Lille: Gabriel Gudmundsson, enfin le déclic ?

Le défenseur suédois Gabriel Gudmundsson (d) lors d’un match face à Metz, le 18 février 2022 au stade Pierre Mauroy
/ © 2022 AFP

Sur la lancée de son premier but la semaine dernière pour la victoire de Lille à Lyon (1-0), le polyvalent Gabriel Gudmundsson va essayer d’enchaîner dimanche contre Clermont (17h05) lors de la 27e journée de Ligue 1.

Le Suédois sera très probablement titulaire, mais dans le couloir gauche ou ailleurs ? L’ancien ailier, reconverti latéral avec le club néerlandais de Groningue, alterne entre les deux rôles depuis son arrivée dans le Nord.

“Le poste auquel je suis censé jouer, c’est latéral gauche, mais je m’adapte aux consignes du coach et je peux évoluer aux deux postes”, a expliqué l’intéressé en conférence de presse vendredi.

“Contre Lyon, j’étais plus offensif. Je me sens bien sur l’aile, c’est une zone où j’aime évoluer”, a ajouté celui qui estime que “le jeu en Ligue 1 va beaucoup plus vite qu’aux Pays-Bas”.

Un poste à prendre

Gudmundsson, qui comptait déjà 13 buts en championnat suédois à 19 ans, a rapidement démontré sa capacité à finir les actions. Mais le dernier geste n’était pas au rendez-vous depuis son arrivée à Lille, à quelques heures de la clôture du dernier mercato estival.

Maladroit dans la surface, à l’image du match aller face à l’OL où il avait raté plusieurs énormes occasions, il n’a toujours pas délivré de passe décisive. Une anomalie pour ce pur gaucher, très rapide, dont les centres en bout de course sont généralement bien dosés mais ne trouvent pas toujours preneur.

Recruté pour être doublure de Reinildo et progressivement prendre sa place, Gudmundsson manque de science défensive. Alors que le départ du titulaire cet hiver aurait dû le propulser numéro 1, il n’a été aligné au poste de latéral que face à Paris (défaite 5-1) et Metz (0-0).

“Il est polyvalent, il a été formé plus haut avant de reculer, c’est un joueur intelligent qui est intéressant dans les deux profils”, a jugé Jocelyn Gourvennec vendredi face à la presse.

“Quand il joue plus haut, il a quelqu’un derrière lui, et la manière de défendre n’est pas tout à fait la même quand il est latéral. Il a besoin d’avoir encore plus d’automatismes dans son positionnement défensif”, a ajouté le coach des Dogues.

La sélection, “un rêve”

Le Suédois a souffert contre le PSG et son coach n’hésite pas à titulariser Tiago Djalo, défenseur central droitier, à ce poste de latéral gauche qui se cherche un nouveau taulier.

“Pour l’instant on n’a pas souvent joué avec Tiago mais c’est facile de communiquer, d’autant qu’on parle tous les deux anglais. Au fil des matches, on trouve nos automatismes”, a dit l’international Espoirs.

A 22 ans, Gudmundsson arrive bientôt à la limite d’âge de la catégorie. Jusqu’ici uniquement présélectionné avec l’équipe première, il est suivi de près par le sélectionneur Janne Andersson et pourrait bientôt intégrer le noyau A.

“C’est un rêve, j’espère que ça se réalisera mais je ne suis pas focalisé là-dessus. Pour l’instant, je ne pense qu’à Lille”, a-t-il tempéré.

Acheté contre un chèque estimé à 6 millions d’euros, un vrai investissement pour un club qui cherche à faire des économies, Gudmundsson n’a été titularisé qu’à six reprises cette saison en Ligue 1, pour 18 apparitions au total.

Son premier but avec le Losc, une frappe en lucarne à bout portant vécue comme “un moment spécial”, pourrait bien lancer définitivement un joueur qui attendait le déclic.