Mexique: Gignac reconnaît une irrégularité dans son dossier de naturalisation (presse)

André-Pierre Gignac célèbre un but avec les Tigres de Monterrey à Puebla, lors du tournoi de clôture, le 5 mars 2021
/ © 2021 AFP

L’ex-attaquant de l’OM André-Pierre Gignac, qui évolue au Mexique depuis 2015, a reconnu devant le parquet général du pays sa responsabilité dans une irrégularité détectée dans son dossier de demande de naturalisation, rapporte mardi la presse locale.

Concrètement, le buteur des Tigres de Monterrey, qui a participé cet été aux JO de Tokyo sous le maillot de la France, a reconnu sa faute devant le parquet général, “accusant d’abus de confiance la personne qui effectuait ces démarches pour lui et qui a transmis son casier judiciaire vierge pour la naturalisation”, alors que le joueur aurait dû transmettre cette pièce en personne, explique le quotidien Reforma.

Le joueur, qui a comparu dans le plus grand secret, devrait être condamné à une amende dont le montant sera fixé par un juge, toujours selon Reforma.

La procédure de naturalisation de Gignac, dont deux enfants sont nés au Mexique, a été soumise à enquête après un signalement de la secrétaire aux Relations extérieures, qui avait détecté des anomalies dans le dossier. En 2019, le joueur avait déjà passé avec succès un examen dans le cadre de ce processus.

Arrivé chez les Tigres en juin 2015, André-Pierre Gignac a su rapidement s’intégrer dans le club mexicain au point d’y acquérir un statut d’idole auprès des supporters.

Si certains s’interrogeaient sur la décision du joueur français de partir au Mexique et de s’éloigner ainsi des Bleus avec lesquels il avait disputé la finale de l’Euro-2016 à domicile, Gignac a rapidement fait son trou chez les Tigres.

Avant lui, l’équipe n’avait remporté en 55 ans que trois titres de champion et trois coupes nationales.

En seulement cinq saisons, le Français lui a permis de remporter quatre titres de champion national, trois supercoupes mexicaines et plus récemment la Ligue des champions de la Concacaf après trois finales perdues.