Réforme C1: Longuépée (Bordeaux) dénonce “l’intérêt de quelques-uns contre la majorité”

Le président des Girondins des Bordeaux, Frédéric Longuépée suit le match contre Caenen L1, le 11 novembre 2018 à Bordeaux
/ © 2019 AFP

Le président des Girondins des Bordeaux, Frédéric Longuépée a estimé vendredi à Malte que “toute réforme cohérente ne peut protéger l’intérêt de quelqu’uns aux dépens de la majorité”, en marge d’une réunion sur le projet controversé de réforme de la Ligue des champions.

Un nombre “significatif de clubs” ont exprimé “leur inquiétude concernant notamment l’impact de toute réforme sur les ligues nationales et les attentes des supporteurs”, a ajouté le nouveau président des Girondins, reflétant l’opposition d’un certain nombre de clubs à la réforme portée par Andrea Agnelli, patron de la Juventus Turin et président de l’Association européenne des clubs (ECA) qui avait convoqué une assemblée générale extraordinaire à Malte.

Outre Bordeaux, parmi ces clubs dissidents figurent l’AS Saint-Etienne, Monaco, Schalke 04 (Allemagne), la Lazio Rome (Italie), Braga (Portugal) ou encore les clubs suisses du FC Bâle et des Young Boys de Berne.

“Les clubs allemands sont satisfaits de voir que presque tous les autres clubs européens ne sont pas convaincus par les propositions”, a déclaré Peter Peters, directeur général de Schalke 04. “Nous avons débuté la discussion en entendant que +rien n’est gravé dans le marbre+. Après cette assemblée (de l’ECA), nous devrions dire +nous devons partir d’une feuille blanche+”.

Présenté début mai par l’UEFA, qui travaille en étroite collaboration avec l’ECA, le projet de réforme de la C1 avait été très mal accueilli par de très nombreux clubs et Ligues.

Il aboutirait à une nouvelle Ligue des champions quasiment fermée et très favorable aux plus grands clubs, avec 24 équipes sur 32 automatiquement reconduites d’une saison sur l’autre et seulement quatre places accessibles via les compétitions domestiques.

Nicolas Holveck, directeur général adjoint de l’AS Monaco a lui regretté que la question de la redistribution des revenus n’ait pas été discutée. “On ne peut pas discuter du format de la compétition sans avoir des informations sur la façon dont l’argent sera redistribué”, a-t-il déclaré, plaidant pour un “modèle de distribution plus juste entre les clubs participants et les non-participants afin de garantir un équilibre compétitif à la fois au niveau européen et des ligues”.