Racisme dans le foot: le gouvernement anglais prêt à agir “si nécessaire”

L’attaquant sud-coréen de Tottenham Son Heung-min (g) après son duel avec le défenseur allemand de Chelsea Antonio Rüdiger, qui lui a valu une expulsion, le 22 décembre 2019 à Londres
/ © 2019 AFP

Interpellé par l’Association des joueurs de football professionnels (PFA) après les cris racistes dimanche lors du match entre Tottenham et Chelsea, le gouvernement anglais a indiqué lundi qu’il n’excluait pas “de prendre de nouvelles mesures si nécessaire” pour combattre ce problème.

Dimanche, peu après l’heure de jeu, le défenseur de Chelsea, Antonio Rüdiger, avait signalé à l’arbitre qu’il était visé par des cris racistes venant des tribunes, quelques minutes après l’expulsion de l’attaquant de Tottenham Son Heung-min pour un mauvais geste sur le joueur allemand.

Cela avait occasionné une brève interruption du jeu et à trois reprises le speaker du stade avait fait des annonces pour demander que les cris cessent.

Tottenham avait promis après le match de mener “une enquête approfondie” et que d’éventuels coupables seraient sévèrement punis.

Le ministre des Sports, Nigel Adams, avait tweeté dimanche soir pour saluer l’enquête ouverte par Tottenham et assuré qu’il allait parler à la direction du club.

Mais lundi matin, la PFA avait appelé “le gouvernement à mener une enquête sur le racisme et la hausse des crimes haineux dans le football et à prendre des mesures immédiates et urgentes”.

Le porte-parole du Premier ministre a alors assuré que l’exécutif allait “continuer à travailler avec les autorités sur ce sujet, y compris avec l’Association des joueurs professionnels et nous n’excluons pas de prendre de nouvelles mesures si nécessaires”, sans en préciser la nature.

“La fédération anglaise, la Premier League et la Ligue anglaise de football ont considérablement augmenté leurs efforts mais nous attendons d’eux qu’ils continuent à faire de ce sujet une priorité”, a poursuivi le porte-parole.

Le problème du racisme dans les stades est un sujet sensible en Angleterre, auquel l’équipe nationale avait notamment été confrontée en Bulgarie lors des éliminatoires de l’Euro-2020 en octobre dernier.

Les joueurs noirs anglais avaient été la cibles de cris de singe et le match avait été interrompu à plusieurs reprises.

Mais en Angleterre aussi les incidents ne sont pas rares, même s’ils viennent généralement d’une poignée d’individus et non de centaines comme en Bulgarie.

En octobre, un match de barrage pour la Coupe d’Angleterre avait été interrompu et rejoué plus tard après qu’une équipe, dont les joueurs avaient été victime d’insultes racistes, eut quitté le terrain.

Deux hommes avaient été arrêtés quelques jours plus tard.

Plus récemment, lors du derby de Manchester début décembre, un supporter de City avait été filmé en train d’imiter un singe devant le milieu de terrain de United, Fred. Il avait été arrêté le lendemain.

Les clubs anglais ont généralement des politiques très fermes et bannissent à vie du stade leur supporters coupables de comportements racistes ou homophobes.