PSG: Neymar, mise à feu ratée

L’attaquant du PSG Neymar, exclu lors du match contre Lille, le 3 avril 2021 au Parc des Princes
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

Si l’idée du Paris Saint-Germain était de mettre Neymar sur orbite en vue du Bayern, c’est complètement raté: le Brésilien est passé à côté de son match contre Lille et a fini battu (1-0) et exclu.

Pour avoir poussé Tiago Djalo, son zélé garde du corps, en toute fin de match, le Brésilien a reçu un second avertissement (90).

Le premier jaune reçu était du même ordre: pour une main au visage de Benjamin André après un face à face viril entre les deux (48).

Il faudra un tout autre “Ney” pour le quart de finale aller à Munich, mercredi. Celui du Parc des Princes, pour sa première titularisation depuis presque deux mois, était lent et pas inspiré.

Il n’a pas retrouvé ses fulgurances de sa période exceptionnelle, en novembre et décembre, où il a porté le PSG en C1 (6 buts en cinq matches).

Mais sa saison reste encore une fois hachée par les blessures. Il n’a joué que 13 matches en L1 (6 buts, 3 passes décisives).

Bon travail pendant la trêve

Touché à l’adducteur gauche en Coupe de France à Caen (victoire 1-0) le 10 février, il a pris presque six semaines pour revenir.

Son retour, une vingtaine de minutes en fin de match pour la victoire à Lyon (4-2), était assez neutre, mais il s’agissait surtout de tâter à nouveau la pelouse et le cuir en compétition.

Les staffs technique et médical du PSG savaient que derrière ils auraient la pause de 15 jours pour travailler tous ensemble et peaufiner le plan de retour de l’idole, pour la double confrontation avec son bourreau de la dernière finale de C1 (1-0 pour le Bayern à Lisbonne).

“La trêve internationale a été bénéfique pour lui”, a assuré son entraîneur, Mauricio Pochettino, la veille du match.

Neymar “a pu s’entraîner pendant deux semaines à un très bon niveau”, a poursuivi l’Argentin. “Nous sommes surtout contents de son état de forme et de la manière dont il a travaillé, dont il a élevé son rythme de jeu et son niveau physique”.

“Poche” se disait satisfait “de son engagement et de son implication qui lui ont permis de progresser, notamment pour le rythme du jeu”.

Exclu

Mais après cette reprise intense post-convalescence, le coach notait que Ney “a maintenant besoin de jouer”.

Et cela n’a pas été probant. Les toutes premières impressions sur le terrain impeccable du Parc des Princes ont pourtant été bonnes.

Neymar a tenté une volée couché, après un bon centre de Di Maria (6), et revenait chercher des ballons assez bas. Il semblait avoir de l’appétit pour le jeu.

Mais il s’est vite endormi dans le rythme lent du reste de l’équipe parisienne.

Seul geste rassurant, il s’est offert une belle tête plongeante, pleine de tonus, même si elle n’était pas cadrée de peu (69).

Sinon, deux coups francs directs franchement ratés (14, 89), une frappe contrée (26), c’est à peu près tout ce qu’il a montré en première période. Ainsi qu’une tendance à accentuer les tacles de ses adversaires et demander des fautes qui a agacé les Lillois, mais laissé imperturbable l’excellent Benoît Bastien, au sifflet.

Tiago Djalo non plus n’est pas tombé dans le panneau sur la tentative de crochet dans la surface de Neymar (45).

La latéral droit lillois a très bien tenu le prodige, même si cela lui a coûté un jaune (36), et s’il a fini exclu lui aussi dans l’altercation finale.

Il reste quatre jours à Neymar pour se relancer pour de bon…