Mondial-2022: Depay et Wijnaldum, la nouvelle dimension “oranje”

Memphis Depay auteur d’un doublé pour les Pays-Bas face au Monténégro, en qualification pour le Mondial, le 4 septembre 2021 à Eindhoven
Par Benoît NOEL / © 2021 AFP

Memphis Depay et Georginio Wijnaldum, qui ont tous deux changé cet été d’équipe et de championnat, doivent confirmer leur nouveau statut en club et guider les Pays-Bas vers le Mondial-2022, un objectif qui passe par l’important duel face à la Turquie mardi à Amsterdam (20h45).

Il y aura de la pression sur ces deux stars qui ne veulent pas manquer la Coupe du monde au Qatar alors que les Turcs (11 pts) possèdent un point d’avance sur Depay, Wijnaldum et leurs équipiers en tête du groupe G des qualifications.

Le premier, attaquant, a rejoint le FC Barcelone en provenance de Lyon tandis que le second, milieu polyvalent, a pris le chemin du Paris SG en quittant Liverpool. Les deux hommes, en fin de contrat, croulaient logiquement sous les propositions. Après avoir fait le tri, ils semblent avoir fait le bon choix.

“S’ils jouent aussi bien aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont heureux. Ils sont épanouis par leur nouvelle situation en club. Avec les Pays-Bas, il s’entraînent avec le sourire”, a commenté à l’AFP le sélectionneur Louis van Gaal, samedi, au soir de la belle victoire des Oranje face au Monténégro (4-0). Avec un doublé de Depay et un but de Wijnaldum.

“Match extraordinaire”

“Memphis a fait un match extraordinaire. Il a couvert tellement de distance… 11 kilomètres, c’est énorme pour un attaquant. C’est incontestablement l’homme du match”, a relevé le coach batave qui a également eu des mots élogieux pour Wijnaldum, “tellement important pour l’équilibre” de l’équipe.

Sous des allures de mauvais garçon, l’attachant Depay qui ne dément pas “avoir du caractère”, a su s’attirer la sympathie des fans Oranje. La star de l’équipe, c’est bel et bien lui.

Samedi à Eindhoven, un enfant est même entré sur le terrain… en plein match pour faire un selfie avec son idole qui s’est prêtée au jeu sous le regard incrédule de l’arbitre et des services de sécurité.

Depuis sa signature au Barça, Depay semble avoir acquis une nouvelle dimension.

En Catalogne, le Néerlandais n’est pourtant pas arrivé dans un contexte forcément favorable. Le départ de Lionel Messi pour le PSG a quelque peu plombé l’ambiance.

Qu’importe, l’ancien ailier du PSV et de Manchester United (27 ans) a rapidement séduit les supporters.

“Depay doit beaucoup à Wijnaldum”

Lors de ses trois premiers matches sous le maillot blaugrana en Liga, l’international néerlandais a déjà marqué deux buts et délivré une passe décisive. C’est la recrue la plus efficace du Barça depuis Cesc Fabregas en 2011 (trois buts et quatre passes décisives lors de ses trois premiers rencontres).

Wijnaldum a lui connu des débuts plus discrets avec le Paris Saint-Germain. Mais, à 30 ans, le joueur formé au Feyenoord Rotterdam se sent “fier” d’appartenir à une telle équipe, comme il l’a récemment déclaré au magazine Voetbal International.

“Gini” est un travailleur infatigable mais discret, moins flamboyant que Depay, moins charismatique que Virgil van Dijk, capitaine de la sélection, son ancien équipier à Liverpool.

Mais la lutte entre le Barça et Paris cet été pour s’attacher ses services démontre s’il en était besoin la qualité d’un joueur qui a “vécu cinq saisons fantastiques” à Liverpool (une Ligue des champions, un sacre en Premier League).

Avec Depay, Wijnaldum a donc pour mission d’emmener les Oranje jusqu’au Qatar.

“On se focalise beaucoup sur Depay. A juste titre (…) Mais il doit beaucoup à Georginio. Leur complémentarité est évidente”, analysait en juin dernier l’ancien international néerlandais Ruud van Nistelrooy.

“+Gini+ est plus dans l’ombre, mais son boulot est incroyable”, poursuivait le joueur aux 70 sélections: “Si c’est le vrai patron de l’équipe ? Je ne sais pas. Mais cela y ressemble. Il a l’expérience, le talent…”