Mondial des clubs: Palmeiras, dernier obstacle avant le sacre mondial pour Chelsea

Palmeiras, grâce à un but de Raphael Veiga enlacé par Rony, a décroché la finale du Mondial des clubs en éliminant Al-Ahly, le 8 février 2022 à Abou Dhabi
Par Frédéric HAPPE / © 2022 AFP

En quête d’un premier succès au Mondial des clubs Fifa après sa finale perdue en 2012, Chelsea trouvera sur sa route samedi à Abou Dhabi (17h30) le club brésilien de Palmeiras, qui domine le football sud-américain depuis deux ans.

“Palmeiras va tout donner (…) C’est une opportunité de se mesurer à une équipe européenne. Pour eux, c’est important. Ils vont venir nous chercher. On doit être préparé à cela”, a averti le milieu italo-brésilien des Blues, Jorginho.

Double vainqueur de la Copa Libertadores, Palmeiras rêve de rejoindre au palmarès ses voisins des Corinthians, du Sao Paulo FC et de Santos si on étend l’histoire à la Coupe intercontinentale, ancêtre du Mondial des clubs.

Mardi, les Paulistes ont maîtrisé leur demi-finale en prenant le meilleur sur l’équipe égyptienne d’Al-Ahly (2-0), qui les avaient battus aux tirs au but pour la 3e place l’an dernier. Ils constitueront un adversaire d’un tout autre calibre que les Saoudiens d’Al-Hilal écartés par Chelsea lors de sa demie mercredi (1-0).

“On se met en difficulté”

Si pendant une heure les Blues, sans impressionner, semblaient filer tranquillement vers la victoire avec un but d’avance, ils ont connu quelques frayeurs en fin de match, qui ont permis à leur gardien Kepa de briller.

“C’est notre plus gros problème, on ne tue pas les matches quand on en a l’opportunité et après on se met en difficulté”, a admis le milieu de terrain Mateo Kovacic.

“On devra à nouveau faire du bon boulot samedi, parce que Palmeiras est une grande équipe avec de très bons joueurs, ils sont très agressifs et ont des supporters incroyables, ce sera un match difficile”, a pronostiqué le Croate.

Le staff de l’équipe de Chelsea, qui pourra finalement compter sur la présence de Thomas Tuchel, arrivé vendredi de Londres où il était jusque-là à l’isolement après sa contamination au Covid-19, va devoir prendre quelques décisions importantes.

Mason Mount et N’Golo Kanté, ménagés mercredi, pourraient cette fois être titularisés alors que, dans les cages, le retour de CAN d’Edouard Mendy fait peser une menace sur Kepa.

Effacer la défaite de 2012

Le bon niveau général du Basque pendant son intérim et ses parades décisives en demies pourraient cependant inciter les Blues à lui faire confiance jusqu’au bout, malgré l’enjeu important du match.

Car ce Mondial des clubs est la dernière compétition majeure que Chelsea n’a pas remportée et les Londoniens ne supporteraient pas un nouvel échec, après la défaite contre les Corinthians (1-0) il y a dix ans à Yokohama.

“Perdre en 2012 a été très douloureux et c’est la seule compétition que le club n’a jamais gagnée. Je pense que la remporter pour la première fois serait quelque chose d’énorme”, avait estimé il y a quelques jours le capitaine Cesar Azpilicueta, dernier joueur à avoir connu cette défaite.

Malgré une course au titre qui semble désormais irrémédiablement perdue, un premier sacre mondial samedi garantirait très vraisemblablement à 100% à Thomas Tuchel sa place sur le banc de Chelsea la saison prochaine.

Il pourrait insuffler aussi un nouvel élan à l’équipe pour une fin de saison où les objectifs restent de taille, avec une finale de Coupe de la Ligue et la défense de la couronne continentale.