Qualifs Mondial-2022: l’Espagne douchée par le jeune duo suédois Isak – Kulusevski

Le défenseur espagnol Aymeric Laporte au milieu des joueurs suédois, vainqueurs 2 buts à 1, lors des qualifications pour le Mondial-2022 au Qatar, le 2 septembre 2021 à Solna
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2021 AFP

Retour à la réalité: après la parenthèse enchantée de l’Euro, où elle s’est hissée jusqu’en demi-finale, l’Espagne a été douchée par le jeune duo offensif suédois Alexander IsakDejan Kulusevski (2-1) jeudi à Solna dans le cadre des qualifications pour le Mondial-2022 au Qatar.

Après le ping-pong initial, qui a vu Alexander Isak (6e) répondre du tac-au-tac à l’ouverture du score de Carlos Soler (5e), c’est Viktor Claessen qui a délivré les siens à Solna (nord-ouest de Stockholm) en inscrivant le but de la victoire à la 57e, sur une superbe passe du jeune ailier de la Juventus Turin, Kulusevski (21 ans).

Avec ce revers, l’Espagne cède sa première place du groupe B à la sélection scandinave, qui compte un match en moins.

Première depuis 1993

La dernière défaite espagnole dans un match de qualifications pour un Mondial remontait auparavant à 1993 (1-0 au Danemark).

Un terrible retour sur terre pour la sélection de Luis Enrique, qui a séduit l’Europe cet été avec sa fougue, sa jeunesse et son jeu de possession.

Alors que la première rencontre du groupe E de l’Euro entre ces deux mêmes nations avait débouché sur un triste 0-0 et un nombre incalculable d’occasions manquées côté espagnol, jeudi, leurs retrouvailles n’ont pas offert le même spectacle.

La Suède n’a pas passé le match à défendre, et a joué crânement sa chance à domicile, profitant de la vitesse et du talent de ses atouts offensifs: Alexander Isak, le grand avant-centre de 21 ans que les Espagnols connaissent bien depuis son arrivée à la Real Sociedad en 2019, et Dejan Kulusevski, l’ailier de la Juve qui n’est plus à présenter.

La Roja, à l’inverse, a retrouvé les mêmes maux que lors du début de l’Euro. Elle a réussi à se procurer quelques belles occasions

quoique moins nombreuses qu’à Séville

-, mais n’a cessé de buter contre le portier suédois Robin Olsen.

A l’instar de la grosse occasion manquée par Ferran Torres au retour des vestiaires (49e), ou du tir stoppé d’Adama Traoré (68e).

Et Alexander Isak aurait pu enfoncer le clou, si Aymeric Laporte n’avait pas signé un retour héroïque à la 79e, avec un tacle aussi dangereux que réussi dans sa propre surface, dans les pieds d’Isak.

Isak, comme Kulusevski ont été chaudement applaudis par leur public à leur sortie à la 85e minute.

La sélection de Luis Enrique devra corriger le tir face à deux adversaires bien inférieurs sur le papier: dimanche (20h45/18h45 GMT), les Espagnols affrontent la Géorgie sur leur sol, à Badajoz, avant d’aller au Kosovo mercredi.

Il restera au total 6 rencontres aux Espagnols pour tenter de retrouver la première place du groupe B, le seul ticket qui offre une qualification directe vers le Qatar.