Pays-Bas: De Boer, un petit tournoi et puis s’en va

Le sélectionneur néerlandais Frank de Boer salue le public après le match des Pays-Bas contre la Macédoine du Nord dans le Groupe C de l’Euro 2020 le 21 juin 2021 à la Johan Cruyff Arena d’Amsterdam. Il a démissionné le 29 juin.
Par Julie CAPELLE / © 2021 AFP

Frank de Boer n’aura passé pas même un an à la tête de l’équipe des Pays-Bas: l’élimination des “Oranje” dès les huitièmes de finale de l’Euro et son obstination à tourner le dos au sacro-saint schéma tactique du 4-3-3 lui ont valu d’être remercié mardi par la Fédération néerlandaise de football (KNVB).

Moins de 48 heures après la déroute face à la République tchèque (2-0), l’expérience De Boer a pris fin. Sans surprise pour le principal intéressé comme pour les observateurs.

“J’ai décidé de ne pas continuer en tant que sélectionneur national. L’objectif n’a pas été atteint, c’est clair”, a déclaré De Boer dans un communiqué de la KNVB.

“Quand j’ai été approché pour devenir entraîneur national en 2020, j’ai pensé que c’était un honneur et un défi, mais j’étais aussi conscient de la pression qui s’exercerait sur moi dès ma nomination, cette pression ne fait maintenant qu’augmenter”, a-t-il ajouté.

La Fédération néerlandaise ne pouvait pas maintenir l’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam à son poste, tant le parcours à l’Euro, et plus encore le discours et ses options tactiques trop défensives, ont déçu les supporters et les anciennes gloires du foot néerlandais.

“Malgré tous les efforts de Frank, l’objectif d’au moins atteindre les quarts de finale n’a pas été atteint” a rappelé Nico-Jan Hoogma, directeur de la KNVB.

“Nous avions parié sur un meilleur Championnat d’Europe, mais cela n’a pas fonctionné. Le choix de Frank s’est avéré différent de ce que nous avions espéré”, a regretté le dirigeant.

Son équipe avait pourtant survolé le groupe C, certes peu relevé, avec un sans-faute: trois victoires en trois matches contre l’Ukraine, l’Autriche et la Macédoine du Nord.

“Pire entraîneur de l’histoire”

Mais les “Oranje” ont mordu la poussière dès les huitièmes face aux surprenants Tchèques qui les ont étouffés en seconde période après l’exclusion de Matthijs de Ligt.

Une élimination difficile à surmonter pour une équipe rajeunie qui aspirait à mieux, et pour un pays qui vit encore dans le souvenir des exploits et du football offensif de Johan Cruyff et des siens.

Après la défaite contre la République tchèque, dans un éditorial, le magazine Voetbal International avait pris pour cible De Boer: “Il ne sait même pas analyser ce qui n’a pas fonctionné”.

Sa nomination en septembre 2020, après le départ de Ronald Koeman pour le FC Barcelone, avait déjà fait couler beaucoup d’encre.

L’ancien défenseur de l’Ajax Amsterdam, passé par le FC Barcelone et les Glasgow Rangers, n’en est pas à son premier départ prématuré d’un banc de touche, lui qui a été renvoyé après quelques semaines de l’Inter Milan en 2016, puis de Crystal Palace en 2017.

José Mourinho, qui l’a côtoyé en Angleterre et ne cache pas son inimitié envers lui, l’avait présenté en 2018 comme “le pire entraîneur de l’histoire de la Premier League”.

Objectif Qatar

De Boer, troisième joueur le plus capé de l’histoire de la sélection néerlandaise (112 matches entre 1990 et 2004), avait auparavant entraîné l’Ajax Amsterdam pendant six saisons (2010-2016), remportant quatre fois l’Eredivisie.

Il a également passé deux saisons (2019, 2020) sur le banc d’Atlanta, dans le Championnat nord-américain, pour un bilan en demi-teinte.

La Fédération néerlandaise doit désormais lui trouver un successeur avant le 1er septembre, date à laquelle les Pays-Bas joueront à Oslo un match éliminatoire de la Coupe du monde 2022 au Qatar, contre la Norvège.

Sur la route du Qatar, les “Oranje” ont pris un départ mitigé, avec une deuxième place de leur groupe après trois matches disputés, derrière la Turquie qui les a battus le 24 mars à Istanbul.

Leurs victoires ont été acquises aux dépens de faibles adversaires: la Lettonie (2-0) et Gibraltar (7-0).