PSG: Paredes, l’autre Argentin qui monte

Le milieu de terrain du Paris Saint-Germain, l’Argentin Leandro Paredes, lors du match de L1 à domicile contre Bordeaux, le 28 novembre 2020 au Parc des Princes
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

Le milieu argentin Leandro Paredes, malgré des débuts difficiles au Paris SG, s’impose comme l’un des gagnants de l’arrivée de son compatriote Mauricio Pochettino sur le banc, dans le nouveau tableau tactique aux nuances “albiceleste”.

Le nouvel entraîneur du PSG, en quête de la formule parfaite, tient dimanche une nouvelle occasion d’expérimenter, sur le terrain du relégable Lorient (15h00), lors de la 22e journée de Ligue 1.

Mais au terme de son premier mois, “Poche” a déjà livré quelques indications sur son onze type, en 4-2-3-1: présence conjointe des “Quatre Fantastiques”, Marquinhos fixé comme défenseur central, ou Paredes-Verratti dans l’entrejeu.

L’Argentin est devenu l’option N.1 aux côtés de l’Italien, les deux joueurs ayant débuté ensemble à chaque fois qu’ils étaient disponibles en 2021.

Paredes a démarré janvier dans la peau d’un transférable, que le quotidien italien la Gazzetta dello Sport l’affichait en “une” le 9 janvier, comme étant l’une des priorités de l’Inter Milan.

L’international de 26 ans (28 sélections) est aujourd’hui considéré comme l’un des vainqueurs du système Pochettino, alors que le mercato ferme ce lundi.

“Je sais qu’on parle beaucoup, mais moi je reste ici, je suis très heureux”, a déclaré la semaine dernière celui qui se voit rester “plusieurs années” au club.

Son séjour parisien avait pourtant mal démarré.

“Mes six premiers mois ont été difficiles parce que je venais juste d’arriver et que c’était un grand changement”, a reconnu le natif de San Justo, arrivé dans la capitale en janvier 2019 en provenance du Zénit Saint-Pétersbourg contre 40 millions d’euros.

Connexion argentine

“L’année dernière a été très bonne en général, pareil pour celle-ci. J’essaye toujours de m’améliorer et de tout donner”, a-t-il poursuivi.

Avec Thomas Tuchel, Paredes a eu du mal à s’imposer dans ce secteur mouvant, à l’instar d’Ander Herrera et d’Idrissa Gueye, pénalisés par les blessures comme lui, où le repositionnement de Marquinhos a longtemps brouillé la hiérarchie.

Mais le technicien souabe voyait en lui “un grand talent, professionnel”, dont l’influence grandissante dans le groupe a été saluée par le port du brassard de capitaine, un soir de Coupe de France à Pau en janvier 2020.

Alors qu’il n’avait même pas été convoqué dans le groupe pour le huitième de finale aller de Ligue des champions à Dortmund en février, Paredes commence comme titulaire la finale de C1 perdue contre le Bayern (1-0) en août.

Malgré plusieurs problèmes physiques (hanche) qui lui ont fait rater une dizaine de matches cette saison, l’Argentin garde le vent dans le dos, aidé aussi par l’arrivée de Pochettino, dont le PSG “bleu ciel” et rouge a aussi relancé son compatriote Mauro Icardi, trois buts en quatre matches.

“Pour un joueur argentin, c’est très important d’avoir un entraîneur de la même nationalité. Cela signifie que vous avez les mêmes idées et j’essaye d’en tirer le plus possible et d’apprendre de lui. Espérons que les choses continuent de la sorte”, a expliqué l’ancien de Boca Juniors, très attaché à la maison “xeneize”.

Paredes, connu pour son caractère bouillant, attend toujours de marquer son premier but en Ligue 1, lui qui est arrivé à Paris avec la réputation d’avoir une grosse frappe. Il n’a pas encore tout montré.