Mondial-2022: l’Italie doit gagner, marquer et espérer en Irlande du Nord

Le défenseur italien Giovanni Di Lorenzo (N.2) sauve la Squadra Azzurra en égalisant contre la Suisse dans le choc du Groupe C des qualifs du Mondial disputé à Rome, le 12 novembre 2021
Par Anthony LUCAS / © 2021 AFP

Pour éviter d’incertains barrages sur la route du Mondial-2022, et le souvenir traumatisant de l’échec de 2018, l’Italie doit gagner en Irlande du Nord lundi, mais aussi marquer le plus possible et espérer que la Suisse ne fasse pas mieux qu’elle contre la Bulgarie.

“Au Mondial, on va y aller, j’en suis persuadé.” Roberto Mancini, petit sourire en coin malgré l’immense déception, a refusé de céder à l’angoisse après le nouveau nul (1-1) contre la Suisse vendredi à Rome, après celui de l’aller (0-0).

Malgré un penalty raté à la dernière minute et des forfaits en cascade, le sélectionneur s’en tient à la “zénitude” qui est la sienne depuis son arrivée en mai 2018, sur les ruines de la qualification manquée pour le Mondial russe, une première depuis 60 ans.

Même si la presse a souligné la difficulté d’un voyage en Irlande du Nord, en rappelant cette semaine que c’est à Belfast, déjà, en 1958, que l’Italie avait raté le Mondial en s’inclinant dans un match éliminatoire décisif (2-1).

Faute d’avoir pu se départager, Italiens et Suisses, assurés des deux premières places du groupe, vont donc se disputer à distance la première placela seule à offrir un billet direct pour le Qatar.

La Nazionale possède actuellement l’avantage à la différence de buts (+11 contre +9), mais elle a aussi sur le papier le morceau le plus difficile, en Irlande du Nord, alors que la Nati suisse recevra la Bulgarie (les deux matches à 20h45).

“Avantage de deux buts”-

Si les deux gagnent, l’ampleur des scores fera la différence (et éventuellement le nombre global de buts marqués, en cas d’égalité à la différence de buts).

“On part avec un avantage de deux buts, ce n’est pas rien. Et ensuite, il faudra marquer en Irlande du nord les buts que nous n’avons pas marqués” contre la Suisse, a admis Mancini, qui espère aussi un “match spécial” de la Bulgarie, comme elle l’avait fait en Italie en prenant un point aux champions d’Europe (1-1) en septembre.

Mais le sélectionneur suisse Murat Yakin n’en attend pas moins des Nord-Irlandais, qui avaient eux aussi neutralisé la Nati (0-0): “On donnera notre meilleur, on espère que l’Irlande du Nord fera la même chose. Rattraper ces deux buts de retard, c’est difficile mais faisable”, a-t-il lancé vendredi.

Avant de songer à enfiler les buts, en l’absence de son meilleur buteur en activité Ciro Immobile, blessé, l’Italie doit déjà penser à gagner, ce qu’elle fait peu depuis l’Euro: deux victoires seulement, pour trois nuls et une défaite contre l’Espagne (1-2) en Ligue des nations, celle qui a mis fin en octobre à une série record d’invincibilité (37 matches).

Jorginho, mauvaise passe

Moins “magique” que lors de l’Euro, elle peine davantage à créer du mouvement et des occasions. Des difficultés incarnées par la mauvaise passe de son stratège Jorginho, moins décisif dans le jeu et surtout coupable de deux penalties ratés contre la Suisse (un à l’aller, l’autre au retour, à la 90e minute) qui pèsent lourd.

Le milieu de Chelsea, cité après l’Euro comme un candidat possible au Ballon d’or, “reste un joueur fondamental”, assure Mancini, sans toutefois garantir qu’il lui confierait l’éventuel prochain penalty.

Jorginho n’est pas le seul souci de Mancini, qui a surtout besoin de buts. Avec Andrea Belotti en phase de reprise et loin de faire oublier Immobile en pointe vendredi, l’Italie manque toujours d’un buteur solide. Federico Chiesa et Lorenzo Insigne n’ont eu qu’une occasion chacun et il a fallu attendre l’entrée de Domenico Berardi pour voir un peu de vitesse.

Sans buts et sans victoire lundi, ce sont probablement de nouveaux barrages qui attendent la Nazionale en mars. Avec plusieurs gros clients parmi les adversaires possibles comme la Pologne, la Croatie, la Serbie ou peut-être encore la Suède, qui l’avait privée du dernier Mondial en novembre 2017.