Mondial-2022: Nuno Mendes, des quartiers de Lisbonne au PSG

Le jeune défenseur du Portugal Nuno Mendes déborde le Qatari Abdelkarim Hassan lors d’un match amical disputé au stade d’Algarve, près de Faro, le 9 octobre 2021
Par Bruno CRAVO / © 2021 AFP

Talent précoce issu des quartiers difficiles de la banlieue de Lisbonne, le néo-parisien Nuno Mendes espère faire son trou en équipe du Portugal, à commencer par le match de mardi face au Luxembourg en qualifications pour le Mondial-2022 (20h45).

Le latéral gauche de 19 ans, qui franchit les paliers aussi vite qu’il déborde le long de la ligne de touche, vient d’être nommé parmi les dix candidats au Trophée Kopa, décerné par le magazine France Football au meilleur footballeur mondial de moins de 21 ans.

Une reconnaissance alors que ses débuts en équipe première du Sporting Portugal, son club formateur qui l’a prêté cet été avec option d’achat au Paris Saint-Germain, remontent seulement à juin 2020, quand le championnat portugais a repris après la première vague de Covid-19.

Au PSG, malgré son arrivée en toute fin de mercato, il bénéficie de l’absence de l’Espagnol Juan Bernat, toujours convalescent, et postule déjà à la place de titulaire, devant l’international sénégalais Abdou Diallo, grâce à ses qualités: vitesse, solidité physique et aisance technique.

“Un jeune extraordinaire”

“Nuno Mendes, à gauche, 19 ans: c’est un jeune extraordinaire (…) Ce qu’il fait, c’est magnifique”, se réjouissait la semaine dernière son coéquipier au PSG Kylian Mbappé dans un entretien à RMC.

Avec l’équipe du Portugal, il progresse tout aussi vite. Appelé pour la première fois par le sélectionneur Fernando Santos en mars, il est retenu pour l’Euro deux mois plus tard, à l’issue d’une saison complète avec le Sporting couronnée par un titre de champion, le premier des “Lions” de Lisbonne depuis 2002.

Désormais, avec 9 sélections au compteur, il est le premier réel concurrent au latéral du Borussia Dortmund Raphaël Guerreiro, installé titulaire depuis le sacre de la Seleçao à l’Euro-2016.

L’absence de Guerreiro, convoqué pour cette trêve internationale mais finalement dispensé car victime d’une déchirure musculaire, offre à Nuno Mendes l’occasion de gagner du terrain et peut-être jeter le doute sur la hiérarchie du sélectionneur.

Pourtant, à ses débuts, la trajectoire de Nuno Mendes n’avait rien de linéaire. C’est entre les immeubles de logements sociaux de son quartier à Casal de Cambra, une banlieue du nord-ouest de Lisbonne, qu’il commence à toucher le ballon avant de rejoindre le club local à neuf ans.

“Vie de quartier”

Son premier entraîneur, Diego Gonçalves, racontait l’année dernière au journal sportif Record que “personne n’arrivait à lui prendre la balle lors des exercices” et que, déjà, le joueur d’origine angolaise “ne manquait de rien” pour parvenir au haut niveau.

Les recruteurs des trois grands clubs portugais le repèrent en quelques mois, et le Sporting réagit plus vite que ses rivaux Benfica et Porto.

Préoccupé par la situation familiale de la jeune pépite, le club qui a formé Cristiano Ronaldo décide de l’installer de façon permanente dans son centre de formation, dès l’arrivée du jeune Nuno en 2011.

“Il a connu les aspects de la vie dans un quartier difficile. Son père étant malade, sa mère devait s’occuper de lui”, expliquait l’année dernière son formateur d’alors, Luis Dias.

Deux ans plus tard, à 11 ans, la situation de Nuno Mendes redevient incertaine. En proie à des difficultés financières, le club supprime les bourses sociales mais le joueur garde le cap grâce au don d’un “socio” du Sporting, qui couvrira ses dépenses pendant deux ans.

“Si je suis arrivé jusque-là, c’est parce que ces personnes m’ont aidé”, confiait Nuno Mendes dans un entretien à la Fédération portugaise de football.

Taiseux et travailleur, il entend ainsi rester sur une voie royale qui aura pour prochaine étape la Coupe du monde organisée au Qatar à l’automne 2022.