Mondial-2022/Qualifs: pour les Bleus, le voyage au Qatar débute à Helsinki

Les joueurs de l’équipe de France se sont amusés face à Kazakhstan au Parc des Princes et validé leur qualification pour le Mondial-2022, le 13 novembre 2021
Par Antoine MAIGNAN et Jérémy TALBOT / © 2021 AFP

Avec le ticket pour le Qatar déjà au chaud, l’équipe de France boucle les qualifications dans le froid de Helsinki avec le désir de prolonger la fête de sa récente qualification au Mondial-2022, mardi (20h45) contre des Finlandais déterminés à s’inviter en barrages.

Les champions du monde ont étrillé le Kazakhstan (8-0) samedi dans une ambiance de kermesse, avec un retentissant quadruplé pour Kylian Mbappé, un doublé pour Karim Benzema, le premier but international d’Adrien Rabiot et le 42e pour Antoine Griezmann.

Pourtant, voilà déjà une nouvelle échéance à ne pas manquer. Une contre-performance dans le stade olympique de la capitale finlandaise, où jusqu’à 33.000 spectateurs sont attendus, viendrait un peu contrarier la renaissance tricolore de l’automne, symbolisée par le sacre d’octobre en Ligue des nations et le jeu attrayant proposé samedi au Parc des princes.

“On ne peut pas entrer sur le terrain sur la pointe des pieds, il faut y aller à fond, sans réfléchir, en essayant de réaliser une belle performance collective”, a affirmé lundi le capitaine Hugo Lloris, exhortant ses partenaires à “bien terminer l’année civile”.

Même si les Bleus ont atterri à Helsinki avec “tranquillité et sérénité”, forts d’une qualification sans encombre, “on ne peut négliger aucun match”, a appuyé Didier Deschamps dans la foulée.

Continuité ou rotation?

Avant une grosse coupure de quatre mois, le sélectionneur veut mettre à profit ce déplacement en terre nordique pour peaufiner ses idées et travailler les automatismes de sa ligne d’attaque. Plus qu’un ultime match de qualifications, le duel face aux “Hiboux Grands-Ducs” ressemble davantage, déjà, à une révision en vue du Mondial-2022, prévu dans un an (21 novembre18 décembre).

Le sélectionneur a certes annoncé “quelques changements” dans l’équipe de départ (sans que Lloris soit concerné par la rotation), mais il n’est pas question de galvauder cette opposition contre la 50e nation au classement Fifa qui, si elle devait conserver sa deuxième place (11 points) du groupe D devant l’Ukraine (9 pts), disputerait les barrages en mars.

Les Bleus ont le “devoir” de viser la victoire, en raison de leur “statut” de champions du monde et “pour respecter l’adversaire, tous les adversaires”, a affiché le technicien basque.

Dans ce contexte, Deschamps est amené à arbitrer entre continuité et rotation, entre désirs individuels et ambition collective. Voudra-t-il revoir Aurélien Tchouaméni dans l’entrejeu, comme en finale de Ligue des nations, quitte à placer Adrien Rabiot sur le banc? Reconduira-t-il sur l’aile droite Kingsley Coman, excellent samedi, ou donnera-t-il du temps de jeu à Benjamin Pavard?

Cantonné au banc des remplaçants, Kurt Zouma espère avoir une chance de se montrer, comme Lucas Digne ou encore Mattéo Guendouzi, toujours en attente d’une première sélection pour son cinquième rassemblement international.

“Un match vraiment énorme”

La Finlande sera de son côté déterminée à faire tomber les champions du monde en titre pour entretenir l’espoir de jouer la première Coupe du monde de son histoire.

“Si on regarde l’histoire du football en Finlande, c’est un match vraiment énorme”, “un grand défi” qu’il faudra appréhender “en équipe”, a affirmé lundi le sélectionneur finlandais Markku Kanerva, victorieux des Bleus (2-0) en amical en novembre dernier, mais battu sur le même score à Lyon en septembre durant la phase aller des qualifications.

Dans son Olympiastadion, l’équipe de Glen Kamara et Teemu Pukki arrive gonflée par le succès ramené de Bosnie-Herzégovine (3-1) samedi, malgré l’expulsion en première période de Jukka Raitala, suspendu mardi. Un match nul devant son public pourrait lui suffire, en fonction du résultat de Bosnie-Ukraine disputé mardi à la même heure.

Les barrages se joueront au mois de mars avec deux tours à élimination directe. A cette période, les Bleus pourraient de leur côté disputer un mini-tournoi amical au Qatar, comme un avant-goût du Mondial-2022.