Uruguay: le sélectionneur Oscar Tabarez démis de ses fonctions

Oscar Washington Tabarez sur le banc de l’Uruguay lors des qualifications sud-américaines pour le Mondial face à l’Equateur à Montevideo, le 9 septembre 2021
/ © 2021 AFP

Le sélectionneur de l’Uruguay Oscar Tabarez, en poste depuis quinze ans, a été démis de ses fonctions en raison d’une série de mauvais résultats, a annoncé la Fédération uruguayenne de football (AUF), vendredi, dans un communiqué.

Ce licenciement “n’empêche pas de reconnaître l’importante contribution de Tabarez au football uruguayen”, tient à préciser la Fédération, qui n’a pas communiqué sur le nom de son successeur.

“Nous saluons et reconnaissons les réussites sportives fondamentales obtenues au cours de ces 15 années, qui ont une fois de plus placé l’Uruguay aux premières places du football mondial”, poursuit le communiqué.

Mardi dernier, l’Uruguay a enregistré une quatrième défaite consécutive lors des qualifications sud-américaines au Mondial-2022, battue 3-0 en Bolivie. La Celeste reste sur une série de cinq matches sans la moindre victoire, se voyant reléguée à la septième place, non-qualificative, à quatre journées de la fin.

Avant la Bolivie, elle avait déjà subi deux lourds revers humiliants contre l’Argentine à Buenos Aires (3-0) et le Brésil à Manaus (4-1).

Une série noire qui aura été fatale au technicien de 74 ans, atteint du syndrome de Guillain-Barré et qui doit se déplacer à l’aide d’une canne.

Oscar Tabarez, enseignant de profession et ancien joueur professionnel, a également entraîné de nombreux clubs, de la Colombie à l’Espagne, en passant par l’Argentine et l’Italie.

Sous son impulsion, et avec l’aide d’une génération dorée (Luis Suarez, Edinson Cavani, Diego Forlan…), il a replacé l’Uruguay parmi les grandes nations de football. Des années sombres ont en effet succédé aux deux titres mondiaux de 1930 et 1950.

Oscar Tabarez a pris les rênes de la sélection une première fois entre 1988 et 1990, parvenant en finale de la Copa América 1989 puis en 8e de finale du Mondial 1990 en Italie.

Ayant retrouvé son fauteuil en 2006, il est dès lors parvenu à qualifier la sélection pour toutes les phases finales du Mondial: demi-finaliste en 2010 en Afrique du Sud, huitième-de-finaliste en 2014 au Brésil, quart de finaliste en 2018 en Russie (éliminée par la France). Le tout agrémenté d’une Copa America en 2011.

Mais la belle aventure a donc pris fin vendredi, au milieu de qualifications bien mal engagées pour une sélection peut-être à bout de souffle.