Saint-Etienne : les ultras stéphanois appellent Puel à démissionner

L’entraîneur stéphanois Claude Puel à l’issue du match perdu à Monaco, le 22 septembre 2021
/ © 2021 AFP

Les ultras stéphanois ont accroché jeudi une banderole aux grilles du centre d’entraînement de l’AS Saint-Etienne laissant “24 heures” au manager général Claude Puel pour “démissionner”, à la veille du match de la 11e journée de Ligue 1 Saint-Etienne-Angers.

“Puel : on te laisse 24 heures pour démissionner”, menaçait le calicot, signé de trois groupes ultras, rapidement enlevé par les services de sécurité de l’ASSE, sur le qui-vive avant le match programmé vendredi soir au stade Geoffroy-Guichard.

L’AS Saint-Etienne, qui n’a toujours pas gagné une seule rencontre cette saison, est actuellement 20e et dernière du classement avec quatre points, à quatre longueurs de Bordeaux (17e et premier non relégable).

Une nouvelle contre-performance face à Angers pourrait provoquer l’éviction de Puel, et le club redoute des incidents.

“Je pense que les supporters seront derrière leur équipe et c’est le plus important. Nous sommes à domicile et on doit imposer une pression à notre adversaire et non pas créer une atmosphère néfaste pour notre équipe”, a déclaré le technicien au cours de sa conférence de presse d’avant-match, jeudi après-midi.

“Pour moi, il n’y a pas de pression. Tout est centré sur mes joueurs. Tout mon être est focalisé sur ce que l’on a à faire et comment faire performer l’équipe”, a-t-il insisté assurant voir “de la progression aux entraînements et, paradoxalement, entre nos matches”.

“Je vis tout cela à travers mon équipe. Les joueurs ne vont pas au combat pour leur entraîneur mais pour leur club et aussi parce qu’ils veulent s’extirper de cette situation. Je n’ai pas l’habitude de me mettre en avant. Je veux tout donner avec mon staff pour l’équipe. Il y a un environnement avec pas mal de fake news sur ma personne mais je n’en fais pas cas”, a également déclaré le technicien.