Paris FC-Lyon arrêté: “Les fauteurs de trouble doivent être chassés des enceintes sportives”, selon Le Graët

Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët le 28 juin 2021 avant le 8e de finale de l’Euro entre la France et la Suisse à Bucarest
/ © 2021 AFP

Les “fauteurs de trouble doivent être chassés des enceintes sportives”, a déclaré samedi le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët, au lendemain de l’arrêt définitif du match de Coupe de France entre le Paris FC et Lyon.

“Les incidents lors du match Paris FCOlympique Lyonnais au stade Charléty sont intolérables”, déplore le dirigeant dans un communiqué. “La bonne décision était d’arrêter cette rencontre le plus rapidement possible. L’arbitre du match a parfaitement réagi dans un contexte difficile”.

“Ces quelques groupes de pseudosupporters, à l’origine de ces incidents et de ces violences, n’ont rien à faire dans un stade”, ajoute Noël Le Graët, alors que le 32e de finale de Coupe de France a dû être stoppé définitivement à la mi-temps sur un score nul (1-1), en raison de jets de fumigènes et de bagarres autour du parcage lyonnais.

“Je souhaite que les enquêtes et procédures mises en place, qu’elles soient disciplinaires, administratives et judiciaires, fassent toute la lumière sur ces incidents, identifient clairement les responsabilités et ces fauteurs de trouble qui doivent être chassés des enceintes sportives par les interdictions de stade qui s’imposent”, poursuit le patron du foot français.

“Les nouvelles mesures annoncées jeudi par les ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Sports en coopération avec les instances du football vont dans le bon sens. Maintenant, il faut les mettre en œuvre ensemble, en responsabilités”.

Les incidents du match Paris FC-OL sont survenus trois semaines après l’arrêt définitif de la rencontre Ligue 1 Lyon-Marseille à la suite d’un jet de bouteille de plastique sur le Marseillais Dimitri Payet et au lendemain d’une réunion interministérielle sur la violence dans les stades.

Cette réunion, à laquelle ont pris part des dirigeants du football professionnel, avait débouché jeudi sur plusieurs réformes et pistes de réflexion: match de Ligue 1 ou Ligue 2 “définitivement interrompu” si un joueur ou l’arbitre est agressé, décision dans un délai maximum de 30 minutes concernant l’arrêt ou la reprise du match, bouteilles en plastique interdites, filets de protection.