Nantes: Christian Gourcuff a “toujours la passion du foot”

L’entraîneur du FC Nantes Christian Gourcuff lors du déplacement à Lille le 11 août 2019
/ © 2019 AFP

Le nouvel entraîneur du FC Nantes, Christian Gourcuff nommé jeudi dernier, a “toujours la passion du foot”, a-t-il confié lundi matin lors de sa conférence de presse de présentation à La Jonelière, le siège du club.

Au lendemain de la défaite à Lille (2-1) à laquelle il a assisté sur le banc, aux côtés de son adjoint Patrick Collot, l’ex-entraîneur du FC Lorient et du Stade Rennais a longuement évoqué ses objectifs à Nantes et son besoin de “travailler très bien, car le délai est court”.

Gourcuff, 64 ans, a signé un contrat d’un an renouvelable avec le club dirigé par Waldemar Kita et son fils Franck: “Je me suis engagé avec beaucoup d’enthousiasme et de détermination. Après le coup de téléphone du président, ma décision a pris le temps d’une promenade de chien”, a-t-il souri.

“J’ai jamais caché mon admiration pour le FCN de (Coco) Suaudeau, (Raynald) Denoueix. Je revendique une certaine filiation technique avec ces gens-là, que j’appréciais humainement. Un club, ce sont surtout des valeurs et des hommes qui les défendent”, a ajouté le nouveau coach des Canaris.

“Ma priorité, c’est l’entraînement. Ce matin, j’ai fait une séance avec beaucoup de plaisir, j’ai retrouvé le ballon, le terrain, le carré vert”, a ajouté le technicien, prêt à affronter la pression des résultats.

“J’ai l’âge et l’expérience qui me permettent d’assumer cette pression. La seule pression, ce sont les exigences que je me fixe: la qualité du jeu, en termes de jeu collectif. Je n’ai pas d’objectif de carrière, je n’en ai jamais eu. Je suis passionné, donc je m’investis à fond”, a dit l’ancien sélectioneur de l’Algérie.

Sur la cohabitation à venir avec le président Kita, qui a épuisé une douzaine d’entraîneurs depuis 2007, Gourcuff a répondu: “Je peux aussi m’entendre avec un président, comme au Qatar. Le Cheikh m’a rappelé et je suis revenu. Avec une autre personne que M. Kita, je ne serais peut-être pas venu”.

“Je dois être à 50/50 sur la cohabitation avec mes présidents. Les dirigeants sont les payeurs, donc l’entraîneur a un avis consultatif. Il faut conjuguer les aspects techniques et économiques, et que ça se fasse en bonne intelligence”, a-t-il jugé.

La prochaine échéance importante du successeur de Claudio Ranieri et Vahid Halilhodzic, parti au début du mois, c’est samedi pour la 2e journée de Ligue 1: l’OM à domicile, à La Beaujoire.