Le Chinois Li Tie, alors entraîneur du club Wuhan Zall, à Wuhan, le 6 novembre 2019
/ © 2020 AFP

Li Tie, ancien milieu de terrain d’Everton, a été officialisé au poste de sélectionneur de l’équipe de Chine de football jeudi, chargé par sa fédération de relancer la campagne de qualification au Mondial-2022 après le départ soudain de l’Italien Marcelo Lippi mi-novembre dernier.

Li Tie, qui avait fait déjà un intérim durant le championnat d’Asie Est en Corée du sud le mois dernier, est “un représentant exceptionnel” du football chinois qui a été désigné après une procédure ouverte, a expliqué la fédération (CFA) dans un communiqué.

“On estime que sous (sa) direction, l’équipe de Chine de football va travailler dur à l’entrainement et préparer scientifiquement sa mission avec un grand sens de l’honneur”, a précisé la CFA.

Membre de la sélection au Mondial-2002, l’ancien milieu de terrain âgé de 42 ans dirigeait le club de Wuhan Zall avant sa nomination.

Celle-ci intervient après une année de turbulences pour le football chinois jusqu’à la démission soudaine de Lippi, jetant un peu plus le doute sur les espoirs du gouvernement de faire de la Chine une superpuissance du football.

Le technicien italien, champion du monde 2006, avait annoncé sa démission après la défaite 2-1 de son équipe face à la Syrie lors des qualifications pour la Coupe du Monde-2022 au Qatar, mi-novembre.

Cet échec laissait la Chine au 2e rang de son groupe de qualification, à cinq point du leader syrien, devançant les Philippines seulement à la différence de buts.

Outre les premiers de poule, seuls les quatre meilleurs deuxièmes des huit poules de la zone Asie se qualifient pour le 3e tour, avant d’espérer accéder au Mondial.

Le président chinois Xi Jinping a l’objectif déclaré de faire de la Chine un hôte voire un vainqueur de la Coupe du monde, tournoi auquel la nation de 1,4 milliard d’âmes n’a participé qu’une seule fois, en 2002, avec un bilan de trois défaites et aucun but inscrit.

Lippi, 71 ans, avait démissionné une première fois en janvier 2019 après avoir guidé la Chine en quarts de finale de la Coupe d’Asie, conclue par une défaite (3-0) face à l’Iran.

Il avait passé le relais à son compatriote Fabio Cannavaro qui avait perdu les deux premiers matches avant de céder sa place en mai à Lippi pour une deuxième tentative faisant de lui l’un des entraîneurs les mieux payés au monde.