Maroc-Algérie: quand le foot transcende les tensions politiques

L’équipe d’Algérie célèbre avec ses supporters sa victoire contre le Maroc en quart de finale de la Coupe arabe, le 11 décembre 2021 à Doha
Par Kaouthar OUDRHIRI à Casablanca, avec le bureau d’Alger / © 2021 AFP

“Ce soir c’est le sport qui parle”, s’exclame Zakaria, un supporter marocain à Casablanca. Pourtant, le quart de finale de la Coupe arabe de football entre le Maroc et l’Algérie

remporté par cette dernière aux tirs au but (2-2 à la fin du temps réglementaire)sentait la poudre au moment où les tensions sont exacerbées entre les deux frères ennemis du Maghreb.

“Certes, la rivalité plane sur ce match mais pour une fois laissons de côté la politique”, confie, à l’AFP, Zakaria, un Casaoui de 36 ans, les yeux rivés sur l’écran dans un café du centre de la métropole marocaine.

Ses voisins de la table à côté acquiescent: “la politique et le foot ne font pas bon ménage. On est là pour voir du beau jeu”, tranche Brahim, qui concède cependant que “la tension est là”.

“Oh Tebboune (le président algérien) on arrive !”, scandent d’une seule voix les fans quand Mohamed Nahiri égalise pour le Maroc, dans une ambiance électrique.

Casablanca et Alger ont frémi d’excitation pendant ce derby maghrébin à haute tension, opposant une sélection des Lions de l’Atlas aux Fennecs au stade Al Thumama à Doha.

Même si la plupart des équipes qui disputent cette Coupe arabe au Qatar

une mini-répétition générale du Mondial-2022

n’avaient pas fait appel à leurs meilleurs éléments.

Qu’importe.

La passion était la même à Alger.

“Ce match est déconseillé aux cardiaques”, lance à l’AFP un supporteur algérien qui suit le match dans un café d’El Biar, sur les hauteurs de la capitale. Assis à ses côtés, son ami Riad affiche une sérénité à toute épreuve: “Nous sommes les plus forts. Nous allons battre le Maroc”.

Cette rencontre

“finale avant l’heure” comme la presse l’a baptisée

revêtait forcément une dimension politique dans un contexte régional tendu.

Alger a rompu fin août ses relations diplomatiques avec Rabat, accusant le royaume chérifien “d’actions hostiles”, sur fond de querelle sur la question du Sahara occidental.

Ce contentieux oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus par l’Algérie.

“On affronte le Maroc en quart: celui qui gagne prend le Sahara occidental”, a ironisé Nazim Baya, fondateur du site satirique El Manchar.

Le foot, pas la guerre”

A quelques exceptions près, les supporters marocains interrogés répétaient en choeur que le ballon devait rester sur la pelouse et pas dans l’arène politique.

“C’est un match important, abstraction faite des tensions politiques, ceux qui veulent politiser l’affaire n’ont rien compris au football”, lâche Omar, qui ne perd rien de l’action à Doha.

Sur le terrain, il n’y a que le foot, pas d’autres considérations”, renchérissait au même moment à Alger, Youcef Abbas, un ex-footballeur de 46 ans. “Comme la musique, le foot est pratiqué par des artistes”.

Ces derniers jours, au Maroc comme en Algérie, les médias ont fait monter la sauce avant ce derby entre les Lions et les Fennecs. “Faites le foot, pas la guerre”, implorait samedi le site marocain Le360 Sport dans un billet d’humeur.

“Un derby maghrébin chaud bouillant qui oppose sans doute les deux équipes favorites de la compétition”, prédisait la chaîne publique de TV 2M.

Sans surprise, les réseaux sociaux se sont enflammés, avec des posts railleurs mais aussi des messages d’amitié.

“On va se battre et beaucoup s’aimer au coup de sifflet final”, a ainsi joliment écrit un internaute marocain avant le match. Malgré la déception mêlée d’un peu de colère et de dépit chez les supporters marocains, certains inconsolables, à la fin d’un match excitant.

“Je souhaite du fond du coeur que la rencontre sportive d’aujourd’hui soit une opportunité pour les uns de regarder les autres avec un coeur ouvert à la fraternité et à l’affection”, a plaidé sur Facebook Karim Tabbou, figure du mouvement pro-démocratie du Hirak en Algérie.