Trophée des champions: Hakimi, un latéral au centre de l’attention au PSG

Le défenseur marocain du Paris-SG, Achraf Hakimi, au Parc des Princes, le 8 juillet 2021
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

Recrue la plus chère du mercato cinq étoiles du Paris SG, le défenseur latéral marocain Achraf Hakimi a parsemé la préparation de promesses qui doivent se concrétiser pour le Trophée des champions, dimanche contre Lille à Tel-Aviv (20h00).

Au PSG, club de stars, le couloir droit de la défense a rarement fait rêver les fans. Mais ça, c’était avant.

Depuis son arrivée début juillet, Hakimi est le Parisien le plus commenté sur les réseaux sociaux, dès lors qu’il apparaît sur le terrain.

“On va enfin pouvoir jouer sur les côtés avec un latéral droit qui va participer au jeu et amener quelque chose offensivement”, se réjouit auprès de l’AFP Eric Rabesandratana, ancien joueur du PSG devenu consultant pour France Bleu Paris.

Auteur d’un but et d’une passe décisive en trois matches amicaux, le défenseur venu de l’Inter Milan a effacé en quelques dribbles une lacune parisienne des dernières saisons.

Serge Aurier, Thomas Meunier, Dani Alves, Thilo Kehrer, Alessandro Florenzi…. Longtemps, le club de la capitale a tamisé le marché des latéraux droits avant de trouver une pépite d’or.

“Juste des chiffres”

“L’an dernier, Florenzi n’a pas apporté ce qu’il devait apporter, notamment sa qualité de centre. Hakimi, lui, domine aussi bien offensivement que défensivement”, poursuit Rabesandratana, actuel sélectionneur de Madagascar.

Avec Hakimi, recruté jusqu’en 2026, le PSG s’est offert l’un des spécialistes les plus convoités du continent.

A 22 ans, le joueur formé au Real Madrid, a joué un rôle clé (7 buts, 8 passes en Serie A) dans la saison canon de l’Inter, qui a remporté le Championnat d’Italie pour la première fois depuis 2010.

Ses qualités ? “La vitesse, l’esprit d’équipe, et la générosité pour mes coéquipiers”, a-t-il répondu, dans un entretien à l’AFP, début juillet.

“Il nous apporte beaucoup d’options. Il a un grand potentiel physique, technique, il peut repiquer à l’intérieur. C’est un latéral qui a mis beaucoup de buts aussi”, le décrit son entraîneur Mauricio Pochettino.

Le club a déboursé une soixantaine de millions d’euros, selon la presse, pour s’offrir l’international marocain, le deuxième transfert le plus cher de l’été derrière celui de l’attaquant anglais Jadon Sancho (de Dortmund à Manchester United pour 85 M EUR), pour le moment.

“Ce sont juste des chiffres, je n’ai pas la pression pour cela. Je suis ici pour prendre du plaisir”, a insisté le joueur auprès de l’AFP.

Covid

En y ajoutant le recrutement du gardien Gianluigi Donnarumma, du milieu Georginio Wijnaldum et du défenseur Sergio Ramos, trois références à leurs postes respectifs, le PSG a bâti un effectif à même de remporter la Ligue des champions, son rêve.

Mais seul Hakimi devrait débuter dimanche à Tel-Aviv, au sein d’un onze titulaire amputé de la plupart des cadres qui ont joué l’Euro ou la Copa America cet été.

“Petit à petit, je retrouve mon rythme et je commence à connaître mes coéquipiers. Il y a un titre en jeu, je crois qu’on sera prêt”, a déclaré le latéral, testé positif au Covid-19 le 17 juillet, au média du PSG.

Mais le coronavirus n’a pas perturbé l’intégration du natif de Madrid, à l’aise dans un vestiaire à dominante hispanophone.

“On le connaissait avant qu’il n’arrive ici. C’est un joueur que tout le monde appréciait déjà”, a indiqué le milieu Idrissa Gueye, qui a affronté le Marocain avec la sélection du Sénégal.

“On peut le trouver très facilement. En attaque, il arrive tout de suite à être devant le but, à se créer des occasions. On est content de l’avoir parmi nous”, a-t-il poursuivi.

“Son adaptation se passe bien”, a remarqué Pochettino.

Mais à Paris, il suffit d’une défaite pour contrarier les lunes de miel: à Tel-Aviv, Hakimi a besoin d’un trophée pour sceller l’union.