Rejet de la L1 à 22: les “intérêts financiers” ont prévalu, déplore Amiens

Bernard Joannin le président du club d’Amiens devant le Conseil d’état le 4 juin 2020 à Paris.
/ © 2020 AFP

Les “intérêts financiers” ont prévalu sur la “solidarité” du football français, qui a rejeté mardi l’élargissement de la L1 à 22 équipes, confirmant les relégations d’Amiens et Toulouse, a déploré le président amiénois Bernard Joannin, n’excluant pas un nouveau recours devant le Conseil d’Etat.

“La seule chose que démontre ce vote, est que ce sont exclusivement les intérêts financiers qui mènent les membres de l’Assemblée générale de la LFP (Ligue de football professionnel, NDLR) à se positionner contre un format à 22, ce que je déplore”, a réagi le dirigeant, dans une déclaration transmise à l’AFP.

“La question était simplement de savoir si le football professionnel français était prêt à faire preuve de solidarité en cette période de crise exceptionnelle et à partager le montant des droits télévisés à 22 plutôt qu’à 20. Les membres de l’AG de la Ligue y ont répondu négativement. Je le déplore profondément”, a-t-il poursuivi.

Dans la matinée, 74,49% des membres de l’AG, principalement composée de représentants des clubs professionnels, ont voté pour le maintien de la Ligue 1 à 20 équipes la saison prochaine.

Amiens et Toulouse, respectivement 19e et 20e de l’exercice interrompu mi-mars par le coronavirus, défendaient l’hypothèse d’un élargissement à 22 clubs qui leur permettrait d’être maintenus.

“Cela fait maintenant des mois que l’on nous explique qu’une Ligue 1 à 22 est impossible et que l’unanimité du monde du football serait opposée à cette solution. Or, je constate que nous avons déjà réussi à convaincre plus d’un quart des clubs votants de la légitimité d’un tel format, et nous continuerons à le faire dans les prochaines semaines”, a expliqué Bernard Joannin.

Vendredi, c’est au tour de l’Assemblée fédérale de la Fédération (FFF) de se réunir et de voter la nouvelle convention FFF-LFP qui fixe le nombre maximal de participants en L1. Une nouvelle issue défavorable pourrait assombrir encore davantage le sort d’Amiens et de Toulouse.

“Je lance maintenant un appel aux membres de l’Assemblée fédérale de la FFF, qui représentent aussi le football amateur, pour qu’ils refusent de valider ce vendredi la convention FFF-LFP qui exclut la possibilité d’une Ligue 1 à 22 la saison prochaine! Nous nous tenons de toute façon prêts à déposer un nouveau recours en référé devant le Conseil d’Etat”, a-t-il assuré.

Amiens, tout comme Toulouse, a saisi une première fois le Conseil d’Etat qui avait suspendu, le 9 juin, sa rétrogradation et enjoint la LFP à rééxaminer le format de la prochaine saison de L1.