Marseille: buts, passes décisives… Payet, ou le goût du cent

Le meneur de jeu marseillais Dimitri Payet lors du match amical contre Villarreal au stade Vélodrome, le 31 juillet 2021
Par Arno TARRINI / © 2021 AFP

Après un été régénérant, pour lui comme pour son équipe de Marseille, Dimitri Payet veut devenir le premier joueur à atteindre 100 buts et 100 passes décisives en Ligue 1, dont il attaque une 16e saison, dimanche à Montpellier (20h45).

Le meneur de jeu âgé de 34 ans s’avance en chef d’un orchestre rajeuni, imaginé par son président Pablo Longoria pour coller au football offensif prôné par l’entraîneur Jorge Sampaoli.

Repositionné au coeur du jeu et débarrassé de ses tâches défensives dans le système très porté vers l’avant du technicien argentin, le Réunionnais s’épanouit.

Finies les critiques sur sa silhouette, son poids et sa motivation. Depuis le départ précipité d’André Villas-Boas en février et son remplacement par Sampaoli, le mois suivant, l’international français (38 sélections, 8 buts), délesté de sept kilos, est redevenu décisif.

Il s’est même lancé un improbable défi: “100 buts et 100 passes décisives en Ligue 1, c’est l’objectif, personne ne l’a fait encore, a confié le N.10 marseillais au micro de Téléfoot. Si je peux laisser cette trace, ça montrera une régularité et on s’en souviendra.”

Du côté des offrandes, sa spécialité, les chiffres sont contestés. La LFP, qui ne décompte officiellement les passes décisives que depuis 2007, n’en a enregistré que 91.

Un pari difficile

Mais selon les statisticiens d’Opta, qui ont demarré leur détail des passes décisives en 2006/2007, un an avant la Ligue, le N.10 aurait déjà atteint son objectif de 100 offrandes en L1 face à Reims en avril dernier. Il l’aurait même dépassé en mai, face à Angers, grâce à une offrande pour Milik.

Selon les décomptes, Payet aurait donc adressé 101 passes décisives en Ligue 1, dont 59 sous le maillot olympien qu’il porte depuis 2013 (excepté une parenthèse à West Ham entre 2015 et janvier 2017).

Sa bonne fin de saison lui a permis de franchir ce cap symbolique et de conforter sa place de meilleur passeur du championnat français. Elle l’a également rapproché de son ambition pour le nombre de buts.

Car pour réaliser cette sorte d’équivalent d’un “double-double” en basket (2 catégories statistiques à plus de dix unités, NDLR), Payet, qui a inscrit son 87e but en L1 face à Reims en avril dernier, doit encore en marquer 13.

Un pari qui paraît difficile à atteindre en une saison pour le Réunionnais, dont le record sur un exercice s’élève à… 13 unités, avec Saint-Etienne (2010/11).

Mais il a prouvé lors de la préparation qu’il était toujours capable de se muer en buteur. Cet été, il a compilé 4 buts et 1 passe décisive avec l’OM, invaincu en préparation.

Il aborde l’exercice 2021/22 dans les habits de l’atout offensif N.1 du club marseillais, le buteur polonais Arkadiusz Milik étant blessé et son remplaçant Dario Benedetto en instance de départ.

Motivation et régularité

“C’est un joueur très important, surtout quand il est motivé et au niveau où on l’a vu lors de la préparation, a salué Sampaoli. Il montre le chemin vers de très bons matches, quand il est impliqué comme il l’est aujourd’hui, c’est un joueur différent, de par son talent mais aussi par son statut.”

Le technicien argentin, sous le charme de son N.10, reste néanmoins lucide car il connaît le grand défaut de l’ancien Canari nantais: le manque de régularité.

“On espère qu’il va maintenir ce niveau de motivation et continuer ainsi, parce que ça nous permettrait de consolider et d’unifier un peu ce groupe, reconnaît-il. Il est essentiel, c’est le leader footballistique de cette équipe.”

Pour Payet, dont le palmarès demeure toujours vide malgré deux finales perdues (Euro-2016 avec les Bleus, Ligue Europa-2018 avec l’OM), ce double-double est l’une des dernières chances de laisser une trace indélébile dans le football français.