Mondial-2022: Sergio Oliveira éclot doucement mais sûrement

Sergio Oliveira inscrit sur coup franc le but qui qualifie Porto pour les quarts de la Ligue des champions aux dépens de la Juve, le 9 mars 2021 à Turin
Par Thomas CABRAL / © 2021 AFP

Talent à éclosion tardive, Sergio Oliveira a explosé cette saison à Porto et espère monter en grade aussi avec l’équipe du Portugal, qui lance sa campagne de qualification pour le Mondial-2022 mercredi face à l’Azerbaïdjan.

Deux semaines après avoir été le héros de la qualification du FC Porto pour les quarts de finale de Ligue des champions aux dépens de la Juventus, le milieu de 28 ans retourne sur un petit nuage à Turin, où le match de la Seleçao a été délocalisé pour des raisons sanitaires.

Son doublé n’a pas évité la défaite de son club face à celui de son illustre compatriote Cristiano Ronaldo, mais il a suffi pour donner l’avantage à Porto sur les buts à l’extérieur (2-1 à l’aller, 2-3 au retour).

Encore ce week-end, Oliveira a été considéré comme l’homme du match remporté par les Dragons face à Portimonense (2-1) en Championnat du Portugal.

Ses 18 buts et ses 7 passes décisives en 38 rencontres cette saison, toutes compétitions confondues, témoignent de son importance pour la manœuvre offensive de l’équipe de Sergio Conceiçao, qui avait déjà été son entraîneur au FC Nantes.

Prêts successifs

Formé par Porto, le joueur, reconnaissable à sa barbe brune et à ses cheveux attachés en chignon derrière la tête, a été prêté à six clubs différents, avec des passages peu remarqués en Belgique, en France puis en Grèce.

Ce n’est qu’à l’été 2019 qu’il défait sa valise à Porto pour de bon, au début d’une saison qui sera couronnée d’un doublé Championnat-Coupe du Portugal.

“Il est aujourd’hui une référence pour notre club et il peut devenir un élément important pour la sélection également, qui est aussi un groupe très compétitif”, a affirmé Pepe, son coéquipier à Porto et avec le Portugal, juste après les matches internationaux de l’automne dernier.

Malgré sa présence régulière chez les sélections de jeunes, Sergio Oliveira ne compte pour l’heure que sept sélections avec la Seleçao à son actif.

Après trois apparitions en Ligue des nations en 2018, le sélectionneur Fernando Santos l’a rappelé pour la même compétition l’an dernier, où il a été remplaçant de Joao Moutinho ou Danilo Pereira, et une seule fois titulaire, face à la modeste Andorre.

Concurrence élevée

Conservateur, Santos renoncera difficilement à une pure sentinelle comme Danilo, au moins face à des adversaires plus relevés. Le milieu du Paris SG n’est donc pas directement menacé par la montée en puissance d’Oliveira, d’autant que les deux joueurs étaient complémentaires dans l’entrejeu de Porto jusqu’en octobre dernier.

Visant plutôt le poste de milieu relayeur, Oliveira est en ballotage pour prendre le relais du vétéran Joao Moutinho (34 ans, 129 capes), longtemps le poumon du FC Porto et de l’équipe du Portugal.

En plus du meneur de jeu de Manchester United Bruno Fernandes (26 ans, 25 capes), au profil plus offensif, Oliveira a deux autres rivaux parmi les joueurs retenus sur la dernière liste de Santos avant celle de l’Euro, où la Seleçao défendra son titre de 2016.

Nés tous les deux en 1997, le Lillois Renato Sanches (23 ans, 22 capes) et Ruben Neves (24 ans, 18 capes), qui évolue en Premier League à Wolverhampton avec Moutinho, sont deux talents précoces qui, pourtant, pourraient devoir céder le passage à l’homme du moment.