon d’Or.

Messi, de déception en déception

Pour Messi, auréolé de succès à Barcelone, ce sont ses déceptions à répétition avec l’Argentine qui l’ont poussé à s’éloigner provisoirement de la sélection.

Après une défaite en finale du Mondial-2014 puis en finale de la Copa America 2015, Messi bute à nouveau sur la dernière marche en finale de la Copa America 2016.

“La sélection, c’est fini pour moi, c’est la quatrième finale que je perds, la troisième de suite”, lance-t-il le 26 juin 2016, amer.

Mais cette retraite internationale ne dure pas. Messi revient sur ses propos deux mois plus tard et disputera le Mondial-2018… sans beaucoup plus de réussite: élimination en huitièmes contre la France (4-3) et nouvelle parenthèse internationale pour le sextuple Ballon d’Or, qui fait un break jusqu’à début 2019.

Ibrahimovic, retour brisé

Comme Benzema, le revenant Zlatan Ibrahimovic aurait dû être à 39 ans une des stars de l’Euro (11 juin-11 juillet).

L’annonce de son retentissant retour aux affaires avec la Suède, cinq ans après sa dernière convocation, a agité la planète football en mars: l’avant-centre de l’AC Milan a même signé deux passes décisives fin mars avec sa sélection en qualifications pour le Mondial-2022.

Mais une blessure à un genou a brisé le rêve du fantasque attaquant, qui sera absent du grand tournoi continental cet été.

Karim Benzema et Mathieu Valbuena sous le maillot de l’équipe de France avant d’affronter la Jamaïque à Villeneuve-d’Ascq, le 8 juin 2014
/ © 2021 AFP

Rappelé à la surprise générale en équipe de France par Didier Deschamps pour l’Euro de foot (11 juin-11 juillet), Karim Benzema reste sous la menace d’une condamnation dans l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. Il sera jugé en octobre.

Que lui reproche-t-on ?

Benzema est accusé d’avoir participé à une tentative de chantage de son ancien coéquipier chez les Bleus, Mathieu Valbuena.

Après avoir récupéré une vidéo intime de Valbuena, des maîtres-chanteurs ont décidé de soutirer de l’argent à ce dernier. Ils ont contacté un proche de Benzema, Karim Zenati, en espérant que la star du Real Madrid puisse servir d’intermédiaire.

En octobre 2015, les deux internationaux s’entretiennent à Clairefontaine, le centre d’entraînement de l’équipe de France de football.

Benzema explique pouvoir “présenter quelqu’un de confiance” à Valbuena, selon l’ordonnance de renvoi consultée par l’AFP, pour l’aider “à gérer” la possible publication de cette vidéo.

“Attention Math, c’est des gros, gros voyous”, le prévient-il.

Après cette discussion, Benzema appelle son ami Karim Zenati et lui explique: “Il nous prend pas au sérieux”. Un “nous” qui, selon l’accusation, montre que l’attaquant madrilène “s’inclut” dans cette entreprise de chantage.

Au téléphone, les deux hommes, placés sur écoute, semblent se moquer de Valbuena, Benzema prédisant qu’il va “se faire jeter des tomates” si la vidéo est publiée.

Où en est l’affaire?

Après six ans de rebondissements judiciaires, la star du Real Madrid, mise en examen pour “complicité de tentative de chantage”, sera jugée par le tribunal de Versailles du 20 au 22 octobre 2021.

Il comparaitra libre, sans contrôle judiciaire, et risque théoriquement cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Dans ce dossier, où la Fédération française de football s’est constituée partie civile, quatre autres hommes sont poursuivis pour tentative de chantagedont Karim Zenatiet l’un d’entre eux est également mis en examen pour abus de confiance.

Benzema était également initialement poursuivi pour “participation à une association de malfaiteurs” avant que cette qualification soit abandonnée.

Dans une autre affaire, “l’affaire Zahia”, Benzema avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour “sollicitation de prostituée mineure”, avant d’être relaxé en 2014.

Que dit-il?

Karim Benzema plaide le conseil amical à “un pote” et a plusieurs fois expliqué avoir voulu “aider” Valbuena, là où la justice le soupçonne de pression délictuelle.

“Je lui parle avec le cœur et il le sait. Quand j’entends parler de chantage, qu’on a demandé de l’argent, ça me rend fou (…) Je n’ai pas besoin d’argent”, expliquait-il en 2015.

“Bon alors c’est pour quand la mascarade, hein?”, a-t-il réagi sur ses réseaux sociaux à la décision de le renvoyer devant le tribunal correctionnel de Versailles. “Voilà enfin vamonos (ndlr: Allons-y), que la mascarade s’éteigne pour toujours”, a-t-il ajouté fin mars, lorsque la date a été officialisée.

Le président de la Fédération française Noël Le Graët face à la presse au siège de la FFF à Paris, le 13 mars 2021
/ © 2021 AFP

Le retour de Karim Benzema en équipe de France, cinq ans après sa mise à l’écart, est “une excellente décision”, a salué mardi le président de la Fédération française Noël Le Graët, qui veut croire que l’avant-centre apportera “son talent” à l’Euro cet été.

“Si le retour dans le groupe de Karim Benzema a pu surprendre certains, il me réjouit. J’estime que c’est une excellente décision, compte tenu de son talent et de ses performances remarquables tous ces derniers mois”, a déclaré le dirigeant dans un communiqué publié sur le site de la FFF.

Le Graët, qui a souvent fait part de son affection pour Benzema, avait annoncé en 2015 que l’attaquant n’était “plus sélectionnable” après sa mise en examen dans l’affaire du chantage à la sextape exercé sur Mathieu Valbuena. L’avant-centre avait raté l’Euro-2016 à domicile, puis le Mondial-2018, remporté par les Bleus en Russie.

Le dirigeant breton avait même semblé avoir définitivement fermé la porte en novembre 2019 en déclarant que “l’aventure en Bleu (était) terminée” pour Benzema, qui lui avait alors vivement répondu sur les réseaux sociaux.

“Je suis certain qu’il sera heureux de retrouver ses partenaires et aura à cœur d’aider l’équipe de France à atteindre ses objectifs, comme il l’a toujours fait lorsqu’il a été appelé”, a néanmoins lancé Le Graët mardi, souhaitant bonne chance aux Bleus.

“L’équipe de France championne du monde, finaliste de l’Euro-2016, nourrit avec la Fédération de légitimes ambitions pour cette compétition de très haut niveau”, a-t-il dit.

Le retour de Benzema en Bleu a également été salué mardi par Jean-Michel Aulas, membre du Comité exécutif de la FFF et patron de l’Olympique lyonnais, le club formateur de l’attaquant du Real Madrid: “Le retour du fils prodige: on est tellement fier et heureux”, a twitté le dirigeant lyonnais.

Le buteur français du Real Karim Benzema contre le Séville FC en chamionnat, le 9 mars 2021 au stade Alfredo Stefano à Madrid.
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA, Antoine MAIGNAN / © 2021 AFP

Adulé en Espagne mais controversé en France: bu teur star du Real Madrid, Karim Benzema a longtemps pâti de son image de “bad boy” et de ses démêlés judiciaires qui l’ont écarté cinq ans des Bleus, champions du monde sans lui… jusqu’à son retour tonitruant pour l’Euro.

Rappelé mardi à la surprise générale par le sélectionneur Didier Deschamps pour disputer l’Euro (11 juin-11 juillet), Benzema vit une période contrastée. Sportivement, il connaît sans doute à 33 ans la meilleure période de sa carrière; mais hors des pelouses, il est toujours poursuivi pour “complicité de tentative de chantage” dans l’affaire de la “sextape” de Mathieu Valbuena, dans l’attente d’un procès en octobre.

Un talent hors normes mais une image tenace de mauvais garçon, c’est toute l’ambivalence de l’ancien joueur de Lyon, qui ne laisse personne insensible.

“Pour moi, c’est le meilleur” avant-centre français de l’histoire, jugeait récemment son entraîneur Zinédine Zidane. “Il le prouve, il joue au Real Madrid depuis très longtemps, il compte plus de 500 matches, tous les buts… Au final, son palmarès, tout ce qu’il a accompli ici parle pour lui.”

Depuis son arrivée en 2009, il a inscrit près de 300 buts pour le club espagnol. Il a aussi été sacré meilleur joueur du Championnat d’Espagne en 2020, devenant l’atout offensif majeur du Real après le départ en 2018 de la superstar Cristiano Ronaldo. Et il vient tout juste d’être sacré meilleur joueur français de l’étranger aux traditionnels Trophées UNFP en France.

Même le président de la Fédération française Noël Le Graët l’a reconnu: “Il a fait à mon avis la meilleure saison de sa carrière” en 2019-2020, avait-il convenu l’été dernier dans un entretien à RMC Sport.

C’est pourtant ce même Le Graët qui avait assuré en novembre 2019 que “l’aventure France” de Benzema était définitivement terminée, alors que l’attaquant n’était plus apparu en Bleu depuis octobre 2015 et l’éclatement de cette affaire dite de la “sextape”.

Mauvaises fréquentations

Malgré une technique léchée, un style de jeu altruiste et une armoire à trophées bien remplie (quatre championnats de France avec Lyon, trois championnats d’Espagne et quatre Ligues des champions avec le Real…), “KB9” peine à se défaire d’une image de tête brûlée, coincé entre sa collection de bolides, ses vêtements de luxe et ses mauvaises fréquentations.

Car c’est sa fidélité à son ami d’enfance du quartier populaire de Bron (banlieue de Lyon), Karim Zenati, qui lui vaut ses ennuis dans l’affaire de la “sextape”.

Depuis sa garde à vue qui avait fait l’effet d’une bombe en 2015, Benzema est soupçonné d’être impliqué dans une tentative de chantage envers son ancien coéquipier Valbuena à propos d’une vidéo à caractère sexuel.

Loin de son habituel silence médiatique et de l’image de bon père de famille rangé qu’il essaie de distiller à longueur de “stories” sur les réseaux sociaux, Benzema déchaîne les passions en France, malgré le soutien de certaines personnalités comme le comédien Jamel Debbouze.

Après avoir été écarté de l’Euro-2016 à domicile en raison de sa situation judiciaire, l’attaquant avait fustigé, dans une interview au quotidien espagnol Marca, le sélectionneur Didier Deschamps, coupable à ses yeux d’avoir “cédé sous la pression d’une partie raciste de la France”.

Cela lui vaudra les foudres de “DD” dont la résidence bretonne a été vandalisée par un tag le traitant de “raciste”. Mais un autre loup solitaire du football français, Eric Cantona, apportera son soutien à Benzema, empêtré dans le pire scandale extra-sportif d’une carrière déjà émaillée de sorties de route.

Zidane, son “grand frère”

Auparavant, avec Franck Ribéry, l’attaquant formé à Lyon avait été associé à “l’affaire Zahia”. Renvoyé devant le tribunal correctionnel pour “sollicitation de prostituée mineure”, il a toutefois été relaxé en janvier 2014, comme Ribéry.

En juillet 2014, son agent d’alors, Karim Djaziri, accompagné de Zenati, avait été accusé par le quotidien L’Equipe d’avoir “agressé” certains de ses journalistes à Ribeirao Preto, camp de base des Bleus au Mondial au Brésil.

Cela n’a pas empêché l’avant-centre de faire son nid en Espagne, au sein de l’exigeant Real, et de mûrir grâce à Zidane, qu’il a souvent qualifié de “grand frère” et qui l’a toujours défendu.

Jusqu’à s’interroger, fin mars: “Comment comprendre qu’il n’aille pas en sélection ?” Deux mois plus tard, le “bad boy” des Bleus est de retour, avec une nouvelle histoire à écrire.

Kylian Mbappé, buteur pour Paris face à Reims le 16 mai 2021 au Parc des Princes, espère faire les JO au moins une fois dans sa vie
/ © 2021 AFP

“J’espère que je pourrai faire les Jeux au moins une fois dans ma vie”, a déclaré Kylian Mbappé dans un entretien diffusé mardi sur TF1.

Le joueur est présélectionné dans une large liste pour le tournoi olympique de football mais au terme d’une très longue saison, son club, le Paris Saint-Germain, doit donner son aval. “Je ne décide pas”, a ajouté la star de l’équipe de France.

“J’ai toujours rêvé de disputer les Jeux olympiques”, a ajouté Mbappé.

“Ce n’est pas parce qu’il est dans la liste qu’il va y aller”, a prévenu la semaine dernière l’entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino, interrogé sur la présence de Mbappé parmi les quelque 80 pré-convoqués pour le tournoi de foot des JO de Tokyo.

“Il faudra en parler avec toutes les parties, nous verrons, mais pensons d’abord à cette fin de saison, puis à l’Euro” que Mbappé doit disputer avec l’équipe de France, avait ajouté le technicien argentin.

Il semble peu probable que le champion du monde figure dans la liste finale de 18 joueurs et 4 réservistes que dévoilera jeudi le sélectionneur des Espoirs, Sylvain Ripoll, pour les Olympiades du 22 juillet au 7 août.

Mbappé a déjà commencé la saison très tôt, avec la Coupe de France et le Final 8 de la Ligue des champions en août, jusqu’à l’Euro, qui commence le 11 juin et peut se terminer le 11 juillet si la France va en finale.

Des travailleurs migrants opèrent sur le chantier du stade de Losail à 20 km au nord de Doha, le 20 décembre 2019
/ © 2021 AFP

La Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels (FIFPRO) a dénoncé mardi l’arrestation au Qatar d’un agent de sécurité kényan, après qu’il a critiqué les conditions de travail des migrants dans ce riche pays du Golfe où est prévue la Coupe du monde 2022.

L’émirat gazier est régulièrement condamné par les ONG internationales pour le traitement réserver aux centaines de milliers de travailleurs venus d’Afrique et d’Asie sur les grands chantiers d’un des événements sportifs les plus importants au monde.

“La FIFPRO est préoccupée par le placement en détention au Qatar, le 4 mai, de Malcolm Bidali, un agent de sécurité kényan qui a écrit un blog sur le sort des travailleurs migrants”, a indiqué l’organisme dans un communiqué, précisant qu’il avait “parlé à des responsables syndicaux de ses expériences sur le marché du travail dans le pays”.

“Les footballeurs de tous horizons sont préoccupés par la situation des droits humains au Qatar à l’approche de la Coupe du monde 2022 et veulent savoir comment ils peuvent jouer un rôle actif pour apporter un changement durable dans le pays hôte”, a ajouté la Fédération footballistique.

Un responsable qatari a confirmé à l’AFP qu'”un ressortissant kényan (avait) été placé en détention et fai(sait) l’objet d’une enquête pour avoir violé les lois et règlements du Qatar en matière de sécurité”, sans préciser lesquels.

“Toutes les procédures de l’enquête sont menées conformément à la loi qatarie”, a-t-il poursuivi.

Amnesty International a appelé le Qatar à “révéler d’urgence où se trouv(ait) Malcolm Bidali (…) victime d’une disparition forcée depuis le 4 mai”.

“Une semaine avant son arrestation, Malcolm s’est exprimé devant un grand groupe d’organisations de la société civile et de syndicats sur son expérience de travail au Qatar”, avait indiqué l’ONG dans un communiqué la semaine dernière.

Amnesty avait appelé en mars la Fifa à faire davantage pression sur le Qatar pour qu’il améliore les conditions de travail des travailleurs immigrés.

Selon l’ONG, des “réformes positives” ont été effectuées au Qatar depuis qu’il a été choisi pour accueillir le Mondial-2022 mais elles ne sont “pas correctement appliquées et des milliers de travailleurs migrants continuent d’être exploités et victimes d’abus”.

Poignée de mains entre le sélectionneur Didier Deschamps et son attaquant Karim Benzema au Stade de France, le 19 novembre 2013
/ © 2021 AFP

Le sélectionneur Didier Deschamps a créé la surprise mardi en convoquant, parmi les 26 joueurs appelés à disputer l’Euro (11 juin-11 juillet), l’attaquant du Real Madrid Karim Benzema pourtant écarté de l’équipe de France depuis 2015 et sa mise en examen dans l’affaire de la sextape.

L’avant-centre de 33 ans, dont la dernière remonte au 8 octobre 2015, fait partie de la liste dévoilée mardi, au même titre que le défenseur du Séville FC Jules Koundé, jamais appelé auparavant, et l’attaquant de Mönchengladbach Marcus Thuram (3 sélections).

Benzema, auteur d’une saison aboutie avec le Real Madrid (29 buts en 45 matches), compte 81 sélections et 27 buts avec les Bleus. Sa dernière s’est soldée par un doublé contre l’Arménie (4-0) le 8 octobre 2015 à Nice.

Soupçonné d’avoir participé à une tentative de chantage visant son ancien coéquipier chez les Bleus, Mathieu Valbuena, le joueur formé à Lyon sera jugé par le tribunal de Versailles du 20 au 22 octobre 2021.

Avant l’Euro-2016, sa mise à l’écart avait été justifiée par “l’exemplarité et la préservation du groupe” dans un communiqué co-signé par Deschamps et le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët.

En réaction, Benzema avait accusé le sélectionneur d’avoir “cédé sous la pression d’une partie raciste de la France”, deux jours avant que la résidence bretonne de Deschamps ne soit vandalisée, avec un tag le traitant de “raciste”.

Le patron des champions du monde 2018, fortement affecté par cet épisode, a pourtant intégré le nom de “KB9” dans la liste annoncée mardi sur TF1 et M6, les deux diffuseurs de l’Euro.

“J’ai toujours passé outre mon cas personnel, l’équipe de France ne m’appartient pas, elle est au-dessus de tout”, a justifié Deschamps.

Sauf blessure, le gardien et capitaine Hugo Lloris participera au Championnat d’Europe, comme Benjamin Pavard, Raphaël Varane, Lucas Hernandez, N’Golo Kanté, Paul Pogba, Adrien Rabiot, Kylian Mbappé ou encore Antoine Griezmann.

Malgré un temps de jeu extrêmement réduit à Chelsea, Olivier Giroud fait aussi partie de la liste, dont la version définitive doit être transmise à l’UEFA le 1er juin.

A 34 ans, le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus (44 buts en 107 matches) sera du voyage en compagnie notamment de Wissam Ben Yedder et Ousmane Dembélé, autres attaquants convoqués par Deschamps. Anthony Martial, récemment blessé, n’est pas appelé.