Real Madrid: Ancelotti loue “le travail fantastique” accompli par Zidane

L’Italien Carlo Ancelotti, alors entraîneur d’Everton, après un match de Premier League contre Wolverhamptonn, à Liverpool, le 19 mai 2021
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

“Très heureux” de revenir au Real Madrid six ans après son premier passage (2013-2015), Carlo Ancelotti a déclaré mercredi en conférence de presse avoir “plus d’expérience”, “plus de certitudes, plus de confiance” pour diriger le Real, et a loué le “travail fantastique” accompli par Zidane.

Q: Allez-vous devoir recruter pour faire du Real Madrid une équipe compétitive en Europe et en championnat ?

R: “Le Real Madrid, quel qu’il soit, va toujours rivaliser dans toutes les compétitions, avec la meilleure équipe possible. Je viens d’arriver, je dois encore parler avec le club de ces choses-là. Je ne m’imaginais pas le Real Madrid sans Carlo Ancelotti, mais j’ai dû l’accepter. Je veux faire une revue d’effectif, calmement. Il y a un mix entre des joueurs d’expérience et de talent, comme Modric, Kroos, Benzema… et de jeunes joueurs prometteurs, comme Vincius et Rodrygo. Mais on va devoir réduire l’effectif. On va voir comment on va faire. Le but n’est pas de recruter à tout prix un attaquant qui marque 30 buts par saison, mais d’essayer de trouver des solutions pour que les ailiers ou les milieux marquent un peu plus. (Karim) Benzema doit marquer 50 buts, et pas 30. Karim joue très bien, je suis très heureux de l’entraîner à nouveau. Il s’est beaucoup amélioré ces derniers temps, il a plus de responsabilités, c’est un joueur top. Et après, il y a des joueurs d’avenir, comme Rodrygo, Vinicius, qui doivent marquer plus aussi”.

Q: Qu’avez-vous appris de votre premier passage sur le banc du Real ?

R: “Carlo Ancelotti n’est pas le même qu’il y a six ans. Je suis différent, j’ai six ans d’expérience en plus. Positive ou négative. J’étais très bien à Everton, dans un club familial. Mais l’expérience négative peut aussi te faire grandir. Mais de mon premier passage, je me souviens de tout très clairement. Les matches gagnés, les triomphes, les moments difficiles aussi, le jour de mon départ, le jour de ma première arrivée… Cinq ans ont passé, mais revenir ici est toujours quelque chose de très spécial. J’ai les mêmes sensations que lors de ma première arrivée. Mais là, j’ai plus de certitudes, plus de confiance”.

Q: Avez-vu eu l’occasion de discuter avec Zidane des raisons de son départ ?

R: “Que dire de +Zizou+ ? Il a gagné trois titres en peu de temps, il a fait un travail fantastique, jusqu’au dernier jour. Il est parti, je suis revenu. C’est le football. Mais tout le monde ici se doit de remercier +Zizou+ pour le travail accompli. Ce qu’il a fait, c’est incroyable. Je n’ai pas encore pu parler avec lui. On n’a pas eu une relation très continue ces derniers temps, juste quelques messages de temps en temps. Mais je lui parlerai bientôt, parce que +Zizou+ est un ami. Je n’ai pas compris sa lettre, je ne sais pas la relation personnelle qu’il avait avec le président. Ce qui est sûr, c’est que quand le Real m’a appelé, je n’ai eu aucun doute, zéro. Dans le football, ça parle… Les entraîneurs entraînent, les joueurs jouent, les journalistes commentent ce qu’il se passe, c’est normal. Je connais bien ce monde. Mais il faut respecter tout le monde”.

Propos Recueillis par Patxi Vrignon-Etxezaharreta