Deux anciens joueurs de Fréjus/Saint-Raphaël, soupçonnés d’avoir volontairement fait perdre leur équipe en National doivent être jugés par le T.C. de Paris
/ © 2020 AFP

Deux anciens joueurs de Fréjus/Saint-Raphaël, soupçonnés d’avoir volontairement fait perdre leur équipe en 2014 lors d’un match de National (3e division) au bénéfice de parieurs demeurés inconnus, doivent être jugés mercredi et jeudi par le tribunal correctionnel de Paris.

La tenue du procès reste toutefois incertaine, en raison notamment de la grève des avocats. La présence des joueurs à l’audience n’est par ailleurs pas confirmée.

Les deux hommes de 37 ans, le défenseur central Matar Fall, qui joue aujourd’hui à Toulon (National), et l’ancien gardien de but Dominique Jean-Zéphirin, qui vit en Californie, doivent répondre de “corruption passive en vue d’altérer le résultat de paris sportifs” et d'”association de malfaiteurs”. Ils risquent cinq ans d’emprisonnement.

L’affaire, révélée par L’Équipe, porte en particulier sur un match de National du 9 mai 2014. Le club varois, favori et aujourd’hui en National 2, s’était incliné 4 buts à 1 face au relégable Colomiers (Haute-Garonne).

Quatre buts encaissés en vingt minutes par Dominique Jean-Zéphirin, dont un inscrit contre son camp par Matar Fall en tout début de rencontre.

En parallèle de ce scénario, si troublant que le club avait mis à pied les deux joueurs, la société de surveillance Sportradar avait relevé une cotation anormale du match et un volume de paris 20 fois supérieur à la moyenne pour une telle rencontre, effectués depuis l’étranger notamment en Asie.

L’UEFA avait signalé ces éléments à la Fédération française de football (FFF), qui avait porté plainte.

Les deux joueurs sont également poursuivis pour un match contre Dunkerque le 2 mai 2014: un nul, mais au cours duquel des paris anormaux avaient aussi été repérés en Asie.

Selon l’accusation, tous deux ont approché “de concert” des coéquipiers pour leur demander de lever le pied contre rémunération pour Dunkerque puis Colomiers, pour le compte de mystérieux interlocuteurs voulant parier sur leur défaite.

Faute d’adhésion de leurs coéquipiers, le juge d’instruction estime que les deux prévenus “ont pris à leur compte de truquer le match” contre Colomiers.

Selon lui, ils ont “volontairement dissimulé” l’identité de leurs interlocuteurs “probablement issus du banditisme”, qui n’ont pu être identifiés. Aucun versement suspect n’a toutefois été retrouvé sur leurs comptes.

Les prévenus affirment que ces interlocuteurs se seraient montrés menaçants après avoir perdu de l’argent en raison du nul contre Dunkerque. Mais chacun accuse l’autre d’avoir géré les contacts avec ces personnes et d’avoir pris l’initiative de parler aux joueurs.

S’ils ont convenu avoir mal joué contre Colomiers par “peur” de ces menaces, ils nient avoir triché.

D’après Sportradar, Dominique Jean-Zéphirin est connu pour avoir été en lien avec deux célèbres truqueurs singapouriens de matches.

La FFF, partie civile, demandera un euro de dommages et intérêts et le paiement des frais de justice.