L’ancien entraĂ®neur de Manchester United JosĂ© Mourinho adresse un geste au public lors d’un match de Ligue des champions contre la Juventus Turin, le 7 novembre 2018, Ă  Turin
/ © 2019 AFP

Après “The Special One”, “The Humble One”? De retour sur un banc, Ă  Tottenham, après une longue pause sans entraĂ®ner, JosĂ© Mourinho ne refera pas “les mĂŞmes erreurs” avec le club londonien qu’il veut relancer sans en bouleverser l’effectif.

“Je suis plus fort. Je ne me sens pas plus affĂ»tĂ©, je l’ai toujours Ă©tĂ©! Mais je suis plus fort du point de vue Ă©motionnel”, a affirmĂ© le Portugais, dont l’arrivĂ©e sur le banc des Spurs, officialisĂ©e mercredi, doit permettre de relancer l’Ă©quipe londonienne, 14e du Championnat d’Angleterre.

Le technicien lusitanien, 56 ans, qui succède Ă  l’Argentin Mauricio Pochettino, limogĂ© mardi, a nĂ©anmoins prĂ©venu qu’il ne prĂ©voyait pas de remporter la Premier League cette saison.

“Mais nous pourrons la gagner la saison prochaine”, a-t-il promis, assurant qu’il n’envisageait pas de grands changements au mercato d’hiver.

“Le potentiel du club est Ă©norme et celui des joueurs est grand”, a lancĂ© le technicien. “Je suis content des joueurs dont je dispose. J’ai juste besoin de mieux les comprendre, de tout connaĂ®tre d’eux”, a-t-il poursuivi, se disant “humble”.

“J’ai toujours Ă©tĂ© humble, Ă  ma manière. Le problème, c’est que vous ne l’avez pas compris”, a insistĂ© le Portugais lors de sa première confĂ©rence de presse Ă  la tĂŞte des Spurs.

Le discours tranche avec celui prononcĂ©, il y a quinze ans, Ă  Londres oĂą le technicien portugais parlait de lui Ă  la troisième personne et se considĂ©rait comme un “top manager”, un “special one”. Mourinho dĂ©couvrait alors la Premier League en posant ses valises Ă  Chelsea, aurĂ©olĂ© d’un triomphe en Ligue des champions avec le FC Porto.

La situation a bien changĂ© en novembre 2019. Le “Mou” est de retour aux affaires après onze mois sabbatiques durant lesquels il a impatiemment attendu un nouveau dĂ©fi.

“Pause très positive”

A Manchester United, la dernière expĂ©rience du coach aux 25 trophĂ©es avait Ă©tĂ© mitigĂ©e. A tel point qu’il n’avait pas tenu deux ans. Sous sa houlette, les “Red Devils” avaient certes remportĂ© la Ligue Europa et la Coupe de la Ligue en 2017 mais sans rĂ©ussir Ă  jouer les premiers rĂ´les en championnat.

Mourinho, qui a aussi officiĂ© Ă  l’Inter Milan et au Real Madrid, a reconnu avoir fait “des erreurs” durant sa carrière. “Je ne referai pas les mĂŞmes. J’en ferai d’autres”, a-t-il ajoutĂ©, “convaincu” d’avoir fait “un super choix” en relevant le dĂ©fi proposĂ© par Tottenham.

Pour le Portugais, cette pĂ©riode sans coacher n’a “pas Ă©tĂ© une perte de temps”.

“Ces (onze) mois m’ont permis de rĂ©flĂ©chir, d’analyser et de prĂ©parer (la suite)”, a soulignĂ© celui qui avait guidĂ© Porto et l’Inter Milan vers le titre en C1, respectivement en 2004 et 2010. “J’ai mĂŞme appris Ă  devenir consultant”, a ajoutĂ© en souriant celui qui touchera un salaire estimĂ©, par la presse anglaise, Ă  17,5 millions d’euros bruts annuels.

TitrĂ© avec tous les grands clubs oĂą il est passĂ©, Mourinho a toutefois admis qu’il n’a pas Ă©tĂ© “facile” pour lui de vivre son premier Ă©tĂ© sans club. “Pendant la prĂ©paration d’avant-saison, je me suis senti un peu perdu” mais “avoir cette pause a Ă©tĂ© très positif pour moi”, a-t-il expliquĂ©.

Le “Mou” a visiblement eu le temps de prendre du recul.