Ukraine: l’UEFA convoque une réunion d’urgence, à 3 mois de la finale de C1 en Russie


La Confédération européenne du football, l’UEFA, a convoqué une réunion extraordinaire vendredi pour “évaluer la situation” concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, lancée jeudi
/ © 2022 AFP

La Confédération européenne du football, l’UEFA, a annoncé jeudi l’organisation d’une réunion extraordinaire vendredi pour “évaluer la situation” après l’attaque de l’Ukraine par la Russie, où la finale de la Ligue des champions doit avoir lieu le 28 mai, à Saint-Pétersbourg.

L’instance européenne du football réunira son comité exécutif vendredi à 10H00 pour “prendre toutes les décisions nécessaires”, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Cette réunion d’urgence intervient alors que le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré mardi qu’il y avait “aucune chance” que la Russie puisse accueillir des tournois de football dans les prochaines semaines.

La Russie, pays hôte du Mondial-2018, doit accueillir le 28 mai la finale de C1, dans la Gazprom Arena de Saint-Pétersbourg, déjà utilisée à l’été 2021 pour l’Euro-2020, reporté d’une année.

La ministre britannique des Sports et de la Culture, Nadine Dorries, avait déjà dit sur Twitter avoir de “vives inquiétudes” sur l’organisation d’événements sportifs en Russie, citant notamment la finale de la Ligue des champions.

“Nous n’autoriserons pas le président Poutine à exploiter des événements sur la scène internationale pour légitimer son invasion illégale de l’Ukraine”, avait-elle ajouté, précisant qu’elle s’entretiendrait avec les “organes de gouvernance compétents”.

L’UEFA a déjà dû relocaliser les deux dernières finales de Ligue des champions, à Lisbonne en 2020 puis à Porto en 2021, en raison de la pandémie de Covid-19 qui empêchait la rencontre de se jouer à Istanbul, comme prévu au départ ces deux années-là.

Mercredi soir, en Ligue des champions, l’attaquant ukrainien du Benfica Lisbonne Roman Yaremchuk a célébré un but en arborant un T-shirt à l’effigie du blason ukrainien. “Je voulais soutenir mon pays. J’ai beaucoup réfléchi à ce sujet et j’ai peur de cette situation”, a-t-il expliqué au micro de CNN Portugal.