Mondial-2022: l’Italie assure devant l’Irlande du Nord

Le buteur Ciro Immobile (bras levé) a mis l’Italie sur orbite en ouvrant le score contre l’Irlande du nord à Parme, le 25 mars 2021
/ © 2021 AFP

L’Italie, décidée à ne pas revivre le traumatisme de la qualification ratée pour le dernier Mondial, en 2018, est partie du bon pied contre l’Irlande du Nord (2-0) en ouverture des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 jeudi à Parme.

Bien entrée dans le match, techniquement supérieure et agressive, l’Italie s’est mise à l’abri avant la pause grâce à Domenico Berardi (14e) en angle fermé puis Ciro Immobile (39e) d’une frappe sèche du gauche.

La Nazionale a toutefois perdu un peu le fil après le repos et a dû compter sur quelques précieuses interventions de son gardien Gianluigi Donnarumma (55e, 70e) pour éviter de gâcher la 100e sélection de Leonardo Bonucci, huitième azzurro à intégrer dans le club des “centenaires”.

L’Italie a en tout cas assuré l’essentiel, la victoire, pour lancer idéalement sa campagne Qatar 2022, alors que le souvenir du barrage perdu à l’automne 2017 contre la Suède reste brûlant dans les mémoires des tifosi italiens, qui n’imaginent pas leur Nazionale et ses quatre étoiles sur le maillot manquer une nouvelle fois le Mondial.

Depuis cette sortie de route, la Nazionale s’est reconstruite sous les ordres de Roberto Mancini avec une qualification brillamment décrochée pour l’Euro (10 victoires en 10 matches), une qualification pour le Final-4 de la Ligue des nations et une série en cours de 23 matches sans défaite.

A cette dynamique est venue s’ajouter la bonne nouvelle du but de Immobile, célébré avec rage par l’intéressé. Il permet au Laziale, en panne de confiance sous le maillot azzurro, de tourner la page d’une année 2020 compliquée en sélection.

Un autre enseignement est la confirmation du potentiel international de Berardi: l’ailier de Sassuolo a non seulement marqué lors des trois derniers matches de l’Italie, mais il a offert plusieurs balles de but en première mi-temps de son délicieux pied gauche. Il pourrait donner du fil à retordre à Mancini pour faire sa liste pour l’Euro.

Dans l’entrejeu, la dynamique à l’oeuvre depuis des mois s’est retrouvéeen première mi-temps principalementmalgré la présence d’un seul titulaire habituel, Marco Verratti, flanqué à Parme de Manuel Locatelli et de Lorenzo Pellegrini (à la place de Jorginho, absent de ce rassemblement, et de Barella, remplaçant au coup d’envoi).

Preuve que cette Italie a de la ressource et une ambition grandissante. A confirmer dimanche en Bulgarie.