Qualifs Euro Espoirs: la France et Camavinga commencent bien

La joie du milieu de terrain de l’équipe de France, Eduardo Camavinga, après son but marqué contre l’Urkaine, lors de leur match amical, le 7 octobre 2020 au Stade de France à Saint-Denis
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

La nouvelle génération France Espoirs menée par Eduardo Camavinga a lancé sa campagne de qualifications à l’Euro par une victoire tranquille contre la Macédoine du Nord (3-0), avec un but du néo-Madrilène, jeudi au Mans.

Des arabesques, un but sur une frappe de loin (50e), un rôle de meneur, la jeune recrue du Real Madrid (18 ans) a régalé les 2.311 spectateurs de la MM Arena.

Il a bien aidé les Bleuets à digérer l’élimination à la dernière seconde du quart de finale de l’Euro précédant contre les Pays-Bas, où il était sur le banc (2-1), et le bide des Jeux olympiques.

Le premier but porte aussi la griffe de Camavinga, une belle ouverture de N.10 pour Melvin Bard, dont le centre est repris du droit par Nathanaël Mbuku (26e).

Pierre Kalulu a corsé l’addition en fin de match (89e).

Installé parmi les leaders de cette nouvelle génération, fort de ses 3 sélections A, il a mis les Bleuets sur la voie.

Le joueur formé au Stade Rennais aurait pu compter une passe décisive à son actif si Mbuku n’avait pas tiré au-dessus (53e) ou si Mohamed-Ali Cho n’avait pas buté sur le gardien David Denkovski sur une délicieuse passe dans la surface (62e).

Les caviars de Diop

L’autre animateur du jeu a été Sofiane Diop, meilleur Bleuet avec Camavinga, distribuant les caviars à ses partenaires, à l’image de cette lumineuse balle dans la profondeur pour Cho, qui a manqué son dribble devant David Denkovski (39e).

Le nouveau prodige d’Angers a “croqué” d’autres opportunités d’ouvrir son compteur but, comme il l’a déjà fait avec le SCO en L1, à 17 ans.

Mohamed-Ali Cho a quatre fois manqué le KO, perdant ses duels avec Denkovski (29e, 39e, 56e, 68e), avant d’être remplacé par Arnaud Kalimuendo (68e).

Autre leader de ces nouveaux Espoirs, Amine Gouiri, déjà présent dans la génération précédente comme Camavinga, a comme Cho vécu un match frustrant.

Nommé capitaine par Sylvain Ripoll, il n’a pas eu le même impact qu’avec Nice en ce début de saison (3 buts), avec trop de frappes non cadrées et un duel perdu avec David Denkovski (32e).

Gouiri est sorti en même temps que Camavinga, laissant leurs places à Sékou Mara et Képhren Thuram (80e).

Difficile de juger la défense, jamais vraiment en danger, mais les latéraux sont beaucoup montés, et Melvin Bard, à gauche, s’est distingué par la qualité de ses centres et Kalulu, à droite, par son but final, sur une passe d’Enzo Le Fée.

Elle ne devrait pas être poussée dans ses derniers retranchements non plus aux Îles Féroé, lundi, avant d’affronter les rivaux les plus redoutable du groupe H, l’Ukraine et la Serbie.

Mais les Bleuets de Camavinga ont bien commencé.