L’attaquant Kylian MbappĂ© encore dĂ©cisif avec deux buts contre l’OM, le 27 octobre 2019 au Parc des Princes
Par Antoine MAIGNAN / © 2019 AFP

“DIM”, bam, boum, Paris tient son trio: Angel Di Maria, Mauro Icardi et Kylian MbappĂ©, Ă©tincelants contre Marseille dimanche (4-0), ont affichĂ© une complicitĂ© totale dans l’attaque parisienne, faisant quasiment passer Neymar et Edinson Cavani pour de l’histoire ancienne.

La “MCN” de MbappĂ©-Cavani-Neymar est en sommeil, vive la “DIM” ! Face aux blessures Ă  rĂ©pĂ©tition de la star brĂ©silienne et du chouchou uruguayen, Thomas Tuchel n’a pas mis longtemps Ă  trouver la clĂ© de l’animation offensive de son Ă©quipe.

Et dire que contre l’OM, c’Ă©tait la première fois que MbappĂ©, Di Maria et Icardi Ă©taient titularisĂ©s ensemble… Inimaginable, tant la complicitĂ© saute aux yeux.

DoublĂ© pour le Français, doublĂ© pour l’ancien joueur de l’Inter, et quasi-triplĂ© Ă  sa manièreles passes dĂ©cisivespour l’ex-Madrilène: les statistiques sont claires, nettes, fatales.

Elles confirment une complĂ©mentaritĂ© parfaite, entre la vitesse du champion du monde, la vision du jeu de Di Maria, et l’art du but d’Icardi.

Quand ce dernier ne fait pas l’appel parfait au point de penalty, comme sur le premier but (10e), c’est le Français qui se propose dans la profondeur ou au second poteau, comme sur ses deux rĂ©alisations (34e, 44e).

Et Ă  chaque fois, c’est Di Maria qui adapte son geste Ă  la situation, avec une facilitĂ© dĂ©concertante. TantĂ´t d’un centre du pied gauche vers son compatriote, buteur en deux temps, tantĂ´t d’une remise Ă  ras de terre du droit vers “Kyky”, tantĂ´t d’une illumination d’extĂ©rieur pied gauche dans l’intervalle, copie conforme d’un but dĂ©jĂ  vu du cĂ´tĂ© de Bruges mercredi (5-0).

Bruges, prĂ©cisĂ©ment lĂ  oĂą l’on avait entrevu le mieux l’association en question, Ă  partir de l’entrĂ©e en jeu de MbappĂ©: quatre buts avaient suivi, dont trois pour le jeune attaquant français, et un pour l’avant-centre argentin.

Statistiques affolantes

Le compte est vite fait: depuis l’arrivĂ©e d’Icardi Ă  Paris, le 2 septembre en fin de mercato, le trio a marquĂ©… 22 buts. Les treize derniers du PSG ? Six pour Icardi, cinq pour MbappĂ©, deux pour Di Maria.

MĂŞme si Neymar, blessĂ© au moins jusqu’Ă  mi-novembre, n’aura probablement aucun mal a trouver sa place au milieu du trio, ces statistiques semblent bien plus inquiĂ©tantes pour Edinson Cavani.

Le Matador a enfin eu droit Ă  une vingtaine de minutes de jeu, ses premières depuis son retour de blessure, mais, comme un symbole, c’est sur l’aile gauche qu’il a Ă©voluĂ©, comme si la surface de rĂ©paration Ă©tait devenue, dĂ©jĂ , la chasse gardĂ©e de l’autre Sud-AmĂ©ricain.

“C’est difficile de rentrer dans une Ă©quipe qui donne beaucoup d’intensitĂ©, avouait d’ailleurs Tuchel vendredi, avant mĂŞme le rĂ©cital du soir. C’est important que les joueurs qui marquent conservent la confiance. C’est le dĂ©fi, mais c’est difficile car tout le monde veut jouer et tout le monde est habituĂ© Ă  jouer”.

MbappĂ©, lui, en avait presque perdu l’habitude: sa blessure Ă  une cuisse avait entraĂ®nĂ© le coach allemand Ă  faire preuve de prudence, en cantonnant sa pĂ©pite au banc pendant plusieurs matches. RemontĂ©, MbappĂ© a montrĂ© en trois apparitionset sept butsqu’il Ă©tait sans contestation possible un titulaire, comme il l’avait fait remarquer en interview mardi en Belgique.

Qu’il se rassure, il en est un. “Tout le monde sait que je veux jouer avec Kylian”, avait calmĂ© Tuchel avant la rencontre.

Deux buts, ses 4e et 5e dans un “clasico”, choc devenu son jardinil a marquĂ© lors des quatre derniers matches contre l’OM

, cela devrait suffire aux ambitions du jeune homme Ă  court terme.

Celles du trio “DIM”, elles, paraissent sans limite.