L’attaquant argentin du PSG Mauro Icardi fĂŞte un but contre Bruges, le 22 octobre 2019
Par Yassine KHIRI, Antoine MAIGNAN / © 2019 AFP

Le “Matador” chancelle: les dĂ©buts remarquĂ©s avec le Paris SG de Mauro Icardi, dont la “fiabilitĂ©” sĂ©duit Thomas Tuchel, fragilisent le règne d’Edinson Cavani Ă  la pointe de l’attaque parisienne. Et promet une concurrence “totale”, selon l’entraĂ®neur allemand qui se refuse Ă  Ă©tablir une hiĂ©rarchie.

Six matches, 12 tirs, 8 cadrĂ©s, 5 buts. Les statistiques de l’ancien joueur de l’Inter Milan cette saison, toutes compĂ©titions confondues, en disent long sur son efficacitĂ©.

A Bruges mardi soir (5-0) en Ligue des champions, son doublĂ©, son aisance naturelle dans la surface de rĂ©paration adverse et son association prometteuse avec Kylian MbappĂ© ou Angel Di Maria n’ont fait que confirmer la tendance: Icardi a tous les atouts du “Goleador” et semble adaptĂ© au système parisien.

A 26 ans, l’avant-centre a vite oubliĂ© ses longs mois d’indĂ©sirable du vestiaire milanais, reprenant le chemin du but avant mĂŞme d’avoir retrouvĂ© une condition physique optimale.

A Paris, il profite pleinement de l’effacement de l’attaquant de pointe N.1 du club champion de France, meilleur buteur de l’histoire du PSG avec 195 rĂ©alisations. Cavani, depuis le 9 fĂ©vrier, jour de sa première blessure Ă  une hanche, n’a en effet enfilĂ© le maillot de son club qu’Ă  onze reprises en match officiel, minĂ© par les soucis physiques.

“La hiĂ©rarchie n’existe pas”

Le dernier en date, toujours Ă  la mĂŞme hanche contre Toulouse mi-aoĂ»t, a compliquĂ© les choses: l’Uruguayen n’a plus jouĂ© depuis et n’a pas disposĂ© de la moindre minute lors des deux derniers matches malgrĂ© son retour dans le groupe.

“Il n’Ă©tait pas prĂŞt pour jouer 90 minutes et on a dĂ©cidĂ© de commencer avec tous ceux qui en Ă©taient capables”, s’est expliquĂ© Tuchel après la victoire Ă  Bruges en Ligue des champions.

L’idole du Parc des Princes, âgĂ©e de 32 ans et dont le contrat expire en juin 2020, aura-t-elle 90 minutes dans les jambes pour le choc face Ă  Marseille dimanche ? Quand bien mĂŞme cela serait le cas, aura-t-elle la confiance de l’entraĂ®neur dès le coup d’envoi ?

“La hiĂ©rarchie n’existe pas, tout le monde doit combattre pour ĂŞtre titulaire. Cela peut changer tous les trois jours”, a avancĂ© Tuchel cette semaine. Mi-septembre, l’Allemand promettait dĂ©jĂ  “une concurrence totale” pour le “bien” de l’Ă©quipe, incitant mĂŞme les deux Sud-AmĂ©ricains Ă  devenir “complices”.

“On boit le matĂ© ensemble”

Mais depuis, la situation a clairement profitĂ© au nouvel arrivant, prĂŞtĂ© par l’Inter cette saison mais dont l’option d’achatestimĂ©e Ă  70 millions d’euroslaisse ouverte la possibilitĂ© d’un bail Ă  long terme. “Matador” en devenir ?

“Le +Matador+, on l’a dĂ©jĂ , c’est +Edi+ (Cavani). Je marque des buts et j’essaie de donner le maximum pour aider l’Ă©quipe Ă  gagner. De toute façon, je m’entends bien avec +Edi+, on boit le matĂ© ensemble, et c’est ce qui est important pour le groupe”, a glissĂ© Icardi mardi soir.

De son cĂ´tĂ©, Tuchel se refuse Ă  mettre en avant l’un plutĂ´t que l’autre: “Mauro est très fiable avec le ballon”, il est “très disciplinĂ©, très intelligent sans le ballon”, Ă©numère le technicien. Mais “Cavani nous a beaucoup manquĂ©, il travaille aussi beaucoup quand il joue pour nous”, contrebalance-t-il.

Au point d’imaginer associer les deux hommes en l’absence de Neymar, blessĂ© ? “Si les deux montrent qu’il est absolument nĂ©cessaire qu’ils soient sur le terrain, je vais trouver une solution”, avouait-il en septembre.

Mais avec la forme d’Angel Di Maria et le retour en grâce de Kylian MbappĂ©, qui les rendent quasiment indispensables, il s’agirait d’un ambitieux pari offensif. Entre ses deux amateurs de matĂ©, Tuchel finira par devoir trancher.