Transfet: Thauvin dans les pas de Gignac au Mexique

Florian Thauvin, sous le maillot de l’Olympique de Marseille contre Brest au stade Vélodrome, le 13 mars 2021
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Pas de Ligue des champions, de Naples, de Milan ou de Séville pour Florian Thauvin et pas non plus de prolongation de contrat avec l’OM, son club depuis 2013. Le champion du monde français s’est en effet engagé vendredi avec les Tigres de Monterrey au Mexique, un choix original, déjà fait avec succès par André-Pierre Gignac.

“Le style Tigres, c’est de toujours croire que c’est possible.” En espagnol et portant le maillot orange et bleu des Tigres, Thauvin a officialisé dans une vidéo publiée vendredi soir sur Twitter par son nouveau club ce qui était déjà bien plus qu’une rumeur de mercato.

Quelques heures plus tôt en conférence de presse, l’entraîneur marseillais Jorge Sampaoli avait d’ailleurs paru résigné au départ de celui qu’il a de nouveau qualifié de “pilier” de l’OM.

“J’ai parlé avec Florian et il m’a dit qu’il y avait une possibilité et qu’il l’évaluait (…) Il y a parfois des choses que les coachs ne contrôlent pas. Il y a des questions financières, il y a le temps passé ici, peut-être l’envie de connaitre autre chose”, avait-il dit.

Le choix du Mexique, pourtant, peut surprendre pour un joueur champion du monde en 2018 avec les Bleus et qui pèse plus de 80 buts et 60 passes décisives en près de 300 matches avec l’OM. Thauvin espérait sans doute qu’un club important d’un championnat majeur profite de son statut de joueur libre pour lui faire une belle offre, sportive et financière. Cela n’a vraisemblablement pas été le cas.

Agitation perpétuelle

Son expérience ratée à Newcastlesix mois en 2015, les seuls passés loin de l’OM depuis 2013a pu peser, mais les deux dernières saisons aussi. Une grave blessure à la cheville droite l’a privé de tout l’exercice 2019-2020 et la saison en cours n’a pas totalement chassé les doutes.

Son début de saison a été bon pourtant, quand ses buts et ses passes décisives ont porté l’OM d’André Villas-Boas. Mais il n’a pas pu enrayer la chute et la suite a été compliquée, sa bonne entente avec Lirola et un nouveau poste avec Sampaoli ne suffisant pas à dissimuler une influence déclinante et une faiblesse nouvelle dans les un-contre-un.

Heureux à Marseille, dans une ville et un club qu’il adore, Thauvin a peut-être aussi été usé par l’agitation perpétuelle de l’OM, où il aura connu neuf entraîneurs en moins de huit ans et où il est aujourd’hui contesté par une proportion importante de supporters.

Interrogé sur son avenir au mois de mars, l’ancien Bastiais n’avait tout de même rien écarté, tout en pointant la responsabilité de la précédente équipe dirigeante, celle de Jacques-Henri Eyraud, pour sa situation contractuelle, qui plaçait de fait l’OM en position de faiblesse.

La légende Gignac

“Je savais que ça serait une saison compliquée. Je revenais d’une longue blessure et je suis en fin de contrat. Quand tu n’es pas à 100% physiquement et que dans la tête tu te poses des questions, tu ne peux pas donner le meilleur. Il fallait assumer cette situation, qui est héritée de l’ancienne direction, et j’ai toujours fait le maximum pour l’OM, je crois que les supporters le savent. Avec une nouvelle direction, les cartes sont forcément redistribuées”, avait-il dit.

Le nouveau président Pablo Longoria y croyait, d’ailleurs, se disant fin-avril “plutôt optimiste” quant aux prolongations de contrat de Thauvin et Jordan Amavi, qui a lui signé vendredi un nouveau contrat de quatre ans.

Mais Thauvin a donc choisi un autre chemin, celui déjà emprunté il y a six ans par André-Pierre Gignac, un autre amoureux de l’OM aux relations tumultueuses avec le club provençal. Et si les expériences mexicaines d’Andy Delort ou Jérémy Ménez ont été décevantes, l’exemple de Gignac a probablement influé dans le choix de Thauvin.

Avec les Tigres, Gignac est devenu une légende et son équipe a montré qu’elle était compétitive en disputant la finale de la dernière Coupe du Monde des clubs. “APG” a aussi été sélectionné en équipe de France alors qu’il jouait au Mexique, disputant notamment l’Euro-2016.

Aujourd’hui, Thauvin semble de toutes façons un peu loin des Bleus, avec une dernière sélection qui remonte à près de deux ans. Pour les Tigres, cela n’a pas d’importance. “Bienvenue champion du monde”, ont-ils fièrement écrit sur Twitter.