Ligue des nations: tirage clément pour les Bleus, en rodage avant le Mondial

Le trophée de la ligue des nations exposé au siège de l’UEFA à Nyon, le 16 décembre 2021
Par Jérémy TALBOT, avec Antoine MAIGNAN à Nice / © 2021 AFP

L’équipe de France, tenante du titre, croisera la route du Danemark, de la Croatie et de l’Autriche en Ligue des nations, des confrontations abordables en forme de rodage pour les Bleus avant de remettre leur couronne en jeu au Mondial-2022.

La main innocente de Robert Pires, préposé au tirage au sort jeudi en Suisse, a été clémente avec son ancien coéquipier Didier Deschamps, sélectionneur chanceux d’éviter les gros cadors du continent pour l’édition 2022/23.

Le résultat “aurait pu être pire, sur le papier”, mais “j’ai beaucoup de respect pour toutes les nations, dont celles-ci”, a pondéré le technicien auprès de quelques médias, dont l’AFP, réunis à Nice pour suivre la cérémonie effectuée à distance par l’UEFA.

Le Danemark est “une équipe plus engagée, sur la vitesse, alors que la Croatie est dans une maîtrise du ballon. L’Autriche a aussi un jeu direct, beaucoup de densité athlétique et de la taille aussi”, a-t-il complété.

La poule de la “mort” n’est en tout cas pas celle des Français mais plutôt celle des champions d’Europe en titre italiens qui retrouveront, en plus de l’Allemagne et de la Hongrie, leurs adversaires en finale du dernier Euro, l’Angleterre.

Préparation au Mondial-2022

Pour les partenaires du capitaine Hugo Lloris, l’adversité la plus relevée viendra des Danois, neuvièmes au classement Fifa et qui ont brillé au Championnat d’Europe l’été dernier, malgré la forte émotion suscitée par le malaise cardiaque de Christian Eriksen.

En plus des Scandinaves emmenés par Kasper Schmeichel, Simon Kjaer et Kasper Dolberg, la France retrouvera la Croatie de Luka Modric, un gros morceau qu’elle a pris l’habitude d’avaler depuis la finale de la Coupe du monde remportée 4-2 à l’été 2018.

Deux victoires françaises ont suivi la campagne victorieuse en Russie, à chaque fois en Ligue des nations (4-2 à Saint-Denis puis 2-1 à Zagreb en 2020).

Le “petit Poucet” autrichien complète le groupe amené à s’affronter, d’abord en juin (quatre matches au programme) puis en septembre (deux matches).

Ces affrontements serviront d’échauffement aux Bleus sur la route du Mondial, prévu au Qatar du 21 novembre au 18 décembre 2022, sans véritable stage de préparation.

Retrouvailles Italie-Angleterre

Le tirage de la Ligue des nations a accouché par ailleurs d’un “derby” entre la Belgique et les Pays-Bas, qui ne se sont plus croisés en compétition officielle depuis la Coupe du monde 1998 en France (0-0). Les deux voisins partagent le groupe avec la Pologne et le Pays de galles.

Les plus grosses cylindrées feront des étincelles dans le groupe 3, avec l’Angleterre, l’Italie, l’Allemagne et la Hongrie.

“Le groupe de la mort ? Ce ne sont que des matches de football… Rencontrer des équipes aussi fortes fait partie du spectacle”, a réagi le sélectionneur italien Roberto Mancini.

Les “Three Lions” ont en tout cas un compte à régler avec la “Nazionale” qui les a battus en finale du dernier Euro (1-1 a.p., 3-2 aux t.a.b.), chez eux à Wembley.

Les Allemands ont en tête leur élimination en huitièmes de finale par les Anglais (2-0), ainsi que le nul contre les Hongrois (2-2) qui les a privés de la première place de leur groupe.

En Italie, Mancini a connu de gros remous dernièrement, en raison de l’échec à qualifier directement la “Squadra Azzura” pour le Mondial-2022. Les coéquipiers de Marco Verratti devront passer par des barrages en mars, avec l’hypothèse d’une “finale” à jouer face au Portugal.

Pour la “Seleçao” aussi, cette échéance se trouve en tête de la liste des objectifs. Ensuite vient la Ligue des nations, avec de belles affiches, face la Suisse, tombeuse des Bleus en 8es de finale de l’Europ, et face à son voisin l’Espagne.

La dernière rencontre officielle entre l’équipe de Cristiano Ronaldo et celle d’Alvaro Morata remonte à la Coupe du monde 2018, un somptueux 3-3 marqué par le triplé de “CR7”.