PSG-OM: le retour de Payet, ça change tout?

L’attaquant de l’OM Dimitri Payet lors du match de L1 contre Montpellier au Vélodrome, le 21 septembre 2019
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2019 AFP

L’inventivité footballistique de Dimitri Payet a beaucoup manqué à l’Olympique de Marseille, à cause d’une bête suspension. Après quatre matches en tribunes, il revient pour tenter d’enrayer la machine Paris SG, dimanche. Juste à temps?

Si André Villas-Boas “ne compte pas trop” sur le Clasico, il compte bien en revanche sur Payet pour tenter sa maigre chance contre une équipe que l’OM n’a plus battue depuis huit ans.

“C’est un joueur clef, qui fait la différence. Avec Payet, toute notre équipe devient autre chose”, assure l’entraîneur de l’OM.

“Il a cette influence sur l’équipe, donne la dernière passe, contrôle le rythme, peut passer, tirer…”, énumère “AVB”.

Le coach portugais a toujours un compliment sous le coude pour son N.10. Il lui a même vite pardonné son carton rouge ballot, en fin de match contre Montpellier (1-1), quatre matches de suspension pour des mots à l’arbitre. Sans son maître à jouer, Marseille n’a pris que 4 points sur 12.

Mais du coup se pose la question de la forme physique et de l’intensité, pour un joueur privé de compétition depuis un mois.

La question du rythme

“Ces quatre (cinq, ndlr) semaines ont été longues, il est bien à l’entraînement mais peut-être qu’il a perdu un peu de rythme, j’espère pas trop, il a joué 90 minutes contre le Cap Vert”, note Villas-Boas.

“Dim” s’est dégourdi les jambes en amical le 14 octobre contre cette sélection africaine (1-1), pendant la trêve internationale. Il a marqué le but de l’OM, sur penalty, placé une frappe sur le poteau et une tentative de 60 m juste au-dessus de la barre.

“Payet a très bien joué” contre les +Requins Bleus+, “il a confirmé la différence qu’il peut faire pour cette équipe”, salue le Portugais.

AVB ressasse, car ses plans ont été balayés par l’absence de son meneur de jeu.

Payet a été fauché en plein envol par ce carton rouge. Avant ce match fatidique contre Montpellier, l’entraîneur espérait que Payet développe “des automatismes avec les joueurs autour de lui, Benedetto, Sanson et Amavi, les plus proches, pour faire des combinaisons”.

Il l’avait installé à gauche, même si Payet a un tendre penchant pour le rôle de N.10.

“Je parle souvent avec Dimitri, il est content des ses performances, disait André Villas-Boas juste avant ce match fatidique contre Montpellier. “Et je suis content aussi de lui à gauche, il défend bien, cet état d’esprit m’intéresse”.

Plutôt à gauche

“C’est vrai, évidemment, que quand il part de la gauche vers l’intérieur il ne touche pas la même quantité de ballons qu’en 10”, admet l’entraîneur. “Mais cela veut dire aussi que l’équipe n’est pas trop dépendante de lui comme l’an dernier”.

Payet lui doit être moins dépendant de sa nervosité.

“L’exemple de Montpellier, j’espère que c’est fini, ce match nous a coûté cher”, regrette le Portugais (Boubacar Kamara aussi avait été exclu et suspendu deux matches).

“Évidemment, l’émotion du match fait que tu peux dire des mots, et après il est trop tard pour demander des excuses”, ajoute Villas-Boas avec indulgence. Mais j’espère qu’on va arrêter avec ces cartons pris de façon enfantine”.

AVB n’a pas sanctionné Payet en interne pour cette erreur plus difficile à accepter d’un international de 32 ans. “Non, la première chose que j’ai faite en arrivant ici a été d’abandonner le système des amendes. Je crois en la responsabilité, je peux appliquer une amende si je le veux”, mais sans système ni barème fixé d’avance, précise le technicien.

“Dans le cas de Payet, pas d’amende, conclut-il, son absence suffit (comme peine, ndlr), c’est plus dur”. Le coach compte plutôt sur “une réaction du joueur pour le match suivant”, donc dimanche à Paris.

La saison dernière, positionné dans un rôle de faux N.9, “Dim” n’avait pas brillé au Parc des Princes, comme le reste de l’équipe (2-0).

Il tient vraiment l’occasion d’une double revanche.