Mondial-2022: les Pays-Bas au bord du précipice

Les Néerlandais Memphis Depay et Steven Bergwijn (accroupi) sont abattus à l’issue du match nul incroyable concédé en fin de match au Monténégro à Podgorica, le 13 novembre 2021
/ © 2021 AFP

Alors qu’ils avaient tout pour se qualifier pour le Mondial-2022 dès samedi au Monténégro, les Pays-Bas de Louis van Gaal ont incroyablement échoué et vivent désormais dans la peur d’un échec avant de défier la Norvège mardi lors de l’ultime journée (20h45).

Certes, un nul contre les Norvégiens mardi à Rotterdam suffira aux Oranje pour composter leur ticket pour le Qatar… mais une défaite pourrait les renvoyer en troisième position, derrière Norvégiens et Turcs.

Encore traumatisés par leur absence à l’Euro-2016 et au Mondial-2018, les Oranje vivent donc dans la peur d’une nouvelle non qualification et, surtout, l’incompréhension.

Alors qu’ils menaient 2-0 à Podgorica (grâce à deux nouveaux buts de Memphis Depay), les coéquipiers de Virgil van Dijk ont été rejoints au score lors des huit dernières minutes (2-2).

“Je n’ai pas d’explication. Certes, De Vrij s’est blessé. De Jong et Wijnaldum (malades) étaient aussi au bord de la rupture, mais tout de même…”, a commenté Van Gaal.

Le sélectionneur était complètement abattu, comme on ne l’avait “jamais vu” selon le site Voetbal International. Alors qu’avant le match, il était allé applaudir, tout sourire, les 200 fans néerlandais qui avaient fait le déplacement dans les Balkans avec la ferme intention d’y faire la fête. Cela ne semblait faire aucun doute.

“Après avoir appris le match nul des Norvégiens (deuxièmes du groupe) face à la Lettonie, j’avoue avoir cru que rien ne pourrait nous arriver. La qualification et le première place ne faisaient aucun doute dans mon esprit”, a concédé Van Gaal.

Incompréhensible

Mais les Pays-Bas ont laissé filer le match de manière incompréhensible.

“La façon dont nous avons joué en seconde période est tout simplement scandaleuse”, a expliqué Virgil van Dijk.

“Nous voulons toujours avoir le ballon, nous voulons tous jouer au football, attaquer et marquer. Mais le football, c’est aussi savoir défendre. Ce que nous n’avons pas fait (ce soir). Notre organisation n’était pas bonne. C’était tout simplement affreux. Nous aurions dû nous qualifier ici. Il suffisait de s’imposer. Avec tout le respect que je dois au Monténégro, en tant que Pays-Bas, il fallait gagner ici”, a-t-il poursuivi.

La première place du groupe, synonyme de qualification directe, se jouera donc lors d’une “finale” mardi à Rotterdam.

Mais le Kuip sonnera creux. Les autorités locales ayant décrété un nouveau confinement partiel, il n’y aura aucun supporter pour encourager une équipe qui aurait pourtant bien besoin de ce soutien, tant le moral des joueurs semble atteint.

“Un stade vide, c’est terrible. Encore plus dans les circonstances actuelles. Nous devrons pourtant faire le boulot. Ce ne sera pas facile”, s’est plaint Memphis Depay, meilleur buteur des qualifications europénnes avec 11 buts.

Van Gaal va donc avoir du boulot et il concède ne pas encore savoir comment il va s’y prendre.

“Employer la manière douce ou la manière forte? Je ne sais pas”, assurait-il.

“Ce que je vais leur demander (aux joueurs), c’est de respecter mes consignes, ce qu’ils n’ont absolument pas fait samedi”, disait-il encore, redoutant des Norvégiens au moral requinqué.

“Même privés de Haaland (blessé), les Scandinaves vont arriver avec un état d’esprit fantastique. Nous venons de leur faire un cadeau. Je redoute qu’ils en profitent”, a-t-il prévenu.