Mondial-2019: polémique sur l’horaire de 15h00 du match Italie-Pays-Bas

La coach de l’Italie Milena Bertolini lors du match du Mondial face à la Chine à Montpellier le 25 juin 2019
/ © 2019 AFP

La programmation à Valenciennes samedi à 15h00, en pleine chaleur, du quart de finale de la Coupe du monde féminine de foot Italie/Pays-Bas n’est pas du goût des deux équipes, qui l’ont fait savoir vendredi lors des conférences de presse d’avant-match.

Si le nord de la France est relativement épargné par la canicule qui sévit dans le sud et l’est du pays, la température samedi après-midi au Stade du Hainaut devrait tout de même approcher les 35 degrés à l’ombre.

“Nous avons demandé à la Fifa de changer l’horaire mais on nous a dit que c’était impossible. Je ne sais pas pourquoi, a déploré la sélectionneuse néerlandaise Sarina Wiegman. C’est une décision d’organisation qui ne nous appartient pas, donc nous jouerons demain à 15h00.”

“C’est un peu bizarre de jouer à 15h00 alors que tous les autres quarts de finale se jouent à 21h00. Le bon sens aurait dû prévaloir pour que le match ait lieu à 21h00, a estimé son homologue italienne Milena Bertolini. Mais on doit accepter cette situation. Il fera chaud mais les deux équipes vont souffrir de la chaleur.”

“Ça risque de pénaliser le spectacle. Il aurait pu y avoir un peu plus de rythme et d’intensité en jouant le match à un autre horaire”, a regretté la technicienne transalpine.

“Plus on avance dans la compétition, plus les matches sont beaux et plus ils servent à faire passer un message, à servir de vitrine (au football féminin). Jouer à 15h00, en plein après-midi, risque d’être pénalisant pour cet aspect-là”, a-t-elle conclu.

“L’horaire du match a été fixé lors du tirage final (de la Coupe du Monde, NDLR), donc bien avant le coup d’envoi de la compétition”, a réagi un porte-parole de la Fifa, sollicitée par l’AFP.

“En outre, (…) les horaires de diffusion ont été définis il y a un certain temps et il serait compliqué de les modifier”, s’est encore défendue la Fifa.

Du côté des joueuses, les avis sont un peu moins tranchés: “Il va faire super chaud, mais c’est la vie, il faut rester positive”, a souligné la capitaine italienne Sara Gama.

“J’apprécie les hautes températures et le temps chaud, a même déclaré la milieu batave Jackie Groenen. Cette chaleur n’est pas un facteur très important pour moi, même si c’est un peu plus difficile de jouer.”