PSG: avec Neymar et Mbappé, le développement en Asie est “passé en phase 2”

Les attaquants du Paris-SG, le Brésilien Neymar (g) et le Français Kylian Mbappé, à l’entraînement à Shenzhen en Chine, le 1er août 2019
/ © 2019 AFP

“Phase deux”: les arrivées des stars Neymar et Kylian Mbappé en 2017 ont permis au PSG de franchir un cap dans son implantation en Asie, a assuré jeudi à l’AFP le directeur du développement du club dans la région Sébastien Wasels, avant le Trophée des champions à Shenzhen samedi.

Q: Que représente l’Asie pour le Paris SG?

R: “L’Asie est absolument prioritaire pour le club, et ce dès l’arrivée de QSI (Qatar Sport Investments, propriétaire du PSG depuis 2011, NDLR). On a d’abord voulu s’adresser en local à nos fans, qui sont de plus en plus nombreux. Aujourd’hui, 25% d’entre eux sont en Asie, c’est plus de 70 millions de personnes. Le moment marquant, ç’a été l’arrivée de David Beckham en 2013, une star exceptionnelle, ça nous a beaucoup aidés. Actuellement, on est passé sur une phase 2 avec l’arrivée de Kylian (Mbappé) et de Neymar en 2017. Le marché asiatique étant réputé pour apprécier les grandes stars, on a senti un engouement très fort pour le club. C’est ce qui a incité à ouvrir notre bureau Asie à Singapour en 2018, puis des antennes à Shanghaï et Tokyo. Ca fait cinq à six personnes. En quinze mois, on est ravi des résultats. Il y a eu deux tournées et on a signé trois partenariats (LoveBet, Ping An et Bulk). On sent que le projet PSG plaît au marché asiatique. Le positionnement du club, au-delà du football, un positionnement lifestyle, en phase avec tout ce que Paris représente en termes de valeurs, de mode, de culture, de gastronomie, etc., ça plaît. Et en termes de résultats, ça paye bien.”

Q: Quel développement voyez-vous à l’avenir?

R: “On est avant tout un club de football. En Asie, les gens sont demandeurs d’une expertise pour accompagner le développement très rapide du football. Pour le PSG, il y a un truc à jouer au niveau de cette expertise, de son savoir-faire en termes de formation. Avec nos superstars et probablement deux des joueurs qui vont faire rayonner le football de demain (Mbappé et Neymar), et toute la partie innovation et esport qui a un vrai impact ici, on se voit comme le club de la nouvelle génération.”

Q: Est-il possible de rivaliser avec les clubs anglais ou espagnols, implantés depuis plus longtemps en Chine?

R: “C’est un challenge, mais on les adore au PSG. On propose quelque chose de différent, dans notre positionnement, nos interactions avec les fans, notre manière de développer de nouvelles activités. Il y a de la place pour tout le monde. Au vu du succès du PSG, sur le développement de la marque et des revenus, on se rend compte, bien qu’on ne soit pas aussi bien diffusé que les clubs de Premier League et qu’on ne se soit pas développé aussi tôt qu’eux ici, que ça ne nous empêche pas d’avoir des résultats. Nos ambitions sont très hautes. On travaille pour atteindre notre objectif de devenir le club de demain, ou l’un des trois clubs de demain. Ca avance vite. Par rapport à l’année dernière, notre base de fans en Chine a été multipliée par deux.”

Propos recueillis par Alexis HONTANG.