Qualifs Mondial-2022: “Il ne faut pas se relâcher”, alerte Deschamps

Le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps en conférence de presse au Parc des Princes, le 12 novembre 2021
/ © 2021 AFP

“Il ne faut pas se relâcher” dans la quête de qualification au Mondial-2022, a prévenu le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps avant de recevoir samedi (20h45) au Parc des Princes le Kazakhstan, qu’il “faudra respecter”.

“Tout reste à faire”

Deschamps: “(Les qualifications) C’est toujours une longue route, parfois périlleuse, l’essentiel c’est d’y être. Cela ne dépend que de nous. En gagnant demain, on sera qualifiés sans attendre le déplacement en Finlande (mardi, ndlr). Je ne vais pas comparer avec les autres éliminatoires. C’est une manière d’atteindre un autre objectif, qui est essentiel car l’équipe de France doit être à la Coupe du monde.”

Hugo Lloris (capitaine de la France): “On connait nos obligations, cela passe par une victoire demain soir. Ce serait l’idéal afin de valider notre ticket. Mais tout reste à faire sur le terrain. A nous de mettre le rythme, l’intensité, essayer de marquer vite dans le match, passer un bon moment avec nos supporters et continuer sur notre phase de progression. Il faudra rentrer dans le match avec la bonne intensité, la bonne agressivité afin d’emballer le match le plus tôt possible.”

La Ligue des nations a donné “confiance”

Lloris: “Si on regarde nos derniers résultats, cela offre un climat de confiance, mais pas à l’excès. Lorsqu’on gagne, on a toujours le sourire. On a été honnête sur notre situation, il y a eu des moments de doute. Mais on a montré notre force collective, dans l’adversité, en témoignent nos grands matches contre la Belgique et l’Espagne. Remporter des trophées avec l’équipe nationale a une saveur particulière.”

Deschamps: “La meilleure vitamine c’est de gagner. Il y a la fierté de ce qu’on a fait face à deux grandes nations, mais ça ne nous donne aucune garantie. Il ne faut pas se relâcher par rapport à notre objectif. En tout cas, l’équipe de France a encore prouvé si elle en avait besoin, qu’au-delà de la qualité footballistique, elle avait une force mentale et un état d’esprit. (A l’Euro) pendant 10 minutes on l’a perdu et on l’a payé. Mais que ce soit avant ou après, on l’avait.”

Le Kazakhstan “ne lâche pas”

Deschamps: “Ca n’a pas été simple de les jouer là-bas (victoire 2-0 fin mars, ndlr). Pendant qu’on était concerné par la Ligue des nations, j’ai fait superviser les deux matches du Kazakhstan au mois d’octobre. C’est une équipe qui a cette capacité à défendre, ils savent qu’ils doivent faire des efforts et ils le font tous, c’est un bloc. Ils ne lâchent pas et se battent jusqu’au bout, comme en témoignent les deux matches nuls qu’ils ont réussi à obtenir dans le temps additionnel. Ils vont jouer le jeu à fond, il ne faut pas s’attendre à une équipe démobilisée, ils vont jouer avec cette détermination-là. (…) Il faudra respecter cette équipe comme on l’a respectée au match aller.”

France-Bulgarie 1993, “souvenir douloureux”

Lloris: “Mes premiers souvenirs de football, c’est la Coupe du monde sans l’équipe de France en 1994. J’ai compris plus tard pourquoi. (La non qualification après la défaite contre la Bulgarie) reste un souvenir douloureux dans l’histoire de l’équipe de France, mais d’autres matches importants ont été gagnés depuis.”

Intégration “facilitée” pour les jeunes

Lloris: “On est habitués en sélection à avoir des joueurs qui manquent, ça donne la possibilité à d’autres joueurs de s’exprimer, de gagner des points en vue du Mondial. Pour la plupart, ils sont habitués au très haut niveau et à la demande de l’équipe de France. Ce qui facilite leur intégration, c’est la bonne dynamique de l’équipe de France. On se rend compte qu’il y a de plus en plus de jeunes au sein de l’équipe, cela facilite leur intégration. C’est difficile de savoir s’ils seront là un, cinq ou dix ans. Je leur souhaite. Cette génération est très forte, très ambitieuse, mais j’en ai connu d’autres qui, pour d’autres raisons, ne se sont pas installées durablement.”

Propos recueillis en conférence de presse