Suède: “Je jouerai aussi longtemps que je le pourrai”, assure Ibrahimovic

L’attaquant vedette de la Suède Zlatan Ibrahimovic lors d’une conférence de presse au siège de la Fédération à Stockholm, le 22 mars 2021
/ © 2021 AFP

“Je jouerai aussi longtemps que je le pourrai”: la star du football suédois Zlatan Ibrahimovic, 39 ans, a laissé la porte ouverte lundi à une participation au Mondial-2022, avant son très attendu retour en sélection jeudi après presque cinq ans de retraite internationale, et à trois mois de l’Euro.

QUESTION: Quand avez-vous commencé à changer d’avis sur l’équipe nationale ?

REPONSE: “Quand je suis revenu d’Amérique. Je suis arrivé à Milan, en Europe, j’ai commencé à me sentir vivant à nouveau. J’ai senti que je pouvais jouer à un niveau élevé, que je jouais bien, que ce que je faisais était plus que bien et que la volonté grandissait de plus en plus. J’ai tout le temps suivi l’équipe nationale. Jouer en sélection est la plus grande chose que vous puissiez faire en tant que joueur de football. Pendant que je les suivais, au fond de moi, je me disais +je pense que je peux faire quelque chose+ mais évidemment cela ne dépend pas de moi (…) Quand j’ai gagné le Ballon d’or (en Suède), j’ai exprimé dans ce journal (Aftonbladet, ndlr) ma volonté de (re)jouer pour l’équipe nationale. J’ai ensuite eu une réunion avec l’entraîneur et à partir de là nous avons commencé à parler pour apprendre à nous connaître. J’ai été honnête avec moi-même, et à l’entraîneur j’ai dit: +écoute, si je suis physiquement en bonne condition, si tu penses que c’est une bonne idée, parlons-en+. On a parlé et je suis assis ici”.

Q: Qu’avez-vous ressenti en regardant l’équipe nationale ? Avez-vous pensé que vous pouviez contribuer à l’équipe de Janne (Andersson, le sélectionneur) et si oui, de quelle manière ?

R: “Quand j’ai arrêté avec l’équipe nationale, j’ai juste savouré leurs succès. Évidemment, en tant que joueur de football, vous voulez être sur le terrain et aider chaque fois que vous voyez les équipes pour lesquelles vous avez joué et les coéquipiers avec lesquels vous avez joué. J’avais été victime d’une très mauvaise blessure et que mes pensées du moment n’étaient pas +je suis le meilleur+. J’ai donc juste apprécié et suivi leurs succès. Aujourd’hui, je suis ici car je pense que je peux aider, c’est mon souhait. La sélection me manquait. Si elle ne me manquait pas, cela voudrait dire qu’elle ne signifiait rien pour moi. Ca m’a manqué chaque jour depuis que j’ai arrêté, mais j’ai l’opportunité maintenant de jouer pour mon pays et je le fais avec honneur, même si ce n’est pas seulement cela. Je suis heureux si je peux apporter des résultats car je suis ici pour obtenir des résultats. Pour l’entraîneur, mes coéquipiers et le pays tout entier. J’ai beau parler ici, si je n’apporte pas de résultats, cela ne veut rien dire”.

Q: A l’horizon, il y a déjà la Coupe du monde. Si vous êtes en bonne forme, envisagez-vous de continuer un peu plus longtemps et de jouer le Mondial au Qatar ?

R: “Je promets que je jouerai aussi longtemps que je le pourrai, et aussi longtemps que je pourrai apporter des résultats. Que ce soit pour une semaine, un an ou dix ans, je promets que je continuerai”.

Propos recueillis en conférence de presse.