Qualif. Mondial 2022: l’Italie sans briller en Bulgarie

La joie de l’attaquant Andrea Belotti, après avoir ouvert le score sur pénalty contre la Bulgarie, lors de leur match de qualification pour le Mondial 2022, le 28 mars 2021 à Sofia
/ © 2021 AFP

L’Italie, sans vraiment briller, s’est imposée dimanche pour la première fois de son histoire en Bulgarie (2-0) pour enchaîner avec un deuxième succès en deux matches dans les qualifications pour la Coupe du monde 2022.

Après Ciro Immobile contre l’Irlande du Nord (2-0) en ouverture, l’autre avant-centre de la Nazionale, Andrea Belotti, a à son tour marqué un but important: celui qui a débloqué le match, sur un penalty qu’il avait lui-même obtenu (43e).

ll a fallu attendre une fin de match enfin plus emballante pour voir l’Italie assurer ce succès, grâce à Manuel Locatelli d’une frappe enroulée (83e)premier but en sélection du milieu de Sassuolo.

Cette victoire à Sofia est la première en Bulgarie des Azzurri où, depuis 1968, ils restaient sur quatre nuls et deux défaites.

De quoi entretenir la bonne dynamique de l’équipe de Roberto Mancini, désormais sur 24 matches sans défaite.

Ce déplacement avait valeur de premier test pour l’Italie sur un terrain où la Suisse, son adversaire le plus redoutable dans le groupe, s’était facilement imposée cette semaine (3-1).

Belotti près du doublé

Et de fait, elle a souffert: l’Italie a monopolisé le ballon mais a peiné à mettre de la vitesse et il a fallu attendre le penalty libérateur de Belotti pour voir le premier tir cadré…

Avant cela, les attaquants, Belotti, Chiesa et Insigne, s’étaient démenés sans vraiment trouver de bonnes positions de tirs. Le milieu, dans une nouvelle configuration avec cette fois les Intéristes Nicolo Barella et Stefano Sensi aux côtés d’un Marco Veratti peu influent, manquait de fluidité et les défenseurs ont eu tendance à vouloir précipiter les choses avec de grands ballons imprécis.

La Bulgarie, trop prudente avant la pause, est enfin sortie, une fois menée au score, et elle n’a pas été loin d’obtenir un penalty pour une main italienne (57e).

Et si Belotti a eu le 2-0 au bout du pied (poteau, 72e), seules les dix dernières minutes ont permis de voir une Italie plus brillante, avec les entrées en jeu de Locatelli et Immobile notamment. Le Laziale a eu l’occasion de marquer mais c’est finalement le milieu de Sassuolo qui a assuré la victoire.

Mancini va s’en contenter: “Tous les matches sont difficiles, avec des équipes qui, comme la Bulgarie, se mettent derrière et attendent de pouvoir jouer en contre. (…) Oui, la différence de buts est importante, mais on essaiera de battre la Suisse.”