Samedi des Bleus: Coman assure, Pogba et Martial déçoivent

L’attaquant du Bayern Munich Kingsley Coman (g) lors du match face à Shclake à Gelsenkirchen le 24 août 2019
/ © 2019 AFP

Un samedi inégal pour les internationaux français: Kingsley Coman a fait le bonheur du Bayern Munich, où Lucas Hernandez est apparu pour la première fois, pendant que Paul Pogba et Anthony Martial ont déçu avec Manchester United.

. Deux étoiles

Kingsley Coman: un pénalty provoqué et une passe décisive au crédit de l’ailier du Bayern Munich. L’héritier de Franck Ribéry, sur l’aile gauche, a cherché le un contre un, provoqué en permanence et beaucoup servi ses partenaires. C’est lui qui obtient le pénalty du 1-0 (transformé par Lewandowski) lorsque le jeune Anglais Jonjoe Kenny n’a pas d’autre ressource que de le déséquilibrer pour l’empêcher de passer dans la surface (20e). En deuxième période, il sert Lewandowski pour le but du 3-0.

. Une étoile

Benjamin Pavard: le transfuge de Stuttgart jouait pour la première fois en position d’arrière droit avec le Bayern, contre Schalke (victoire 3-0). Dans une équipe où l’on attend beaucoup des latéraux offensivement, Pavard a beaucoup essayé, mais ses passes ou son positionnement ont parfois été imprécis. Il lui reste aussi à construire une complicité avec l’ailier droit Serge Gnabry, probablement un travail de longue haleine.

Corentin Tolisso: le Munichois qui tire profit de l’indisponibilité de Leon Goretzka, a tenu son rôle de milieu relayeur, se rendant toujours disponible pour ses partenaires et cherchant les ouvertures vers l’avant. Superbement servi par Coman dans la surface, il a délivré un tir pivot qui aurait mérité un meilleur sort, s’il n’avait pas manqué le cadre (43e). Un autre tir non cadré dans le temps additionnel.

Lucas Hernandez: pour sa première titularisation sous le maillot du Bayern, l’ancien joueur de l’Atlético Madrid a livré une copie très correcte en défense centrale. Agressif sur l’homme, précis dans ses interventions et propre dans sa relance, il a plutôt convaincu jusqu’à sa sortie à la 77e minute. “Pour son retour après quatre mois de blessure, on ne peut pas attendre des choses extraordinaires, mais sa présence, son engagement et la vitesse qu’il met dans la relance, ça me plaît”, s’est enthousiasmé Lothar Matthäus, légende du Bayern aujourd’hui consultant sur Sky.

Kurt Zouma: très bon dans les airs, efficace au sol et dans les duels, le défenseur de Chelsea n’a pas démérité lors de la victoire à Norwich (3-2). Il aurait même pu marquer, si son but n’avait pas été invalidé après recours à l’assistance vidéo. Son coéquipier N’Golo Kanté n’a pas joué en raison d’une légère blessure à une cheville.

Blaise Matuidi: match sans grand éclat pour l’ex-Parisien, à l’image de celui de son équipe, victorieuse 1-0 à Parme pour la première journée de Serie A. Mais l’essentiel est ailleurs pour Matuidi, titulaire alors que la majorité des observateurs l’annonçaient très loin dans la hiérarchie du très dense milieu de terrain turinois. Pour rendre sa confiance à Maurizio Sarri, il a comme toujours beaucoup couru et s’est souvent rendu disponible en attaque mais il n’a pas pesé. Adrien Rabiot a de son côté joué la dernière demi-heure en remplacement de Khedira et a été assez discret.

. Pas d’étoile

Paul Pogba: imprécis dans ses passes, pas brillant dans ses choix. Le milieu de Manchester United, acclamé par Old Trafford après avoir été la victime d’insultes racistes sur Twitter dans la semaine, n’a pas trouvé la bonne carburation lors de la défaite contre Crystal Palace (2-1). S’il a réussi un joli tacle pour lancer l’attaque de l’égalisation des “Red Devils”, c’est lui qui a perdu le ballon menant au but victorieux des “Eagles” dans le temps additionnel (2-1). Une après-midi à oublier pour le champion du monde, passablement énervé à la fin du match.

Anthony Martial: il s’est débattu, a tenté, bougé, s’est fait bousculer, mais rien n’a fonctionné pour l’attaquant de Manchester United.

Raphaël Varane: Prestation mitigée de la part du défenseur central du Real Madrid, rejoint in extremis par Valladolid à domicile (1-1). Le Français a bien commencé son match mais il semble commettre une faute de placement sur l’égalisation adverse, se retrouvant en retard et pris dans son dos.