Transferts: un Français peut en cacher un autre, le Real Madrid s’offre Camavinga

Le milieu de Rennes Eduardo Camavinga, le 3 février 2021 en Ligue 1 contre Lorient
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Un diamant français au Real Madrid… et ce n’est pas Kylian Mbappé ! Alors que la capitale espagnole espère le prodige du Paris SG, c’est le jeune milieu de terrain de Rennes Eduardo Camavinga qui rejoint le club aux 13 Ligues des champions pour y poursuivre sa fulgurante évolution.

Transfert surprise à la “Maison blanche”: alors que la direction du club planche depuis une semaine sur le recrutement de Mbappé, dont la piste s’est refroidie depuis lundi soir, la venue de Camavinga a agréablement surpris les supporters madrilènes.

Après les rendez-vous manqués avec Mbappé, cette semaine, ou les années précédentes avec Paul Pogba, la cible prioritaire au milieu de terrain, Camavinga est bien plus qu’un lot de consolation pour le Real qui, selon Marca, aurait déboursé 31 millions d’euros (+ 9 M bonus) pour l’enrôler pour les six prochaines années !

Le jeune international français (3 sélections), actuellement en équipe de France Espoirs, était suivi de près par Zinédine Zidane, qui avait tenté de l’enrôler l’été dernier… mais le joueur avait préféré rester dans son cocon une année supplémentaire.

Pisté par Zidane

Après les départs de Zinédine Zidane, Sergio Ramos et Raphaël Varane cet été, véritables emblèmes du club, Eduardo Camavinga va incarner la nouvelle ère madrilène sous la houlette de Carlo Ancelotti.

Il s’agit de la deuxième recrue estivale des “Merengues”, après David Alaba, arrivé libre en provenance du Bayern Munich. Le joyau rennais aura tout le loisir de peaufiner sa progression auprès de ses compatriotes Ferland Mendy et Karim Benzema, et sera bien entouré avec l’iconique trio du milieu de terrain madrilène, Toni KroosLuka ModricCasemiro.

Une nouvelle page blanche s’ouvre pour le jeune prodige à l’histoire singulière. Né d’une famille de réfugiés en Angola, Eduardo Camavinga est arrivé en France à l’âge de deux ans avec sa famille, qui s’est installée à Fougères, au nord-est de Rennes, en Bretagne.

Lancé en Ligue 1 par Julien Stéphan au printemps 2019, quand il n’avait que 16 ans, Camavinga a séduit le public français par son insouciance, son sourire et sa science du jeu.

Ce n’est qu’en novembre 2019, à tout juste 17 ans, que le jeune milieu est naturalisé français. Dès les jours suivants, il est appelé en équipe de France Espoirs, et en septembre 2020, alors qu’il n’est pas encore majeur, il grimpe encore un échelon. Plus jeune Bleu depuis un siècle, il brille dès ses premiers pas, avec notamment un but sublime pour son deuxième match, contre l’Ukraine en octobre 2020, en amical.

“Petit prince”

Pour Rennes, qui l’avait surnommé “le Petit prince du Roazhon Park” dès ses débuts, l’issue était inévitable. Le départ de sa pépite au Real se hisse directement parmi les plus gros transferts de l’histoire du club, avec ceux d’Ousmane Dembélé vers Dortmund en 2016 (35 M d’EUR) et d’Ismaïla Sarr vers Watford en 2019 (entre 30 et 38 M d’EUR avec bonus).

Malheureusement, après sa première sélection remarquée en équipe de France, Camavinga a un peu perdu de sa superbe. Des blessures, des adversaires prévenus en face, un changement d’agent (pour rejoindre le puissant Jonathan Barnett) et une équipe inconstante… Le Camavinga étincelant de la saison 2019-2020 n’est réapparu que par fulgurances la saison dernière.

Remplaçant ces dernières semaines, Camavinga, qui arrivait en fin de contrat à l’été 2022, a refusé la prolongation de contrat proposée par Rennes, ce qui a terni ses retrouvailles avec les supporters. Il a joué son dernier match en rouge et noir dimanche à Angers, où il est entré à la pause alors que les Rennais venaient d’être réduits à dix et qu’ils ont fini par s’incliner 2-0.

Le même stade où il avait fait ses débuts chez les professionnels, avec une première entrée en jeu à la 89e minute en avril 2019 (3-3), à 16 ans, 4 mois et 26 jours.

“Le club me connaît maintenant depuis l’âge de mes 11 ans, ils m’ont vu grandir, ils m’ont aidé à évoluer dans le monde du foot et c’est aussi grâce à eux que je suis devenu l’homme que je suis aujourd’hui”, a écrit le jeune milieu de terrain sur Twitter mardi après-midi, pour faire ses adieux au club breton.