Mondial-2022: des “défis singuliers” selon l’OMS, un tournoi “référence” pour la Fifa

Le président de la Fifa Gianni Infantino et l’émir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani à Al-Khor, le 18 décembre 2021
/ © 2022 AFP

Des “défis singuliers” guettent le Mondial-2022 au Qatar en pleine pandémie, a prévenu jeudi le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence où Gianni Infantino, président de la Fifa, a promis un tournoi “référence” en matière sanitaire

Les organisateurs de cette Coupe du monde (21 novembre-18 décembre) s’avouent “prudemment optimistes”, deux ans après le début de la pandémie de Covid-19.

Ils accueilleront 32 sélections nationales et la Fifa a déjà reçu des demandes pour 17 millions de billets, qui ne seront pas toutes satisfaites, lors d’un premier tour de réservations qui vient de se terminer.

Les spectateurs ont été largement tenus à l’écart des deux dernières éditions des Jeux olympiques, à Tokyo en août, à quelques exceptions près en dehors de Tokyo, et encore cet hiver à Pékin, sauf pour des invitations en nombre limité.

A cet égard, Tedros Adhanom Ghebreyesus a mis en avant les “défis singuliers” qui attendent les organisateurs du Mondial-2022.

“Les leçons que nous allons apprendre de l’expérience du Qatar dans cette Coupe du monde nous aideront tous à concevoir des mesures en matière de santé et de sécurité pour d’autres grands événements”, a commenté le directeur général de l’OMS.

Le football a la responsabilité de “s’assurer que ce ne sera pas seulement la meilleure Coupe du monde de l’histoire, mais aussi la plus saine”, a confirmé Infantino dans un message vidéo enregistré pour cette visio-conférence consacrée à la santé pendant le Mondial-2022.

Les normes de santé et de sécurité au Qatar serviront de “référence pour de futurs événements mondiaux à cette échelle”, a assuré le président de la Fifa.

L’OMS travaille en liaison étroite avec le gouvernement du Qatar sur plusieurs thèmes de la protection sanitaire, en matière de maladies infectieuses, de risques d’empoisonnement, ainsi que sur la coordination et la communication qui seront mises en oeuvre pendant la Coupe du monde.

“Même si la pandémie est encore là, avec nous, nous pouvons vraiment commencer à voir la lumière au bout du tunnel”, a déclaré Hassan Al-Thawadi, secrétaire général du Comité suprême d’organisation du Mondial.

Selon M. Al Thawadi, “la pandémie a donné un nouveau sens” au Mondial-2022. Il se dit “prudemment optimiste” et espère que le Qatar sera “le premier pays à permettre vraiment un rassemblement des fans du monde entier depuis le début de la crise” sanitaire.