Mondial-2023/Qualifs: Opération pièces jeunes chez les Bleues

La sélectionneuse de l’équipe de France Corinne Diacre pendant le match amical entre la France et la Suisse le 20 février 2021 à Metz
Par Jérémy TALBOT / © 2021 AFP

Guidée par le rajeunissement et le renouvellement des Bleues avant l’Euro-2022, Corinne Diacre dévoile jeudi sa liste pour le prochain stage international, un mois après avoir laissé Amandine Henry et Eugénie Le Sommer sur le bord de la route.

Ne pas convoquer la seconde, “c’est un choix du moment. Est-ce que ce choix va perdurer ? On en reparlera au mois d’octobre”, avait lancé la sélectionneuse mi-septembre, avant le net succès infligé à la Grèce (10-0) puis celui plus poussif en Slovénie (3-2).

La meilleure buteuse française de l’histoire saura jeudi à 11h00 si elle est retenue pour les prochains matches qualificatifs à la Coupe du monde 2023, contre l’Estonie le 22 octobre à Créteil, puis le 26 à Nur-Sultan contre le Kazakhstan.

La logique voudrait cependant que l’attaquante de 32 ans prêtée à OL Reign, la franchise américaine du club lyonnais, ne soit pas du voyage, au regard des déclarations distillées par la sélectionneuse lors du précédent rassemblement.

A ses yeux, le statut d’une joueuse n’offre pas un billet direct pour la sélection, car “des fois des petites jeunes frappent à la porte”, a-t-elle expliqué en Grèce.

“Aujourd’hui on a un groupe qui ressemble à quelque chose. Il y a de la qualité, de la jeunesse, de l’expérience, c’est super intéressant de travailler avec ce groupe-là”, a-t-elle insisté.

L’ancienne coach de Clermont (Ligue 2), sous contrat jusqu’à l’été 2022, a tenté d’initier un rapprochement avec ses joueuses durant un stage à l’atmosphère plus légère. “Avant il y avait peut-être moi d’un côté, les joueuses de l’autre, aujourd’hui on avance ensemble dans la même direction”, a-t-elle voulu retenir en Slovénie.

Renard et Mbock vers un forfait

Signe de cette ouverture nouvelle, Diacre a redonné le brassard à Wendie Renard, visage conquérant et multi-titré de l’OL, à qui elle l’avait retiré au début de son mandat en 2017.

Amandine Henry, sa capitaine durant la Coupe du monde 2019 organisée en France, s’en est retrouvée encore plus déclassée.

“La confiance n’est plus là en tant qu’Amandine capitaine. Mais Amandine est une joueuse sélectionnable”, a résumé l’ancienne internationale (121 sélections) dans un entretien au quotidien L’Equipe.

La distance entre sélectionnable et sélectionnée ressemble cependant à un fossé pour Henry (32 ans) qui, comme Le Sommer, ne devrait pas apparaître dans le groupe retenu jeudi pour affronter les faibles Estonie et Kazakhstan, respectivement 105e et 82e au classement Fifa.

Pour une toute autre raison, il devrait en être de même pour Renard, pas rétablie de la blessure musculaire à une cuisse contractée lors de la dernière fenêtre internationale. Mercredi, son entraîneure à Lyon Sonia Bompastor a annoncé qu’elle n’allait pas réintégrer le groupe pour le match de Ligue des champions contre Benfica jeudi.

Diacre va devoir en outre se passer de deux autres cadres lyonnaises, elles aussi cantonnées à l’infirmerie : Amel Majri (66 sélections) et Griedge Mbock (60 sél.).

L’ailière de 28 ans, buteuse décisive sur penalty en Slovénie, s’est gravement blessée à un genou le 1er octobre contre Bordeaux et est désormais engagée dans une course contre la montre pour l’Euro, prévu du 6 au 31 juillet en Angleterre.

Quant à la défenseure centrale de 26 ans, elle a repris récemment la compétition après une rupture d’un tendon d’Achille qui l’a éloignée des terrains pendant dix-huit mois. Mais elle est de nouveau gênée par un pépin physique, ce qui la contraint au forfait jeudi avec l’OL.

Enfin, comme à chaque liste, le retour de Kheira Hamraoui reste une hypothèse à prendre en compte. La milieu du Paris SG, plus vue depuis avril 2019 sous le maillot tricolore, s’est imposée comme une titulaire dans son nouveau club, cinq mois après son titre en Ligue des champions avec le FC Barcelone.