Mondial-2022: L’Angleterre étrille l’Albanie et se rapproche du Qatar

Le capitaine de l’Angleterre Harry Kane grand artisan de la victoire de son équipe contre l’Albanie à Wembley, le 12 novembre 2021
/ © 2021 AFP

Portée par un grand Harry Kane, auteur d’un triplé, l’Angleterre s’est quasiment assurée de finir à la première place du groupe I, directement qualificative pour le Mondial 2022, après sa victoire contre l’Albanie (5-0), vendredi à Wembley.

Seule une lourde défaite contre Saint-Marin, lundi (20H45), conjuguée à une large victoire de la Pologne contre la Hongrie, compromettrait sa qualification.

Le finaliste du dernier Euro a confirmé son sérieux face aux équipes de niveau modeste, avec un nouveau score fleuve, typique de ses campagnes qualificatives depuis une dizaine d’années.

Dans un dispositif à trois défenseurs, qui avait été mis en place uniquement contre l’Allemagne et l’Italie cette année, les joueurs de Gareth Southgate n’ont laissé aucune chance aux Albanais, beaucoup plus faibles que ce que leur troisième place au classement du groupe laissait présager.

Dans un stade de Wembley rempli d’un peu plus de 80 000 spectateurs, les Three Lions n’ont pas eu besoin de forcer leur talent pour faire la différence en première mi-temps.

Harry Maguire (9e) et Harry Kane (18e) ont profité d’erreurs de marquage pour placer des têtes victorieuses, avant que Jordan Henderson ne s’appuie sur Kane pour tromper Thomas Strakosha (28e). Le milieu de terrain a ainsi marqué son deuxième but de l’année en sélection alors qu’il n’avait jamais été buteur au cours de ses dix premières années sous le maillot anglais.

Mais l’homme du match se nomme Harry Kane, en pleine forme après avoir confié dans la semaine ses difficultés à se remettre de la finale perdue en juillet contre l’Italie. Impliqué dans toutes les attaques dangereuses, l’attaquant de Tottenham a encore inscrit deux buts avant la pause, d’abord sur une passe en profondeur de Raheem Sterling (33) puis sur un retourné acrobatique (45+1).

La seconde période a ressemblé à un match d’entraînement, les Anglais n’ayant pas de réel intérêt à soigner une différence de buts déjà plus fournie que celle de la Pologne (+26 contre +20).

Après quelques olas euphoriques, les tribunes ont d’ailleurs commencé à se vider une dizaine de minutes avant la fin du match, sans que le moindre doute ne plane sur la présence des Three Lions au Qatar dans un an.