Match PSG-Basaksehir interrompu: Erdogan dénonce “fermement” le racisme

Recep Tayyip Erdogan, le 3 novembre 2020 à Ankara
/ © 2020 AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a “fermement” condamné mardi les propos “racistes” attribués à un arbitre assistant qui ont abouti à l’interruption du match de Ligue des champions entre le Paris SG et Basaksehir, appelant l’UEFA à sévir.

“Je condamne fermement les propos racistes tenus à l’encontre de Pierre Webo, membre du staff technique de Basaksehir, et suis convaincu que l’UEFA prendra les mesures qui s’imposent”, a déclaré M. Erdogan sur Twitter.

“Nous sommes inconditionnellement opposés au racisme et aux discriminations dans le sport et tous les autres domaines de la vie”, a-t-il ajouté.

Dans un geste inédit dans l’histoire de la Ligue des champions, les joueurs du Paris SG et du Basaksehir Istanbul ont quitté la pelouse en cours de match pour protester contre des propos racistes supposés du quatrième arbitre.

Cet épisode a suscité une vive émotion en Turquie, où clubs et ministres se sont succédé pour exprimer leur solidarité avec Basaksehir.

M. Erdogan dénonce régulièrement ce qu’il qualifie de “montée du racisme et de l’islamophobie” en Europe.

Le président du club Göksel Gümüsdag, un proche de M. Erdogan, a affirmé que ses joueurs refuseraient de revenir sur la pelouse si le quatrième arbitre n’était pas écarté.

Il a affirmé que le quatrième arbitre avait utilisé le mot “negro” pour qualifier Pierre Achille Webo, membre camerounais de l’encadrement du Basaksehir.

Pour ne rien arranger, l’arbitre a expulsé M. Webo du banc de touche, après que ce dernier eut protesté avec véhémence.