Ligue des nations: Tirage corsé avec vue sur le Mondial

La joie des Français, rassemblés autour de leur capitaine et gardien de but, Hugo Lloris, après leur victoire, 2-1 face à l’Espagne en finale de la Ligue des nations, le 10 octobre 2021 au Stade de San Siro à Milan
Par Antoine MAIGNAN et Jérémy TALBOT / © 2021 AFP

L’équipe de France, tenante du titre, connaîtra jeudi (18h00) ses adversaires de la troisième édition de la Ligue des nations durant un tirage au sort très relevé, propice à de belles affiches courant 2022, idéales pour préparer la Coupe du monde.

Cette épreuve lancée par l’UEFA pour redonner de l’intérêt aux matches internationaux sans enjeu prend une saveur particulière, à l’aube d’une année clôturée par le Mondial prévu du 21 novembre au 18 décembre au Qatar.

Car d’ici-là, les grandes nations du football n’auront que trois rassemblements à se mettre sous la dent, dont deux seront consacrés à cette Ligue des nations 2022-23, en juin (quatre matches) et en septembre (deux matches).

Les rencontres feront de facto office de répétition générale et seront autant d’occasions, pour les sélectionneurs, de peaufiner leurs listes pour Doha.

Tous les cadors européens étant réunis dans la première division (Ligue A), cela promet quelques chocs dignes d’une phase finale de Coupe du monde, à l’image du dernier “Final 4” remporté par les champions du monde français, en Italie en octobre, avec des succès renversants face aux Belges (3-2) et aux Espagnols (2-1).

Les Bleus de Didier Deschamps auront donc un oeil intéressé sur le tirage au sort organisé à Nyon (Suisse) par l’UEFA, en distanciel.

Attention à l’Angleterre

Qui seront leurs trois “challengers” ?

Placés dans le chapeau des têtes de série, comme l’Espagne, l’Italie et la Belgique, ils éviteront à coup sûr ces trois adversaires mais le plateau reste extrêmement corsé, avec un redoutable chapeau N.2 comprenant le Portugalvainqueur de la première édition

, les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne.

Dans le pot N.3, les vice-champions d’Europe anglais font figure d’épouvantail, juste devant la Croatie, vice-championne du monde. Dans le pot N.4 figurent la Hongrie, accrocheuse lors du dernier Euro (1-1), et la République tchèque de Patrik Schick, co-meilleur buteur de la compétition continentale l’été dernier.

“Malheureusement, nous n’aurons aucune possibilité de faire une préparation ni d’organiser des matches amicaux avant la Coupe du monde, donc les quatre matches de juin et les deux de septembre nous serviront de préparation”, a prévenu Deschamps samedi lors de l’Assemblée générale de la Fédération française.

Le sélectionneur l’a répété ces dernières semaines: “Rien ne remplace la vitamine procurée par un titre international.” Ses Bleus, rajeunis par l’arrivée de nouveaux visages et renforcés par le retour de Karim Benzema, étincelant à l’automne, chercheront donc à surfer sur leur titre d’octobre 2021 lors de cette nouvelle édition.

Une première place en phase de groupes et ils se qualifieraient pour la phase finale à quatre, prévue en juin 2023.

Un échec, avec une 4e place de groupe, serait au contraire synonyme de relégation en deuxième division (Ligue B) pour l’édition 2024-25. Mais elle serait plus inquiétante encore à quelques semaines du Mondial, où les Bleus comptent bien décrocher une troisième étoile.