L’ancien international allemand Franz Beckenbauer arrive à la cérémonie du “Temple de la Renommée” du football allemand, le 1er avril 2019 à Dortmund
/ © 2019 AFP

La justice suisse a demandé à l’Autriche de mener une expertise sur l’état de santé de l’ancienne star du football allemand Franz Beckenbauer, cité dans l’enquête sur un scandale de corruption entourant la Coupe du monde de football en Allemagne en 2006.

Cette demande d’assistance juridique figure dans une décision publiée mardi par la Chambre des plaintes du Tribunal pénal fédéral suisse.

M. Beckenbauer était président du comité de candidature de l’Allemagne pour le Mondial 2006 et est à ce titre visé par l’enquête.

Mais en raison de son état de santé, le Ministère public de la Confédération (MPC)

le Parquet suisse

a décidé en août 2019 de séparer la procédure le visant de celle des autres accusés.

L’hebdomadaire allemand Der Spiegel indiquait l’été dernier que la santé de Beckenbauer s’était “largement détériorée” et que “sa capacité de jugement et sa mémoire (étaient) amoindries”.

Les trois autres accusés

les anciens présidents de la Fédération allemande de football (DFB), Theo Zwanziger et Wolfgang Niersbach, et l’ancien secrétaire général de la Fifa, le Suisse Urs Linsi

avaient porté plainte contre la séparation de la procédure visant M. Beckenbauer, mais le Tribunal pénal fédéral a jugé qu’une procédure distincte pour l’ancien footballeur était justifiée.

Dans l’énoncé de la décision, la Chambre des plaintes indique que les autorités autrichiennes ont donné à un expert trois mois pour rendre son rapport médical.

L’enquête ouverte le 6 novembre 2015 par la justice suisse porte sur la possible utilisation par l’Allemagne d’un fonds secret de 6,7 millions d’euros pour acheter des voix au sein de la Fifa, notamment celle du Qatar, et obtenir l’organisation du Mondial au détriment de l’Afrique du Sud.

Franz Beckenbauer est soupçonné d’avoir demandé à l’ancien patron d’Adidas, le défunt Robert Louis-Dreyfus, d’alimenter ce fonds peu avant l’été 2000, période à laquelle s’est faite l’attribution du Mondial.

Il aurait été remboursé par la Fédération allemande de football en prétextant des frais liés à une soirée de gala de la Fifa, qui n’a en réalité jamais eu lieu.