Mercato L1: Lyon à la chasse à l’oiseau rare

Rudi Garcia, Jean-Michel Aulas et Juninho (de gauche à droite) lors d’une conférence de presse de l’Olympique lyonnais le 15 octobre 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon
/ © 2019 AFP

Lyon, 12e de L1, espère se relancer grâce au mercato d’hiver qui ouvre mercredi. Mais les bonnes affaires sont rares à ce moment de l’année, pour l’OL, comme pour les autres cadors qui ne devraient pas trop bouger jusqu’à sa clôture, le 31 janvier.

. Lyon: permis de reconstruction

A Lyon, les travaux ne concernent pas uniquement la gare Part-Dieu, cernée par les grues. L’OL aimerait un relifting en janvier, après un automne dévastateur qui l’a vu perdre sur blessure son capitaine Memphis Depay et s’éloigner des places européennes, entre autres.

Le directeur sportif Juninho a annoncé qu’il visait une recrue par ligne, avec des profils expérimentés. On parle d’un arrière gauche et d’un milieu récupérateur, qui pourrait être le champion du monde Steven Nzonzi (Galatasaray). Le nom de Thomas Lemar, dans l’impasse à l’Atlético, revient également dans la presse.

En attaque, les profils de Kevin Gameiro (Valence), Hatem Ben Arfa (libre) et Olivier Giroud (Chelsea) ont également été évoqués.

Mais lors du mercato d’hiver, considéré comme un marché d’ajustement, les clubs sont réticents à laisser partir leurs meilleurs joueurs, ce qui rendent les bonnes affaires rares.

“J’ai un groupe qui sera peut-être le même le 1er février”, a reconnu l’entraîneur Rudi Garcia qui sait que l’OL a pris l’habitude de ne pas flamber à cette période de l’année.

A l’inverse, un départ du défenseur Marcelo, pris en grippe par les ultras, reste envisagé.

. Paris et Marseille: l’appel au calme

Acteur incontournable de chaque mercato de par ses moyens colossaux, le Paris SG s’apprête à vivre un mois de janvier plutôt calme, à en croire son directeur sportif Leonardo. “C’est une question d’opportunités”, a expliqué le dirigeant, qui a vanté les qualités d’un groupe “au complet”.

Les récentes performances, prometteuses, du leader de L1 lui donnent raison, même si la tentation de se renforcer derrière perdure.

Des dossiers restent toutefois sur son bureau: ceux des “anciens” Thiago Silva et Edinson Cavani, dont les contrats expirent en juin, et des “Titis” Tanguy Kouassi et Adil Aouchiche, qui pourraient chercher ailleurs du temps de jeu. Grand perdant du nouveau système tactique, Julian Draxler a des courtisans mais ceux-ci se heurtent au salaire de l’Allemand, selon L’Equipe.

A Marseille, l’entraîneur André Villas-Boas veut “garder le groupe comme il est” pour défendre sa belle 2e place. Mais la direction, en quête d’économies, pourrait vouloir exfiltrer l’un des plus gros salaires de l’effectif, le Néerlandais Kevin Strootman.

Côté arrivées, “sans départ, on ne fera rien”, a prévenu le Portugais.

. Nouvel entraîneur à Monaco, quête d’un attaquant ailleurs

Monaco a réalisé un gros coup en nommant samedi l’entraîneur Robert Moreno à la place de Leonardo Jardim. Mais le club ne pourrait pas s’en arrêter à là.

Le vice-président Oleg Petrov a mentionné des “ajustements” nécessaires pour “faire mieux” en Championnat (actuellement 7e). Cesc Fabregas et Benjamin Henrichs pourraient quitter le Rocher, et un milieu défensif, la priorité, ferait le chemin inverse.

Ailleurs, c’est un attaquant qui semble être la denrée la plus prisée: Montpellier, Rennes, Nantes et Nîmes ont fait part de leurs recherches dans le domaine. Les mal-classés Toulouse et Metz lorgnent eux un renfort défensif.

A surveiller aussi, les marchés de Bordeaux, où King Street est devenu mi-décembre le seul actionnaire du club, et de Nice, renforcé par les moyens de son nouveau propriétaire anglais. Chez les Girondins, des joueurs courtisés comme François Kamano ou Samuel Kalu pourraient partir en cas d’offre satisfaisante.

Du côté de Lille, la seule incertitude majeure concerne le jeune milieu prometteur Boubakary Soumaré, ciblé par plusieurs clubs susceptibles de miser plus de 50 M EUR, notamment en Angleterre.